- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Brel et Barbara recréés a cappella par l’Ensemble Aedes

L’, chœur professionnel fondé et dirigé par Mathieu Romano s’est aventuré depuis quelques années au concert dans un programme a cappella mettant en regard deux grands artistes de la chanson française devenus des classiques, et .

Un projet comparable à ce qu’avaient fait Les Cris de Paris avec le disque Encores (Alpha) où l’on retrouvait déjà l’habile arrangeur (qui officie également pour l’Ensemble Pygmalion). Le spectacle qui tourne depuis 2016 sous le titre Léon et Léonie comprend une mise en scène, une scénographie et est chorégraphié, donc guère semblable à l’écoute au disque, mais cette dernière n’en demeure pas moins intéressante d’une part du fait de l’excellence de l’ensemble vocal, d’autre part du fait des esthétiques retenues par les compositeurs-arrangeurs dans ces recréations qui diffèrent heureusement d’une simple transcription, forcément réductrice dans le cas de personnalités aussi fortes que Brel et .

Si tous les deux sont auteurs-compositeurs-interprètes, dans le cas de Brel, a retenu pour moitié des chansons sur des musiques écrites ou co-écrites par Gérard Jouannest comme Le gaz (1957), Ne me quitte pas (1959), Tango funèbre (1963), Les Fenêtres (1963) et L’amour est mort (1977).
Comme pour Barbara, les chansons sont souvent connues et donc assez étonnantes à la première écoute dans ces recréations et même déstructurations chorales qui doivent aussi prendre en compte l’accompagnement instrumental. Le résultat n’en demeure pas moins intéressant et réussi à un titre ou à un autre.

Dix-sept chansons ont été retenues, par un ensemble de dix-sept chanteurs et chanteuses, et neuf compositeurs-arrangeurs : , , , , Philip Lawson, , , Christophe Looten et . Autant d’approches qui surprennent, déconcertent parfois et enthousiasment souvent. L’ensemble vocal fait preuve d’une belle cohésion dans les parties en tutti ou par groupe, mais révèle aussi de belles individualités. L’alternance de chansons sombres et souvent bouleversantes (surtout chez Barbara) et de chansons plus légères fonctionne par ailleurs fort bien. On dispose même d’un nouvel arrangement de La Valse à mille temps de Brel, dû à , après celui déjà très célèbre de Daryl Runswick pour les King’s Singers.

Un programme résolument hors des sentiers battus qui prouve une fois de plus la vitalité et l’imagination de l’ dont le répertoire va de la musique baroque au contemporain avec des incursions comme ici dans la chanson mais aussi dans le jazz et la comédie musicale, avec comme seul mot d’ordre l’excellence. Chapeau bas !

(Visited 1 590 times, 1 visits today)