Blanca Li et Maria Alexandrova, déesses et démones peu inspirées

Danse , La Scène, Spectacles Danse

Paris. Théâtre des Champs-Élysées. 22-XII-2015. Déesses et démones, création 2015. Direction artistique et chorégraphie : Blanca Li. Danse : Blanca Li et Maria Alexandrova. Musique : Tao Gutierrez incluant les arrangements psychoacoustiques de La Danse Macabre de Camille Saint-Saëns, du Concerto n°1 pour piano et orchestre de Frédéric Chopin, Serenata arabe d’Isaac Albéniz. Scénographie : Pierre Attrait. Video : Charles Carcopino. Lumières : Caty Olive. Costumes : Azzedine Alaia, Jean-Paul Gauthier, Stella McCartney et Sophie Théallet. Accessoires et bijoux de cheveux : Maison John Nollet Paris. Designer accessoires : Erik Halley.

deesses-et-demones blanca-li-La célèbre chorégraphe andalouse, , présente sa nouvelle création, Déesses et démones, au théâtre des Champs-Élysées. Un spectacle où la quête du spectaculaire prend le pas sur la profondeur et l’émotion.

Reine égyptienne à la coiffe allongée, se détache, silhouette sombre sur un fond blanc éclatant strié de raies noires, comme des persiennes. Elle ondule avec souplesse et précision, déesse mystérieuse et mystique.

Dans ce spectacle conçu par comme une ode aux femmes et à leur pouvoir créateur à travers les mythes fondateurs, des images, d’une beauté frappante, restent en tête. La robe rouge aux pans interminables qui ondulent en vagues autour de , virevoltant tel un derviche  les projections vidéos et les ombres qui créent un véritable décor virtuel, emplissant la scène de serpents, de fleurs et de branches  les hologrammes qui permettent le dédoublement des danseuses; ou le tableau plus sobre où les danseuses avancent avec des bougies, telles des vestales antiques.

Des déesses et démones un peu trop sages

Et pourtant, une fois l’effet d’étonnement passé, la déception ne tarde pas à se faire sentir. Cette débauche d’effets visuels ne suffit pas à faire oublier la pauvreté chorégraphique du spectacle. L’œil finit par se lasser de voir les danseuses tourner sur elles-mêmes, soulever leurs jupes par de grands levés de jambes et agiter leurs longues tresses de cheveux postiches. Pourquoi ne pas avoir utilisé les possibilités techniques de , puisqu’en la choisissant, Blanca Li recherchait une technicienne hors pair ? Pourquoi ne pas avoir cherché à mêler leurs deux styles, à utiliser les influences contemporaines, hip-hop et flamenco dont se nourrit Blanca Li ?
La cohérence du spectacle n’est pas claire, les relations entre les deux danseuses sous-exploitées. On attendrait des contrastes, des oppositions affirmées d’où jaillirait la force créatrice. Certes, le plateau est parfois divisé en noir et blanc, Blanca Li appartenant plutôt au côté sombre, Maria Alexandrova au côté lumineux. Mais cela ne suffit pas à construire un discours, une opposition entre les deux danseuses, dont les rôles sont mal définis. Les références mythologiques sont esquissées et brouillées : est-on dans l’univers de l’antiquité grecque, romaine, égyptienne ou un peu des trois ? Où sont les forces du chaos, les démones évoquées dans le titre ? Les deux danseuses restent bien sages. L’attente d’une rupture causée par un moment de déchaînement, de fureur reste vaine.

Les choix musicaux manquent aussi cruellement de cohérence. Les morceaux, très beaux pris individuellement – La Danse macabre de Saint-Saëns, le Concerto pour piano n°1 de Chopin arrangés par , le frère de Blanca Li – donnent l’impression d’un patchwork aléatoire et dépourvu de sens.

Quel dommage que la quête de spectaculaire prenne le pas sur la profondeur chorégraphique ! L’impression d’occasion manquée est réelle : des danseuses exceptionnelles à la confluence de deux univers, de bonnes idées scéniques avec l’utilisation de la vidéo et des jeux de lumières, des costumes somptueux créés par de grands noms de la mode – Azzedine Alaia, et Stella McCartney  tous les ingrédients étaient là pour produire un chef d’œuvre. Mais les bons ingrédients ne suffisent pas à créer les meilleurs plats  il faut cette chose indéfinissable, l’alchimie. Or ces deux grandes dames de la danse ne parviennent pas à emplir l’espace scénique et à nous transporter dans leur monde, laissant un goût d’inachevé.

Crédit photographique : © Nico

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
  • fabcool

    Ah ! Merci pour l’avoir vu hier au théâtre des champs Élysées, je suis content de ne pas être le seul à avoir été déçu, franchement on attends, on attends, et puis finalement rien.
    Sérieusement là c’était des vacances pour elle, c’était pauvre bien trop pauvre.

    Je pense qu’il vaut mieux aller la voir en tant que chorégraphe parce que là comme danseuse mouais…
    Le plus sidérant à été dans la salle les gens qui soupiraient, s’ennuyaient, la femme qui dit à son « jme suis fais chier », un autre qui était à la limite du ronflement mais qui ont quand même applaudis très généreusement !
    C’était l’instant « WHAT ?! » Sidérant ces spectateurs…

    En ce qui nous concerne il n’a pas été concevable d’applaudir cela.

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.