Mot-clef : Orchestre de l’Opéra national de Paris

La passion Bérénice de Michael Jarrell sur la scène de Garnier

La passion Bérénice de Michael Jarrell sur la scène de Garnier

Faire chanter l'alexandrin de Racine, voilà le défi que se lance le compositeur suisse Michael Jarrell dans Bérénice donné à Garnier. C'est son sixième ouvrage scénique et le second volet de la trilogie convoquant les chefs d’œuvre de la littérature française, telle que l'a imaginée Stéphane Lissner en passant commande à trois créateurs d'aujourd'hui. « Il se trouve que j'ai un rapport complexe avec la langue française lorsqu'elle est chantée » avoue le ...
18-19-ONP-HUGUE113_DxO.jpg

Le retour des Huguenots à l’Opéra de Paris

Enfin ! On l'avait tant désiré, tant rêvé, tant appelé de nos vœux, le chef-d’œuvre de Meyerbeer revient dans la ville de sa création, lui qui n'avait plus été donné en ces lieux depuis 1936, après plus de 1 000 représentations ! Bien sûr, les puristes hurleront aux coupures, à une mise en scène ou une distribution pas toujours adéquate, mais Les Huguenots sont bel et bien de retour à Paris ! ...
Tristan und Isolde

Une étonnante reprise du Tristan und Isolde de Peter Sellars

En ouverture de cette saison anniversaire de l’Opéra de Paris, cette reprise du Tristan und Isolde par Peter Sellars a de quoi surprendre et à plus d’un titre. Avec une mise en scène désormais classique mais toujours pas acceptée par une partie du public et une distribution dépareillée mais pas inintéressante dans les contrastes qu’elle propose, le beau, le laid, le poétique et le trivial se côtoient. Treize années après les ...

François Alu prend La Fille mal gardée à l’Opéra de Paris

Dès sa première variation dans La Fille mal gardée, charmant ballet prérévolutionnaire ressuscité par Sir Frederick Ashton dans les années 1960, François Alu affirme sa présence scénique et sa maîtrise technique aux côtés de la mutine Alice Renavand. Un rôle qui aurait dû lui valoir le titre d’étoile… François Alu, Premier Danseur adoré du public et de la presse, ronge son frein en attendant une nomination d’étoile qui ne vient pas. ...
Julien_Benhamou___Opera_national_de_Paris-Le-Trouvere-17.18---Julien-Benhamou---OnP---10--1600px

Il Trovatore trouve deux femmes exceptionnelles à Bastille

Fascinante un mois plus tôt sur la scène berlinoise, Anita Rachvelishvili porte triomphalement Azucena sur la scène de l’Opéra Bastille face à la magnifique Leonora de Sondra Radvanovsky. La distribution s’accompagne d’un chœur intéressant chez les hommes et d’un orchestre pertinent sous la direction de Maurizio Benini. La mise en scène d’Il Trovatore d’Àlex Ollé dans des décors d’Alfons Flores n’avait pas convaincu à sa création en 2016 et force est ...
Boris Godounov   / Ivo van Hove

Alexander Tsymbaliuk sort Boris de la grisaille à l’Opéra Bastille

En choisissant la version initiale de Boris Godounov, l’Opéra de Paris laisse la direction artistique aux directeurs musicaux et scéniques de la production, Vladimir Jurowski et Ivo van Hove, au risque de renier une histoire pourtant défendue à grand renfort de communication en début d’année pour Don Carlos. D’une proposition grise ne ressort alors plus que le Boris d’Alexander Tsymbalyuk. En remontant quelques décennies plus tôt, entendre le chef d’œuvre de ...
Un Don Pasquale finalement émouvant au Palais Garnier

Un Don Pasquale finalement émouvant au Palais Garnier

Don Pasquale est l’un des opéras les plus populaires de Donizetti, et pourtant, il aura fallu attendre 2018 pour que la vénérable institution se penche sur lui. Une entrée au répertoire toutefois réussie, notamment grâce à un plateau homogène et de très haute volée au service du regard neuf et émouvant de Damiano Michieletto qui donne du relief à une œuvre plus profonde qu’il n’y paraît. Un opéra bouffe ? Certainement. ...
Emilie_Brouchon___Opera_national_de_Paris-Parsifal-17.18---Emilie-Brouchon---OnP--22--800px

La rédemption d’un Parsifal tant attendu à l’Opéra Bastille

Le voici donc ce Parsifal tant attendu après l’annulation des quatre premières représentations suite à une panne technique. Le plaisir est-il à la hauteur de l’attente ? Oui et non. D’indéniables qualités président à ces représentations d’une très grande tenue. Pour autant, malgré l’homogénéité du plateau, la mise en scène plutôt inspirée de Richard Jones et les splendeurs de l’orchestre, quelques frustrations demeurent. Nous restera alors le bouleversement d’avoir entendu l’Amfortas de ...

