Le Centre Lyrique Clermont-Auvergne fête ses 20 ans

cbaptiste_chanat-001Pour la saison 2018-2019, le fête la vie mais fête aussi les vingt ans de sa saison lyrique. Mettre un « pied à l’étrier » aux jeunes chanteurs, faire venir les jeunes à l’Opéra et défendre des productions et des co-productions « made in Auvergne », voilà les risques que prend l’institution chaque année.

Sous la forme d’une association « loi 1901 », le voit le jour en 1983 avec comme objectif principal d’organiser un concours international de chant dans la capitale Auvergnate. Ce n’est qu’en 1998 que, sous l’impulsion de la municipalité, sa deuxième mission se met en œuvre : monter une saison lyrique avec en moyenne vingt manifestations proposées chaque année. Les derniers chiffres de l’institution sont éloquents : pour la saison 2016-2017, le Centre Lyrique a fait venir 19 000 spectateurs dont les deux tiers à Clermont-Ferrand, avec un taux de remplissage de 87 % du bel Opéra-Théâtre fraichement rénové dont est doté la ville. Pour la saison 2017-2018, ce n’est pas moins de 29 000 spectateurs qui sont venus au théâtre, dont 790 abonnés contre 770 l’année passée.

A chaque saison, le Centre Lyrique propose une nouvelle saison éclectique où se mêle nouvelles productions (50% de la programmation) de la période baroque à la musique contemporaine, grâce principalement aux partenariats avec l’Orchestre d’Auvergne récemment labellisé, Opéra Nomade et Opéra Éclaté, et où se côtoient jeunes artistes en devenir, grâce à l’organisation du concours local, et grands noms de la scène lyrique internationale.

Un Concours de chant pour s’insérer concrètement dans la vie professionnelle

La grande particularité du concours international organisé par le Centre Lyrique Clermont-Auvergne est de proposer des prix sous la forme de contrats d’engagement pour des productions initiées par l’institution clermontoise ainsi que ses partenaires comme le festival de Saint-Céré, l’Atelier lyrique de Tourcoing, la Fondation Royaumont ou encore le festival de La Chaise-Dieu. Attirant désormais plus de 350 chanteurs de 50 nationalités différentes à chaque édition, le concours a mis en lumière des artistes comme Julien Dran, nommé aux Victoires de la musique, Cyrille Dubois, révélation aux Victoires de la musique en 2014, Anna Kasyan, nommé aux Victoires de la musique, ou bien encore Elsa Dreisig, révélation lyrique de l’année 2015.

Cette audition à visée exclusivement professionnelle a permis de faire émerger plusieurs productions de Donizetti (Don Pasquale) à Haendel (Acis and Galatea), de Rossini (Le Barbier de Séville) à Mozart (L’Enlèvement au Sérail), certaines à rayonnement international comme Don Pasquale, joué une trentaine de fois en France et en Italie entre 2014 et 2015.

Lors de la 26e édition du concours cette année, le record a été battu en atteignant 550 candidatures de 44 nationalités différentes.

CLCF_1
Le chant lyrique tourné vers le jeune public

De 2009 à 2016, le Centre Lyrique Clermont-Auvergne a vu la fréquentation de son jeune public augmenté de 125 % et compte aujourd’hui 30% de son public ayant moins de 27 ans. C’est le résultat de l’intense politique culturelle et pédagogique en direction du jeune public que mène l’institution. Ainsi, le Centre Lyrique sort de ses murs pour rencontrer les écoliers, lycéens et étudiants de la région, mais également des familles a priori éloignées culturellement ou géographiquement de l’opéra ainsi que tous les publics empêchés.

A partir d’un travail préparatoire et d’actions pédagogiques variées, le Centre Lyrique permet ainsi des rencontres avec les équipes artistiques et techniques, d’assister à des répétitions et à des spectacles, d’organiser des visites de l’Opéra-Théâtre, du FRAC, du Centre national du costume de scène et des différents musées en Auvergne, et de participer à des ateliers de mise en scène et de chant, de costumes, de décors, de maquillage et des métiers de l’opéra. La démarche « Lyrique en quartier(s) » offre des concerts, des ateliers, des expositions et des retransmissions dans les Maisons de quartier. Enfin, le projet « Graines d’opéra » fait participer à chaque année scolaire, une classe d’enfants d’un quartier prioritaire de la ville pour monter un spectacle lyrique, entouré de professionnels, afin de se produire en fin d’année scolaire à l’Opéra-Théâtre.

La semaine des 20 ans

C’est à l’image de ces trois principales missions que le directeur, Pierre Thirion-Vallet, a construit la semaine « anniversaire » en début d’avril. Du lyrique, avec l’Ensemble La Rêveuse que ResMusica a récemment rencontré à l’occasion de leur album consacré aux œuvres tardives de Marin Marais, et la multitude de masques utilisés par le Théâtre de l’Éventail afin de mener le « théâtre dans le théâtre » de la comédie-ballet de Lully et Molière, Monsieur de Pourceaugnac.

De la valorisation de jeunes talents, avec le retour de cinq lauréats des dernières éditions du concours de chant : Marie Karall (mezzo-soprano), Florian Laconi (ténor), Armando Noguera (baryton), Maria Grazia Schiavo (soprano) et Mary Elizabeth Williams (soprano). De la jeunesse avec Le Siffleur qui casse les codes de la musique classique grâce au créatif Fred Radix. Pour 20 ans de plus ?

Crédits photographiques : Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand © Baptiste Chanat ; Concours international de chant de Clermont-Ferrand 2019 © Yann Cabello

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.