ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

La harpe d’Anaïs Gaudemard en solo

Après un enregistrement dédié aux concertos pour harpe de Boieldieu et de Ginastera et aux danses pour harpe de Debussy, traverse les époques, les approches et les caractères afin de dévoiler la multiplicité du timbre, de la texture et du jeu de son instrument soliste.

Seule la Sonate en la mineur K. 109 de Domenico Scarlatti est une transcription. Sinon, , actuellement en tournée dans le cadre du programme Rising Star et également « artiste associée » de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse, choisit des pièces dédiées originellement pour son instrument : la ballade nordique et fantastique d’ Légende, où la harpiste y déploie de nombreuses qualités riches d’intentions à travers la douleur amoureuse inspirée par le poème Les Elfes de Leconte de Lisle ; l’Impromptu op. 86 de Gabriel Fauré qui marque indéniablement la technique virtuose de l’interprète ; la musique de où son jeu fait preuve d’une puissance poétique admirable dans cette Sonate en sol majeur ; et enfin le souvenir oriental d’une grande expressivité par l’exploitation des effets de résonance de l’instrument par dans Bamyan, ville d’Afghanistan à proximité de laquelle étaient situés les bouddhas détruits en 2001.

Cette programmation très éclectique souligne la place de choix que cet instrument à cordes pincées a obtenu, devenant instrument soliste à part entière à la fin du XIXe siècle, le faisant ainsi sortir soit de son rôle d’accompagnement ou d’une masse orchestrale dominante. Ces choix d’œuvres permettent un éventail large de la variété de sonorités et de techniques que la harpe peut offrir, Anaïs Gaudemard jouant sur une harpe style 23 Gold.

Enregistrer une harpe n’est pas des plus simples pour le réalisateur Alban Moraud, auteur d’un texte dans la notice de présentation du disque – il est toujours intéressant de mettre en lumière les « acteurs de l’ombre ». La prise de son fait la part belle à l’équilibre de toute la tessiture de l’instrument à cordes pincées, réfléchie aussi afin de capter les couleurs et les nuances de la pièce de , les contrastes de la pièce de Carl Philippe Emanuel Bach, comme le velouté des arpèges de Gabriel Fauré.