Mot-clef : Evgeny Nikitin

Approfondissement de la 8e de Mahler par Valery Gergiev à Paris

Approfondissement de la 8e de Mahler par Valery Gergiev à Paris

Le 12 septembre 1910 à Munich, la création de la Symphonie n° 8, l’orchestre philharmonique et les chœurs étant placés sous la baguette du compositeur fut le plus grand succès de Gustav Mahler de son vivant. L’œuvre est donc liée à l’orchestre de façon consubstantielle. Un siècle après, Christian Thielemann la reprit, et son successeur Valery Gergiev l’a programmée en conclusion du week-end Mahler de la Philharmonie de Paris. Gergiev ne ...
fidelio_WF_187 (c) Monika Ritterhaus

Entre grotesque et sublime, le Fidelio d’Achim Freyer à Luxembourg

La mise en scène d’Achim Freyer, une fois de plus, fait débat. Non pas pour la qualité des images qu’elle produit, mais pour son adéquation à l’esprit et au message de l’œuvre. L'interprétation musicale est de toute beauté, en revanche, grâce notamment au chœur, à l’orchestre et à la direction de Minkowski. Jusqu’où peut-on aller dans la relecture des grands chefs d’œuvre du répertoire ? La question se pose assurément au ...
A la Philharmonie de Paris, Valery Gergiev conclut sa Tétralogie wagnérienne

A la Philharmonie de Paris, Valery Gergiev conclut sa Tétralogie wagnérienne

Bien loin de l’adieu crépusculaire en demi-teinte qu’on était en droit de redouter après le Siegfried de la veille, c’est sur un Crépuscule des dieux éclatant que Valery Gergiev conclut son marathon wagnérien. Si Siegfried la veille avait pu manquer quelque peu de souffle du fait d’une direction assez inconstante du chef, le Crépuscule de ce soir bénéficie, au contraire, d’une conduite orchestrale sans faille et d’une prestation instrumentale de tout ...
gergiev vign

Siegfried à la Philharmonie de Paris par Valery Gergiev

Retour de Valery Gergiev et de ses troupes du Mariinsky à la Philharmonie de Paris pour ce deuxième volet de la Tétralogie wagnérienne. Après un Or du Rhin irréprochable et une Walkyrie saisissante la saison dernière, le chef ossète retrouve, ce soir, le public parisien afin d’achever son audacieux pari, en débutant par un Siegfried de belle tenue qui laisse, toutefois, entrevoir quelques faiblesses. Des réserves qui touchent à la forme ...
Boris Godounov   / Ivo van Hove

Alexander Tsymbaliuk sort Boris de la grisaille à l’Opéra Bastille

En choisissant la version initiale de Boris Godounov, l’Opéra de Paris laisse la direction artistique aux directeurs musicaux et scéniques de la production, Vladimir Jurowski et Ivo van Hove, au risque de renier une histoire pourtant défendue à grand renfort de communication en début d’année pour Don Carlos. D’une proposition grise ne ressort alors plus que le Boris d’Alexander Tsymbalyuk. En remontant quelques décennies plus tôt, entendre le chef d’œuvre de ...
Emilie_Brouchon___Opera_national_de_Paris-Parsifal-17.18---Emilie-Brouchon---OnP--22--800px

La rédemption d’un Parsifal tant attendu à l’Opéra Bastille

Le voici donc ce Parsifal tant attendu après l’annulation des quatre premières représentations suite à une panne technique. Le plaisir est-il à la hauteur de l’attente ? Oui et non. D’indéniables qualités président à ces représentations d’une très grande tenue. Pour autant, malgré l’homogénéité du plateau, la mise en scène plutôt inspirée de Richard Jones et les splendeurs de l’orchestre, quelques frustrations demeurent. Nous restera alors le bouleversement d’avoir entendu l’Amfortas de ...
Parsifal (BadenBaden18)_1

Parsifal à Baden-Baden : du beau son mais pas seulement

Avec ses sonorités ensorcelantes et la direction amoureuse de Simon Rattle, le Philharmonique de Berlin est la véritable star de Parsifal à Baden-Baden et offre un écrin de rêve à une distribution internationale presque parfaite et de très haut niveau. Seule la mise en scène de Dieter Dorn, avare d’idées et terne de scénographie, n’est pas tout à fait à la hauteur de l’événement. Pour la cinquième année, l’Orchestre Philharmonique ...
salomé amsterdam