Soirée Anne Teresa De Keersmaeker à Garnier : reprise sans surprise

Les saisons se suivent … et parfois se ressemblent. Après leur entrée au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris en octobre 2015, trois pièces d’Anne Teresa De Keersmaeker, Quatuor n°4, Die Grosse Fuge et Verklärte Nacht, font leur retour sur la scène de Garnier, sans grand changement ni dans les distributions ni dans l'interprétation. Ce sont trois pièces majeures, créées entre 1986 et 1995 par la chorégraphe belge, fondatrice ...
Un Benvenuto Cellini de foire à l’Opéra Bastille

Un Benvenuto Cellini de foire à l’Opéra Bastille

Le magnifique Benvenuto Cellini de Berlioz n'avait plus été donné à l'Opéra de Paris depuis 1993 ! Avec cette production invitée, venue tout droit de l'English National Opera et datant de 2014, une mise en scène brillante et une distribution étincelante, la "grande boutique" répare enfin son indifférence. La version choisie est un mélange des différentes moutures que le divin Hector a apportées à sa partition, avec dans le programme de ...
Traviata - Marina Rebeka

Une Traviata en grande forme à l’Opéra de Paris

L’annonce de la défection d’Anna Netrebko, qui devait faire ses adieux au rôle, avait déjà échaudé le public. Quand l’annonceur est venu expliquer que Plácido Domingo était souffrant, le public parisien a manifesté si bruyamment son mécontentement qu’une partie de l’assistance n’a pas compris que l’idole maintenait sa participation. Une ambiance à tirer au couteau a donc ouvert cet après-midi hivernal à l’Opéra Bastille. Trois heures plus tard, ce fut ...

Eugène Onéguine à l’Opéra de Paris, un rôle pour Mathieu Ganio

La reprise par l’Opéra de Paris du ballet Eugène Onéguine, chef-d’œuvre de John Cranko inspiré du roman en vers d’Alexandre Pouchkine, est une réussite. Cette distribution étoilée confie les rôles des protagonistes à des danseurs aguerris, qui ont mûri leur interprétation. Mathieu Ganio s’impose dans le rôle d’Onéguine et confirme son talent pour l’interprétation de ces personnages mélancoliques à forte intériorité. Créé en 1965, le ballet de John Cranko est entré ...
Emilie_Brouchon___Opera_national_de_Paris-Un-Bal-masque-17.18---Emilie-Brouchon---OnP--18--1600

À l’Opéra de Paris, Un bal masqué pour Sondra Radvanovsky

Un bal masqué est une œuvre verdienne sinon rare, en tout cas peu donnée et les dernières représentations de cette production n’avaient pas laissé un souvenir impérissable. Pourtant, cette reprise réserve quelques jolies surprises et confirme que Sondra Radvanovsky est peut-être actuellement une des plus grandes chanteuses verdiennes de la scène internationale. Nous ne reviendrons pas sur la mise en scène de Gilbert Deflo dont le travail se résume à ...
Boheme

Bohème sur la Lune mais sans étoiles à l’Opéra de Paris

En transposant l’action de La Bohème dans l’espace, Claus Guth prend le risque du concept qui ne fonctionne pas et s’écrase dès le premier tableau dans un décor somptueux mais inutile, surtout fait pour masquer l’absence totale d’idées. Gustavo Dudamel, encore peu habitué à l’opéra, apporte sa touche glaciale à la soirée, sans permettre à une distribution en manque d’air de s’épanouir. À son arrivée à l’Opéra de Paris, l’équipe Lissner ...
De la maison des morts selon Chéreau, enfin à l’Opéra de Paris

De la maison des morts selon Chéreau, enfin à l’Opéra de Paris

Un « nouveau spectacle » aujourd’hui âgé de 10 ans : la communication de l’Opéra de Paris fait preuve d’un certain humour autour de cette production de De La Maison des morts devenue une référence depuis sa création aux Wiener Festwochen grâce au regard particulièrement juste de Patrice Chéreau. Pierre Boulez n’est plus à la baguette, mais pour cette première à Paris, la lecture saisissante d’Esa-Pekka Salonen sublime le lyrisme déchirant et la ...
Balachine/Teshigawara/Bausch (saison 2017-2018)

