À emporter, CD, Musique symphonique

Elgar par ses plus fidèles serviteurs

Plus de détails

Edward Elgar (1857-1934) : Symphonie n°1 op. 55 ; Symphonie n°2 op. 63 ; Sea Pictures op. 37 ; Falstaff, étude symphonique op. 68 ; Concerto pour violon op. 61 ; The Sanguine Fan op. 81 ; Imperial March op. 32 ; In the South (Alassio) op. 50 ; Serenade op. 20 ; Coronation March op. 20 ; Introduction and allegro pour quatuor à cordes et orchestre à cordes op. 47 ; ouverture « Cockaigne » op. 40, Froissart, ouverture de concert op. 19 ; three Characteristic Pieces op. 10 ; Elégie pour orchestre à cordes ; Chanson de nuit et chanson de matin op. 15 ; Concerto pour violoncelle op. 85 ; Variations sur un thème original « Enigma » pour orchestre op. 36. Paul Tortelier, violoncelle ; Alfredo Campoli, violon ; Dame Janet Baker, contralto. London Philharmonic Orchestra, direction : Sir Edward Elgar, Sir Landon Ronald, Sir Adrian Boult, Sir Georg Solti, Sir Charles Mackerras, Vernon Handley. 5 CD LPO LPO-0016. Code barre : 8-54990-00116-1. Enregistré à Londres entre 1933 et 1985. Notice de présentation en anglais. Durée : 6h25

 

Les Clefs ResMusica

Cette année, le monde musical célèbre les 150 ans de la naissance de Sir . Il est inutile de dire que cette célébration est passée complètement inaperçue de ces côtés de la Manche… On regrette également une même mais plus curieuse amnésie de la part des maisons de disque tout aussi inertes. Fort heureusement, l’Orchestre philharmonique de Londres nous propose une session de rattrapage ! Cette phalange qui peut s’enorgueillir du passé le plus prestigieux au service du compositeur, édite un joli coffret cartonné reprenant des enregistrements réalisés pour différents labels (Decca, EMI, Readers’s Digest, Nixa…).

À tout seigneur, tout honneur, le compositeur, grand chef d’orchestre, fut convié par Thomas Beecham, le créateur du London Philharmonic, à diriger la formation, un mois après le concert inaugural (donné le 7 octobre 1932). Elgar dirigea le jeune Menuhin, alors âgé de 16 ans, dans son concerto pour violon. Le musicien conduit ici avec finesse, précision et sans épanchements sentimentalistes quelques-unes de ses pièces les plus célèbres : l’Elégie et la Sérénade pour orchestre à cordes. Son fidèle ami Sir se charge, avec compétence, de la brève marche du couronnement.

Au cours de sa longue carrière discographie (qui s’étend de 1920 à 1978 !), Sir , enregistra, souvent à de nombreuses reprises, la musique d’Elgar avec le LPO. Il se taille d’ailleurs la part du lion de ce coffret en accompagnant et dans les concertos pour violon et violoncelle, mais aussi en dirigeant Falstaff, The Sanguine Fan et quelques miniatures. Il n’y a rien à dire de sa direction tant elle est l’incarnation du goût et du style idéaux pour ces partitions.

Les enregistrements les plus stupéfiants sont à mettre au crédit de Sir . Sous sa battue nerveuse, sanguine et ultra précise, la musique d’Elgar se rapproche de Richard Strauss, c’est surtout vrai pour l’ouverture Cockaigne et In the South. La première somme comme Till L’espiègle alors que la seconde se rapproche du poème symphonique Don Juan. Solti évacue toute fantaisie ou ton pastoral pour prendre ces partitions à bras le corps, faisant surgir de sombres nuages des cordes et des vents ainsi que des éclairs des parties des cuivres. L’enregistrement de la Symphonie n°1 (1972) est l’une des meilleures versions de cette pièce assez difficile à unifier. L’excellent livret de présentation raconte qu’à l’époque de cet enregistrement, la Grande-Bretagne était, comme souvent dans les années 70, secouée par de longues grèves des mines et de l’industrie. Face à cette situation, le gouvernement conservateur de Ted Heath déclara la semaine de travail de trois jours, mais des perturbations continuèrent à l’image de très nombreuses coupures de courant. Toutes les sessions d’enregistrements étaient susceptibles d’être coupées, Solti profite de cette tension pour tirer le maximum de ses musiciens dans une lecture tempétueuse.

Grand serviteur de la musique anglaise, nous offre une exceptionnelle lecture de la Symphonie n°2. Assez brute dans ses teintes et son fini orchestral, mais redoutablement charpentée (et c’est peu dire que cette œuvre est redoutable pour le chef, de grands noms de la baguette s’y sont naufragés) et emportée dans des tempi vifs, cette interprétation est un modèle de compréhension du message d’Elgar aux côtés des versions enregistrées par Elgar lui-même et Daniel Baremboim (Sony). tisse ensuite un superbe écrin à Dame dans les Sea Pictures. Il s’agit de la première édition discographique de ce concert donné en avril 1984 à l’occasion des 50 ans du décès du compositeur.

Grand tube d’Elgar, archi joué et enregistré, les variations Enigma sont servies par qui en donne une belle version fougueuse et linéaire qui peut compter parmi les références de l’œuvre avec celles de (Decca), Arturo Toscanini (différents labels), Eugen Jochum (DECCA), Pierre Monteux (Decca), Paavo Järvi (Telarc), Leopold Stokowski (Cala), Leonard Bernstein (DGG) et Bernard Haitink (LPO).

Ne comportant que des interprétations de très haut niveau, souvent essentielles, ce coffret est une aubaine et un évènement discographique majeur de la saison.

Plus de détails

Edward Elgar (1857-1934) : Symphonie n°1 op. 55 ; Symphonie n°2 op. 63 ; Sea Pictures op. 37 ; Falstaff, étude symphonique op. 68 ; Concerto pour violon op. 61 ; The Sanguine Fan op. 81 ; Imperial March op. 32 ; In the South (Alassio) op. 50 ; Serenade op. 20 ; Coronation March op. 20 ; Introduction and allegro pour quatuor à cordes et orchestre à cordes op. 47 ; ouverture « Cockaigne » op. 40, Froissart, ouverture de concert op. 19 ; three Characteristic Pieces op. 10 ; Elégie pour orchestre à cordes ; Chanson de nuit et chanson de matin op. 15 ; Concerto pour violoncelle op. 85 ; Variations sur un thème original « Enigma » pour orchestre op. 36. Paul Tortelier, violoncelle ; Alfredo Campoli, violon ; Dame Janet Baker, contralto. London Philharmonic Orchestra, direction : Sir Edward Elgar, Sir Landon Ronald, Sir Adrian Boult, Sir Georg Solti, Sir Charles Mackerras, Vernon Handley. 5 CD LPO LPO-0016. Code barre : 8-54990-00116-1. Enregistré à Londres entre 1933 et 1985. Notice de présentation en anglais. Durée : 6h25

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.