Salomé à Amsterdam, un spectacle abouti

Le Nederlandse Opera d’Amsterdam clôture brillamment sa saison musicale avec une nouvelle production de Salomé de Richard Strauss, signée Ivo van Hove, metteur en scène dont nous avions apprécié un audacieux Ring des Nibelungen en 2008 à l’Opéra des Flandres. Cette Salomé constitue un spectacle enthousiasmant à plus d’un titre car il s’agit d’une véritable réussite collective. Bien qu’en somme la production s’avère assez économe en moyens, elle n’en demeure pas ...
Baden-Baden_Osterfestspiele_2017_TOSCA_c_Monika_Rittershaus (15)

Carmen, Tosca et Mahler au Festival de Pâques de Baden-Baden

Le bilan est plutôt mitigé à l’issue du premier week-end du Festival de Pâques 2017 de Baden-Baden. La fort sympathique découverte de jeunes chanteurs et musiciens dans La Tragédie de Carmen et une brillantissime Sixième symphonie de Mahler ne sauraient faire oublier la déception d’une Tosca sans vie ni passion. À la suite d’Hector Berlioz qui y créa Béatrice et Bénédict, la minuscule bonbonnière du Théâtre de Baden-Baden accueille La ...
Feuriger Engel 04

L’Ange de feu à Munich, le théâtre est en fosse

La production de Barrie Kosky déçoit, mais le théâtre est dans la fosse avec Vladimir Jurowski. Les opéras de Sergueï Prokofiev n’encombrent pas les saisons des maisons d’opéra, même en Russie, ce qui est une négligence coupable ; on peut donc particulièrement se réjouir d’avoir pu voir en une seule saison deux productions fort différentes de L’Ange de feu, l’opéra maudit que Prokofiev n’entendit jamais, et qui pourtant a tant de titres ...
51m4EPpm+uL._SS280

Le fabuleux Wagner de Nikitin et Arming

Chassé de la Colline Verte en 2012 à cause d’un tatouage politiquement incorrect, Evgeny Nikitin poursuit tout de même une carrière internationale. Ainsi, il vient de publier son premier récital solo consacré exclusivement à Richard Wagner. « Die Frist ist um ». Quelques notes, quelques mots suffisent à Evgeny Nikitin pour créer une atmosphère. On tend l’oreille, on est captivé par cette voix sombre et mystérieuse qui semble faite pour donner ...
e nikitin a paley

Evgeny Nikitin et l’OPRL interprètent Wagner

En avant première d'un futur disque, l'Orchestre philharmonique royal de Liège, son chef Christian Arming et le baryton Evgeny Nikitin proposent un concert Wagner avec à peine quarante-cinq minutes de musique, ce qui peut sembler bien court lorsque l'on mobilise sur scène les larges effectifs wagnériens en plus d'un grand nom de la scène lyrique... Si l'opéra n'est pas, par définition, le premier terrain de jeu de l'Orchestre Philharmonique Royal de ...
Fidelio(Verbier).08

À Verbier, Minkowski enflamme Fidelio

Un tour de force. Deux jours de répétitions, certes intensives, et Marc Minkowski offre un Fidelio de Ludwig van Beethoven qu’il marque de sa puissante empreinte personnelle. Il n’y manquait que le décor et les costumes pour qu’on puisse déjà affirmer qu’on avait assisté au Fidelio du siècle ! On sait Minkowski vivant sa musique et sachant l’insuffler à son orchestre. Son visage, sa gestuelle, son corps, tout en lui est ...
gergiev

Valery Gergiev très affûté inspiré par Berlioz

Le "Berlioz tour" de Valery Gergiev et du LSO passait par Paris pour deux concerts symphoniques et vocaux, avec en point d'orgue la Symphonie fantastique et Roméo et Juliette et en apéritif l'opus 1 Waverley et l'œuvre que le compositeur présenta sans succès pour le prix de Rome 1829, Cléopâtre. C'était l'occasion de retrouver le London Symphony Orchestra dans un répertoire qu'il a fait sien presque plus que nos orchestres ...
Elektra (Saison 2013-2014)

L’Elektra chorégraphique de Robert Carsen à Bastille

Quelques petits mois après le spectacle aixois mis en scène par Patrice Chéreau (lire Le choc Elekra à Aix), l’Opéra de Paris inaugurait une nouvelle production signée Robert Carsen qui, si elle a en commun la Clytemnestre de Waltraud Meier, s’en éloigne presque à 180° pour tout le reste, sauf peut-être la fosse, différente mais pas forcément opposée. Autant la mise en scène aixoise mettait l’accent sur les personnages faisant porter ...
B'Fest: Fidelio