Un triptyque Balanchine/Teshigawara/Bausch moderne et percutant

Voilà une soirée composée comme un repas de grand-chef, savamment dosée, savoureuse et épicée, un feu d’artifice pour les papilles du balletomane ! Comme un dialogue avec la fondation LVMH qui s’interroge sur ce que c'est qu'être moderne en peinture, ce programme questionne la modernité en danse, depuis Balanchine jusqu’à la nouvelle création de Saburo Teshigawara, Grand Miroir, en passant par le chef-d’œuvre absolu qu’est Le Sacre du printemps de ...
Du jeudi 26 octobre 2017 au jeudi 16 novembre 2017

Bryn Terfel reprend avec brio les habits de Falstaff à l’Opéra Bastille

Quelques semaines après Don Carlos, le dernier opéra de Verdi retrouve les planches de l’Opéra Bastille avec la production de Dominique Pitoiset et en têtes d’affiche le trublion Bryn Terfel et la belle Julie Fuchs. Le reste de la distribution mêle bonnes et moins bonnes surprises quand, en fosse, le chef italien Fabio Luisi démontre qu’il connaît son Verdi. La production de Dominique Pitoiset a bientôt vingt ans et, si ses ...
Casting d’exception pour Don Carlos à Bastille

Casting d’exception pour Don Carlos à Bastille

Ils sont tous là ! L’évènement lyrique de la rentrée est bien en ce moment à Paris dans un formidable Don Carlos qui ne détonne que par une direction musicale le plus souvent à côté de la plaque. Peu importe : l’apothéose opératique est sur le plateau, à tout point de vue. On attendait le scandale sur le plateau, c’est dans la fosse que finalement on le trouve. Ou peut-être dans cette salle ...
VeuveJoyeuse2

Reprise de La Veuve Joyeuse pour la rentrée de l’Opéra de Paris

Manque de précision évident à de nombreux moments et à plusieurs niveaux, mise en scène bien trop disproportionnée pour combler cette grande salle de l’Opéra Bastille, un plateau vocal qui peine à arriver jusqu’à nos oreilles : les bulles de champagne de La Veuve Joyeuse en version allemande pétillent grâce aux chorégraphies énergiques et spectaculaires de Laurence Fanon et à la qualité des mélodies de Franz Lehár, mais ne nous font ...
Sylphide ONP 2017

La Sylphide à l’Opéra de Paris : ainsi va la vie d’une troupe

La reprise du ballet romantique de Pierre Lacotte en cette fin de saison 2017 s'accompagne d'un certain nombre de prises de rôles pour les solistes ainsi que pour de nombreux danseurs du corps de ballet, alors que d'autres prendront leur retraite dans quelques semaines. Il aura fallu attendre longtemps pour que Myriam Ould-Braham puisse enfin graver dans les mémoires une prise de rôle dans laquelle on n’attendait qu'elle depuis des années. ...
Moise-et-Aaron-Bastille-Jordan-Castellucci_DVD

Moses und Aron par Romeo Castellucci ou le triomphe de l’image

La transposition en DVD du Moses und Aron signé par le remuant Romeo Castellucci à l'Opéra de Paris en 2015 souligne la difficulté qu'il y a à rendre justice à une mise en scène dont les aspects radicaux sont conçus pour être vus de loin et dans le feu de l'action. Une captation vidéo pour les inconditionnels du metteur en scène. Lors des représentations données à Bastille en octobre 2015, nous avions souligné la ...
cenerentola garnier17

La Cenerentola à Garnier, une nouveauté déjà démodée

Pas de pantoufle ni de marâtre pour La Cenerentola de Rossini, mais sous la mise en scène de Guillaume Gallienne et la direction musicale d’Ottavio Dantone, la citrouille ne se transforme pas non plus en carrosse. La distribution vocale fraîche et pétillante, dominée par un charismatique Roberto Tagliavini suscitant les applaudissements les plus nourris en fin de représentation, semble tout de même manquer d’envergure dans cette salle si prestigieuse qu’est ...
Un grand Rigoletto dans une petite boite

Un grand Rigoletto dans une petite boite

Depuis quand l’Opéra de Paris ne nous avait pas offert un grand Rigoletto ? Les chanteurs réunis à Bastille en ce soir de première réparent ces années d’errances où il semblait presque impossible de réunir une distribution homogène au service d’une œuvre forte et déchirante. Car si la mise en scène minimale de Claus Guth ne révolutionne pas l’approche d’une œuvre plus politique que psychologique, Željko Lučić, Nadine Sierra et Vittorio ...
Anna Netrebko brille de tous ses feux en Tatiana à l’Opéra Bastille

