ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Les Timbres proposent un tournoi musical à Simiane-la-Rotonde

C’est sous la forme originale d’une joute instrumentale que l’ensemble offre au public du festival l’occasion de participer au choix du programme du concert.

Du mythe antique à la réalité géographique, Europe est au centre de la trente-septième édition du festival de musique ancienne de Simiane. Une exposition sur ce thème accueille le spectateur dans la salle basse de la rotonde médiévale. À l’étage, c’est à un voyage musical à travers l’Europe baroque que les quatre instrumentistes des Timbres invitent le public, en lui proposant d’être l’arbitre d’un programme soumis à son vote. La première partie du concert décline l’illustration en musique des quatre grandes nations de l’époque, chacune représentée par son champion : Corelli pour l’Italie, Telemann pour l’Allemagne, Marais pour la France et Purcell pour l’Angleterre. À l’entr’acte, le public vote pour les deux nations qu’il aura préféré, et le choix des deux finalistes déterminera le programme joué en seconde partie. Ce soir, c’est la France et l’Angleterre qui se sont affrontées en finale sous la bannière respective de et de Haendel, pour finalement voir triompher la France et nous offrir en bis Les Tambourins des Pièces de clavecin en concert de Rameau dans une interprétation ébouriffante.

La belle complicité musicale qui règne entre les membres de l’ensemble donne à ces pièces en trio une cohésion et un élan incomparable. En introduction au tournoi, un petit clin d’oeil européen est proposé par une adaptation originale de l’Hymne à la Joie de Beethoven. L’Italie ouvre ensuite les hostilités avec une sonata da chiesa toute en virtuosité et contrastes, où le violon sensible de fait merveille. Pour l’Allemagne, les pièces en trio de sont introduites par une fantaisie pour flûte seule qui permet d’apprécier le jeu d’. Et c’est avec l’introduction de la partie française, sur un prélude de joué à la viole par , que l’on atteint des sommets d’expressivité. Quant à l’Angleterre de Henry Purcell, elle nous donne à entendre un prélude pour clavecin où fait sonner le magnifique instrument copie de Rückers récemment construit par le facteur Jean Bascou.

En seconde partie, c’est donc qui défend l’Angleterre avec des extraits de sonates qui mettent tour à tour en valeur la flûte et le violon. Et c’est qui fait gagner la France avec des extraits des Concerts Royaux et des Nations. On se souvient que avaient fait forte impression l’année dernière avec leur enregistrement des Concerts Royaux sous le label Flora. La qualité de cet ensemble ne se dément pas. Particulièrement remarquable est la réalisation de la basse continue, où la vélocité de la viole de et la belle articulation du clavecin de font merveille. Quant à la présentation en interaction avec le public, elle permet peut-être une écoute plus engagée de l’auditeur. Et nous change favorablement des concerts traditionnels où les musiciens déroulent leur programme sans un mot pour le public.

Crédit photographique : © Christian Glaenzer