Banniere-ClefsResmu-ok

Gergiev réussit son Parsifal !

À emporter, CD, Opéra

Richard Wagner (1813-1883) : Parsifal. Gary Lehman, Parsifal ; Violeta Urmana, Kundry ; René Pape, Gurnemanz ; Evgeny Nikitin, Amfortas ; Alexei Tanovitski, Titurel ; Nikolai Putilin, Klingsor. Chœur et orchestre du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, direction : Valery Gergiev. 1 coffret de 4 CD Mariinsky. Référence : MAR0508. Code barre : 8 22231 85082. Notice de présentation en : russe, anglais, allemand et français. Texte chanté en allemand, traductions en russe, français et anglais. Enregistré en juin 2009. Durée : 258’35

 

Les Clefs ResMusica

Wagner avec Gergiev ! Sur le papier l’addition des deux noms ne va pas franchement de soi ! Et l’on imagine, de prime abord, une profonde divergence entre le tempérament bouillant du chef et le creusement émotionnel et musical de Wagner et surtout de Parsifal ! Pourtant il faut passer sur les apparences car le chef livre ici l’une des interprétations les plus abouties de la partition et l’un de ses meilleurs disques.

Gergiev dirige lentement, très lentement. Son Parsifal est l’un des plus retenus de la discographie avec 4 heures et 18 minutes de durée pour les trois actes ! On est dans les temps de Hans Knappertsbusch, Rafael Kubelik ou Georg Solti (pour les amateurs de chiffres le rapide, Boulez fait le tour de l’œuvre en 3 heures et 38 minutes !). Gergiev prend donc son temps, sculptant, pétrissant la pâte orchestrale avec un prélude extatique et planant ; mais jamais cette direction ne s’appesantit gardant encore et toujours une logique narrative, même si l’acte III pourrait durer des heures encore tant la magie opère ! L’acte II, plus brassé s’avère lui aussi idéal ! Le chef sait allier la flexibilité des tempi au geste dramatique. L’orchestre de Mariinsky est tout simplement magique de chaleur, de rondeur, de beauté et de précision. Les cuivres s’avèrent grandioses dans leur précision et leur galbe.

Jet-chef sur-booké et avare de répétitions, Gergiev signe ici l’une de ses interprétations les plus personnelles et indispensables avec un Parsifal noir et étouffant !

La distribution n’est pas en reste avec, en tête d’affiche, un , Gurnemanz magistral, avec sa voix de velours à la fois sombre et corsée. Grande interprète de Kundry, assure toute l’amplitude de ce rôle. n’est pas le Parsifal le mieux chantant de la discographie, mais sa maîtrise de rôle et son interprétation campent un Parsifal résigné et fatigué. Le reste de la distribution, et surtout l’Amfortas d’ ou le Klingsor de Nikolai Putilin, se hisse, sans problèmes, au niveau du reste su plateau.

Il faut également saluer l’esthétisme et le luxe de ce coffret. Outre une qualité sonore parfaite, cet enregistrement bénéficie d’un livret soigné avec traduction multilingue du texte et d’un beau coffret. Dans ces années de vaches maigres du disque lyrique, ce box renvoie à une époque luxueuse !

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.