Anna Netrebko brille de tous ses feux en Tatiana à l’Opéra Bastille

Le retour, sur la scène de la Bastille, de la production historique d'Eugène Onéguine de Tchaïkovski, doit son succès à une distribution de grande qualité. En 2008, lorsque Gérard Mortier souhaite remonter Eugène Onéguine, il fait appel à un jeune metteur en scène encore très peu connu, Dmitri Tcherniakov, et récupère sa production récente du Théâtre Bolchoï, plutôt que de réutiliser celle de Willy Decker créée en 1995. Deux ans plus ...
Emilie_Brouchon___Opera_national_de_Paris-Wozzeck-16.17---Emilie-Brouchon---OnP--9--800

Wozzeck par Christoph Marthaler revient à Bastille

C’est après presque huit ans d’absence à l’Opéra national de Paris que le Wozzeck du metteur en scène Christoph Marthaler réapparaît. Pour cette nouvelle reprise, la plupart des interprètes effectuent leur prise de rôle, à l’exception de Štefan Margita et Kurt Rydl. Et si le décor est resté le même, les autres composantes du spectacle ont subi des modifications plus ou moins importantes. Tout d’abord, il est à noter que la ...
Elisa_Haberer___Opera_national_de_Paris-La-Fille-de-neige-16.17---Elisa-Haberer---OnP--10--800

La Fille de neige par Tcherniakov : les limites de l’idéal communautaire

Pour faire entrer dans son répertoire la rare Fille de neige (Snegourotchka) de Nikolaï Rimski-Korsakov, l’Opéra de Paris a fait appel au metteur en scène russe Dmitri Tcherniakov, dont les relectures et transpositions, plus ou moins heureuses (sublime Ruslan et Ludmila au Bolchoï mais improbable Macbeth à Bastille) ont établi la réputation. La transposition est ici subtilement négociée pour charger le folklore d’interrogations autour de l’idéal communautaire. La distribution réunie autour d’Aida Garifullina, superbe ...
83a4d7d119f53cd5afd33fb12b81202f

L’élection de Jacques Chirac en 1995, c’est aussi…

… la relance de la construction de la grande salle de la Cité de la musique à Paris Inaugurée le 12 janvier 1995 par François Mitterrand, la Cité de la musique est habituellement présentée comme faisant partie des « Grands travaux » lancés en 1981 par le président de la République. Mais la Cité de la musique telle que nous la connaissons en 2017, dépasse largement l’idée d’un seul homme, et si cela ...
Faire confiance à Berlioz : Béatrice et Bénédict au Palais Garnier

Faire confiance à Berlioz : Béatrice et Bénédict au Palais Garnier

Et si la solution pour mettre en scène Béatrice et Bénédict, œuvre réputée inmontable, était justement de ne pas la mettre en scène ? La mise en espace de Stephen Taylor au Palais Garnier est ce qu'on a vu de plus réussi pour traduire le propos de notre cher Hector ! Au devant de la scène, une rangée de chaises noires accueillent les chœurs, qui ne restent pas toujours benoitement assis, ...
Renaud Capuçon en terres contemporaines

Renaud Capuçon en terres contemporaines

On le sait peut-être moins, mais le violoniste Renaud Capuçon est un ardent défenseur de la musique d'aujourd'hui (lire notre entretien), qu'il joue toujours avec un investissement émotionnel presque supérieur aux œuvres du répertoire. Gourmand de créations, trois d'entre elles sont aujourd'hui proposées au disque. Elle sont signées par l'Allemand Wolfgang Rihm, et les Français Pascal Dusapin et Bruno Mantovani. Chef de file de la "nouvelle simplicité", Wolfgang Rihm a conçu son ...
Trompe-La-Mort de Luca Francesconi en création sur le plateau de Garnier

Trompe-La-Mort de Luca Francesconi en création sur le plateau de Garnier

Après la création, à la Scala, de son opéra Quartett en 2011, le Milanais Luca Francesconi répond à la commande de l'Opéra de Paris avec Trompe-La-Mort d'après Honoré de Balzac. S'il élabore lui-même le livret, il avoue ne pas avoir touché à l'écriture de Balzac, celle de Splendeurs et misères des courtisanes dont est tirée l'histoire de ce personnage caméléon aux quatre visages. Avec la collaboration fructueuse du metteur ...