Beethovenfest Bonn: Fidelio in a Sturm und Drang version

Many years have passed, but Rocco, an old, retired jailer, remembers. He remembers an extraordinary young man, although he was not a young man: his son-in-law, Fidelio, who turned out to be a woman, Leonore. And he remembers Florestan, the prisoner, a victim of the arbitrary power of his boss, Don Pizarro. Owing to his lack of courage, even he had refused to give Florestan a chunk of bread, he, ...
B'Fest: Fidelio

Beethovenfest Bonn: Fidelio en version Sturm und Drang

Bien des années se sont écoulées. Mais Rocco, vieux geôlier retraité, se souvient toujours. Se souvient de ce jeune homme extraordinaire qui pourtant n’en fut pas un, de ce beau-fils (ou presque), Fidelio, qui s’avéra être femme, Leonore. Et il se souvient de Florestan, le prisonnier, victime du pouvoir arbitraire de son chef, Don Pizarro. Par manque de courage il lui avait refusé même un petit bout de pain, lui, ...
Nézet-Séguin, Marco Borggreve small

Un Vaisseau fantôme punchy signé Yannick Nézet-Séguin

Poursuivant l’exploration du répertoire wagnérien en version de concert, le Théâtre des Champs-Élysées nous proposait de passer la soirée en compagnie du Hollandais volant et néanmoins maudit, avec ce Vaisseau fantôme servi par les forces de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam emmenées par leur chef titulaire, le canadien Yannick Nézet-Séguin. Dès la fameuse ouverture et sa bouillonnante tempête, nous eûmes un aperçu de ce que ce chef sait faire de mieux, car ...
Parsifal munich 2013

Les adieux bavarois de Kent Nagano

Tout est bien qui finit bien : en 2006, les débuts du mandat de Kent Nagano comme directeur musical de l’Opéra d'Etat de Bavière n’avaient pas été paisibles, même si les bravos n’avaient jamais manqué pour lutter contre les huées ; sept ans plus tard, l’hostilité n’a pas totalement disparu, mais la manière dont le public bavarois accueille cette ultime représentation de son mandat montre que le pari est réussi et que ...
Crédit photo Opéra National de Paris, Elisa Haberer

Dernière Journée d’un Ring retentissant à Paris

Dernière « journée » de ce projet monumental qui aura occupé Wagner pendant presque trente ans, Le Crépuscule des Dieux, refermant le cycle de l'Anneau du Niebelung dans la production de Günter Krämer, est donné à Bastille durant six représentations, juste avant le « Festival Ring 2013 » qui permettra au public d'entendre les quatre drames wagnériens comme à Bayreuth, pratiquement jour après jour, du 18 au 26 juin. Wagner met six ans pour concevoir ...
Parsifal.cd

Envoûtant Parsifal de Marek Janowski

Nouvel opus de l’œuvre titanesque entreprise par Marek Janowski pour enregistrer l’intégrale des opéras de Wagner. Une initiative à nouveau couronnée du succès avec cet envoûtant Parsifal. Favorisant à tous moments le sacré de l’œuvre wagnérienne, le chef allemand porte les solistes. Soignant l’aspect profondément mélancolique et spirituel de l’oeuvre wagnérienne, il laisse cependant ample place à l’expression vocale. Il tisse autour des chanteurs un tapis chargé d’harmonies aux couleurs ...

Le tatouage de trop pour le baryton Evgeny Nikitin

Vendredi dernier l'émission "Aspekte" de la ZDF (2e chaîne télévisée allemande) avait révélé que le baryton russe Evgeny Nikitin avait, parmi ses nombreux tatouages, une croix gammée et d'autres signes utilisés en leurs temps par les nazis. Le sujet est très sensible outre-Rhin et est considéré comme un délit. D'autant que le chanteur devait interpréter le rôle titre du Fliegende Hollander à Bayreuth, lieu éminemment symbolique. Devant le tollé, Evgeny Nikitin a préféré renoncer à sa ...
damedepique_bastille2

Vladimir Galouzine est le sel de la Dame de Pique à la Bastille

Après un lumineux Eugène Onéguine, l'opéra de Paris présente l'une de ses productions préférées: la  Dame de pique de Tchaïkovski, mise en scène par Lev Dodin. Une production, donnée quatre fois depuis 1999, qui, hormis sa distribution, n'a pourtant rien d'exceptionnel. Tchaïkovski a remanié la nouvelle de Pouchkine de façon a en redessiner des personnages, à recadrer des scènes et des émotions mais cette production a jugé judicieux de ranimer un ...
Gergiev réussit son Parsifal !

