ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

« La figure du tyran » : réussite d’une nouvelle série sous la direction d’Amaury du Closel

Premier d’une nouvelle série ? C’est ce que laisse entendre le titre « Suppressed Music Series » figurant sur la pochette du disque. L’Ensemble Voix étouffées a été fondé par en 2005 afin de jouer la musique des
compositeurs qui furent victimes du nazisme. 
Monté récemment sur scène à Dijon et à Nanterre et Paris, composé par en détention au camp de Therensienstadt quelques mois avant son assassinat, l’Empereur d’Atlantis s’impose comme un témoignage très réussi de la dénonciation globale de la guerre et de leurs acteurs.

Les aspects allégoriques des personnages – la Mort, le Haut-Parleur, le Tambour – mélangés à une réalité plus humaine – l’Empereur, la Garçonne, le Soldat – et à l’imaginaire collectif de la comédie – Arlequin – en font une espèce de parabole brassant réalité et irréalité sans pour autant alourdir le discours dénonciateur. Les conditions de captivité ont déterminé ce « choix », de même que l’orchestration a été guidée par les instruments disponibles au camp. Vu de notre époque, Der Kaiser garde toujours sa valeur artistique et son témoignage. Au regard du peu d’enregistrements disponibles, cette nouvelle production n’en est que plus précieuse. Les interprètes jouent également le jeu sans forcer le trait et gardent cet esprit chambriste absolument nécessaire. Les voix et l’interprétation coulent avec naturel, l’équilibre avec la petite formation orchestrale est réussi.

L’Ode à Napoléon de Schoenberg, presque contemporain, a tenu le même propos anti-nazi que Ullmann mais sous une forme très différente. Si l’œuvre est plus linéaire dans sa formule musicale, sa mise en parallèle avec l’opéra en un acte assure un thématisme bienvenu.

 

En coopération avec la
sur les mémoires des violences politiques