À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Envoûtant, fascinant, troublant Schumann par Olivier Chauzu

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Toccata op. 7 ; Davidsbündlertänze op. 6 ; Humoreske op. 20. Olivier Chauzu, piano. 1 CD Calliope CAL 9409. Enregistré en juillet 2008. DDD. Notice bilingue (français, anglais). Code barre : 7 94881 89752 0. Durée : 73’28’’.

 

Les Clefs ResMusica

Il arrive – exceptionnellement – que l’on découvre un enregistrement dont la perfection musicale rende vaine la tentative de poser des phrases dessus. Comment être à la hauteur de ce que l’on entend, comment ne pas le dénaturer et le scléroser en l’enfermant dans des mots ? Tel est le cas de cet enregistrement d’.

Déjà célébré dans nos pages pour sa profondeur et sa rondeur de son, il fascine ici par sa délicatesse, sa capacité à ciseler délicatement chaque son. Sous ses doigts l’univers insaisissable de renaît dans toute sa complexité et sa richesse. A aucun moment les notes ne prennent le pas sur l’expression, chaque instant musical nous apparaît dans sa quintessence musicale.

Dans l’œuvre prolifique de Schumann, Chauzu a choisi trois pièces parmi les plus «instables», trois œuvres qui tirent toute leur richesse de la capacité du compositeur de sauter sans cesse d’un climat à un autre, d’une idée à l’autre. Si les Davidsbündlertänze, avec leurs sous-titres, sont explicitement dans cette vaine, c’est également le cas de la Toccata et de l’Humoreske – de façon moins exacerbée pour cette dernière. Le défi pour l’interprète face à ces œuvres est de taille : accepter d’investir et transcender totalement chaque caractère musical, parvenir à bondir de l’un à l’autre sans garder la nostalgie du précédent exige à la fois une très grande maîtrise technique mais aussi la capacité de s’immerger totalement dans chaque univers, aussi bref soit-il.

nous offre chaque pensée dans ce qu’elle a de plus impalpable et de plus magique, avec le même souci de vérité musicale pour chacune d’entre elle. Tour à tour incisif, profond, envoûtant, éclatant, brillant, délicat, sombre, il nous plonge dans un tourbillon de sensations musicales dont on ne souhaite pas sortir. Et surtout, surtout, cette délicatesse, cette capacité à cueillir le son et le laisser s’éteindre dans le suivant … tout simplement troublant, au-delà de tous les autres aspects de l’enregistrement.

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Toccata op. 7 ; Davidsbündlertänze op. 6 ; Humoreske op. 20. Olivier Chauzu, piano. 1 CD Calliope CAL 9409. Enregistré en juillet 2008. DDD. Notice bilingue (français, anglais). Code barre : 7 94881 89752 0. Durée : 73’28’’.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.