Gergiev réussit son Parsifal !

Wagner avec Gergiev ! Sur le papier l’addition des deux noms ne va pas franchement de soi ! Et l’on imagine, de prime abord, une profonde divergence entre le tempérament bouillant du chef et le creusement émotionnel et musical de Wagner et surtout de Parsifal ! Pourtant il faut passer sur les apparences car le chef livre ici l’une des interprétations les plus abouties de la partition et l’un de ses meilleurs disques. Gergiev ...
Valery Gergiev porte Salomé à l’extase

Valery Gergiev porte Salomé à l’extase

Il fallait voir le visage luisant de sueur, admirable d’extase de Deborah Voigt fixant l’impalpable espace qui s’ouvrait devant elle pour comprendre ce que la partition de Strauss renvoyait à son diabolique personnage. Dans cette soirée où seule la musique avait la parole, la soprano américaine tirait sa Salomé du plus profond d’elle-même. De la chanteuse d’abord qui, après une dizaine de minutes d’un départ en demi-teinte, projette son chant ...
Lohengrin, l’épreuve du temps ?

Lohengrin, l’épreuve du temps ?

C’est dans la nouvelle production de Richard Jones à Munich que Jonas Kaufmann avait fait ses débuts en Lohengrin à l’été 2009, avec un succès retentissant dont témoigne désormais le DVD : au moment où il fait ses débuts à Bayreuth dans le même rôle, cette même production est donnée pour la première fois sans lui. Aux côtés d’Anja Harteros, c’est désormais Robert Dean Smith qui endosse le T-shirt bleu qu’avait ...
Jonas Kaufmann est Lohengrin

Jonas Kaufmann est Lohengrin

Filmée à l’été 2009, à Munich, cette production du Lohengrin de Richard Wagner était prétexte à deux prises de rôle évènementielles et médiatisées : Jonas Kaufmann en Lohengrin et Anja Harteros en Elsa von Brabant. Kaufmann est rayonnant de timbre avec une voix à la beauté plastique irradiante qui ne semble pas connaître de limites en terme de tessiture et de facilités. L’artiste s’impose naturellement comme le grand Lohengrin du moment par ...
Gergiev passe Noces de Stravinsky au rouleau-compresseur

Gergiev passe Noces de Stravinsky au rouleau-compresseur

Attention choc ! Oreilles sensibles, éloignez-vous de ces Noces de Stravinsky dirigées sabre au clair par Valery Gergiev. Tempos délirants, dynamiques extrêmes, percussions surexposées, pianos déchaînés, l’œuvre, qui ferme radicalement la «période russe» de Stravinsky, agit en véritable rouleau compresseur. Tableau vivant d’un mariage (duquel est exclu la cérémonie) populaire russe commandé par Diaghilev (à qui la partition est dédiée) et chorégraphié par Bronislava Nijinska, Noces est basée sur des mélodies ...
Mahler 8 et Gergiev : dans le mille !

Mahler 8 et Gergiev : dans le mil(le) !

La Symphonie n°8 «des mille» de Mahler demande un tel rassemblement de forces que tout est fait pour que chaque exécution soit une réussite et chaque enregistrement un chef-d’œuvre. De toutes les versions existant au disque de ce colosse symphonique, aucune ne pêche réellement. Valery Gergiev poursuit son ascension malherienne avec un enregistrement une fois encore exceptionnel. La Symphonie n°8 de Mahler est avant tout un opéra qui s’ignore – surtout ...
… la liberté … ?

Il Prigioniero… la liberté … ?

Après Parsifal, après Wozzeck, Gerard Mortier a décidé de plonger un peu plus le public parisien dans les abîmes de l’expressionnisme dépressif avec ce Prigioniero de Dallapiccola. Le compositeur, quand il écrivit son opéra entre 1944 et 1948, se remettait à peine de la gifle qu’il reçut du fascisme. Contrairement à d’autres dictatures européennes, le fascisme mussolinien a encouragé les arts. De grands noms ont soutenu ce régime (on a ...