ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Enregistrements emblématiques du label Ricercar

Ricercar présente en ce début d’année 2018 une nouvelle collection économique, « Ricercar in eco », remettant en avant douze titres issus de son riche catalogue et souvent devenus introuvables. Cela va des chansons et danses de troubadours et jongleurs de l’époque médiévale (Millenarium) à des fameux arrangements pour ensemble de vents du début du XIXe siècle (William Legrand, Wenzl Sedlak) d’ouvertures d’opéras de Rossini (Marcel Ponseele et le Ricercar Academy, sur instruments d’époque).

Comme chez d’autres labels indépendants, il y a chez Ricercar, depuis sa création en 1980, une véritable politique éditoriale basée sur un goût prononcé pour la recherche et l’originalité des répertoires abordés, tel que le définit le musicologue Jérôme Lejeune, son fondateur et actuel directeur. Créé à l’origine avec et pour l’organiste , le gambiste Philippe Pierlot, l’ensemble Musica Aurea, le chef d’orchestre Pierre Bartholomée et le compositeur Philippe Boesmans, le label s’est développé au fil des décennies avec de nouveaux artistes, s’est progressivement spécialisé dans la musique ancienne et fait partie à présent du groupe belge Outhere Music.

Au travers des différents disques, un éventail assez varié de musique vocale, profane et sacrée, et de musique instrumentale est proposé, avec du très connu (des Toccatas de Bach par ), mais surtout des répertoires plus pointus et relativement rares dans des interprétations marquantes ( et sa Missa Mi-mi dans la belle version de Rebecca Stewart, la polychoralité vénitienne de par le et l’). Tous les volumes sont intéressants, n’ont pas trop vieilli, et quelques perles refont surface, tel le premier enregistrement en 1988 de la Messe pour le Port Royal H.5 de , par trois remarquables sopranos, Greta de Reyghere, Isabelle Poulenard et Jill Feldman, entourées d’un ensemble vocal de femmes. Autre indispensable à toute discothèque de musique ancienne qui se respecte, la sélection de danses tirées du recueil Terpsichore Musarum de par les ensembles La Fenice et . En musique baroque, on trouve par ailleurs un récital du contre-ténor , prestigieuse recrue de l’écurie Ricercar dans ces années-là, suite à la disparition d’Henri Ledroit. Accompagné du , il interprète de rares motets pour voix d’alto d’Antonio Vivaldi, Benedetto Marcello, Georg Matthias Monn et des méconnus Marc Antonio Ziani et Frantisek Ignac Tuma.

De belles publications élégamment présentées, qui en appellent d’autres, le catalogue Ricercar étant riche à ce jour de près de 400 enregistrements !