ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Proust ou les intermittences du cœur : à l’ombre des tourments

Le propos de lors de la création de Proust ou les intermittences du cœur en 1974 pour le Ballet de Marseille était de faire «danser les sentiments». Vingt cinq ans plus tard, la dimension érotique se fait plus évidente dans cette transposition chorégraphique du roman monde de Marcel Proust.

Tout, dans Proust ou les intermittences du cœur nous ramène aux émois amoureux et aux tourments sexuels des personnages de La recherche, plutôt qu’à la sensibilité de Proust. La société bourgeoise et aristocratique de la Belle Epoque à peine esquissée dans un tableau d’ouverture à l’esthétique Musée Grévin, le chorégraphe entre dans le vif du sujet avec un tableau intitulé La petite phrase de Vinteuil, duo sophistiqué où se montre d’une élégance folle, fine, légère et précise. Elle cède la place à la juvénile Gilberte, incarnée avec espièglerie par les délicieuse dans Les Aubépines.

Au son du Morceau de concert pour harpe et orchestre de Camille Saint-Saëns, la pétillante joue une Odette coquette et frivole qui tente d’ensorceler un Swann, dansé par Alexis Renaud, visiblement torturé et amoureux. Souriante, la danseuse ressemble pourtant plutôt davantage à une arlésienne qu’à une demi-mondaine. Un bouquet de jeunes filles en fleurs leur succède devant un paysage de falaises normandes. Celles-ci s’offrent à Albertine, une aux bras anguleux, qui se cabre comme un cheval sauvage. Son amie Andrée (Caroline Bance) se roule sur le sable, attendant Albertine avec sensualité.

Dans le dernier tableau du premier acte, La regarder dormir, Proust Jeune (), danse devant Albertine endormie. Ce long solo est la seule partie gestuellement et émotionnellement forte d’un acte justement intitulé Quelques images des paradis proustiens. Avec un physique à la fois féminin et dramatique, emplit toute entière le long pas de deux qui suit, comme un rêve.

Changement de ton au second acte, intitulé Quelques images de l’enfer proustien où le baron de Charlus, Morel et Saint-Loup se partagent la vedette. Bondissant et gesticulant, le baron de Charlus est attiré par l’extrême jeunesse insaisissable de (Morel). trouve dans le rôle de Charlus un rôle de caractère absolument irrésistible ! Alors qu’il vient de faire ses adieux à l’Opéra de Paris, on imagine qu’il pourra encore jouer les guest stars dans les années futures pour des rôles où l’interprétation compte à ce point.

Dans le tableau suivant, Morel, éphèbe tentateur qui montre son corps nu à un vieil homme, met Charlus à la torture. Suit une scène très réaliste où Charlus s’encanaille avec quatre soldats bleu horizon dans un coupe-gorge. C’est une prestation très physique pour , malmené et rudoyé pour son plaisir par ces quatre malabars.

Le quatuor en ombres chinoises qui suit ces scènes de débauche est plus sexualisé encore par les seins nus de Peggy Dursort dans cette séquence fortement évocatrice. fait du désir frustré une abstraction pour un quatuor très proche du style de . Dans le tableau suivant, Florent Magnenet, très féminin dans le rôle de Saint-Loup livre un solo tenu et sensuel. Rejoint par Morel, leur duo prend des accents dignes de Maurice Béjart tout en étant explicitement sexuel. Deux danseurs magnifiques, au demeurant…

Le ballet se clôt par un tableau final ridicule et figé, dans lequel les principaux personnages réapparaissent. Les conventions sociales y sont transcrites par des gestes d’automates orchestrés par la duchesse de Guermantes () devant un Proust caricatural et immobile.

Si le découpage du ballet en scènes inégales a voulu refléter la structure du roman, il semble avec le recul du temps que les passages les plus abstraits soient ceux qui vieillissent le mieux. Proust ou les intermittences du cœur, entré il y a deux ans au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris a par ailleurs le mérite d’offrir des parties solistes à de nombreux danseurs du Ballet, mais aussi aux musiciens d’un au meilleur de sa forme.

Crédit photographique :  ; et © Julien Benhamou / Opéra national de Paris