Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Le Young Belgian Strings excelle aux côtés de Lorenzo Gatto et Jodie Devos

Plus de détails

Bruxelles. Flagey. 01-I-2016. Dirk Brossé (né en 1960) : For the Unknown… Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Introduction et Rondo capriccioso en la mineur pour violon et orchestre, op. 28 ; Havanaise pour violon et orchestre, op. 83. Gerald Finzi (1901-1956). Dies natalis, cantate pour voix haute et cordes, Op. 8. Gustave Theodore von Holst (1874-1934) : Saint Paul’s Suite Op. 29, No. 2.
Lorenzo Gatto, violon. Jodie Devos, soprano. Young Belgian Strings, direction : Dirk Van de Moortel.

2016-01-31 (195225) ybs_1Le Young Belgian Strings offre ce 31 janvier 2016 à Bruxelles un concert très réussi, épaulé par les solistes et sous la houlette de Dirk van de Morteel.

Dans la continuité de l’Orchestre de la Reine Elisabeth, le Young Belgian String est un jeune orchestre regroupant 23 jeunes cordistes, tous étudiants talentueux issus de conservatoires et hautes écoles de musique de Belgique – néerlandophones et francophones – recrutés après audition. Le projet fut initié par Dirk Van de Moortel qui le porte littéralement. Violoniste, œuvrant au pupitre des premiers violons de l’Orchestre National de Belgique, ce dernier est également enseignant et s’investit dans divers programmes pédagogiques. Les musiciens sélectionnés pour le YBS profitent de deux sessions de répétitions suivies de plusieurs concerts de prestige. L’idée est de les pousser à l’excellence, de leur permettre de parfaire leur formation en expérimentant des prestations publiques de haute qualité. Leur répertoire, varié, ne cesse de s’élargir.

2016-01-31 (193246) ybs

Dirk Van de Moortel et les Young Belgian Strings (c) Peter Ortmann

L’orchestre bénéficie lors de ce concert à Flagey, en présence de Sa Majesté la Reine Mathilde, du soutien de deux étoiles belges qui montent sur la scène musicale. Le premier soliste au programme est , violoniste que les Belges connaissent bien et qui compte à son palmarès, parmi d’autres récompenses, le 2ème prix et le prix du public du prestigieux Concours Reine Elisabeth en 2009. La seconde soliste est la jeune , soprano, récemment récompensée, entre autres, par le 2ème prix et le prix du public du Concours Musical International Reine Elisabeth de Belgique en 2014 et également couronnée « Jeune artiste » aux International Classical Music Award 2015.

La soirée s’est ouverte avec For the Unknown partition de fraîche date du gantois Dirk Brossé, écrite à l’occasion du centenaire du début de la 1ère Guerre Mondiale. Le compositeur, autre soutien du YSB, est dans la salle ce soir-là. Le morceau s’avère être un excellent choix,  permettant au public d’apprécier chacune des nuances aériennes que peut produire cet ensemble. Les sonorités subtiles emplissent à merveille cette salle du Studio 4 qu’une acoustique parfaite rend très exigeante. Les jeunes musiciens sont souriants et appliqués, les moins aguerris étant épaulés par leur chef de pupitre. Tous sont très entourés par le chef, attentif à tout : aux solistes qu’il consulte constamment du regard mais il communique parallèlement de manière continue avec l’orchestre. Sa direction énergique s’apparente à une vraie chorégraphie ou à des mouvements de tai-chi-chuan. Et s’il multiplie les sorties et les entrées en scènes, c’est de bonne guerre : les applaudissements additionnels ainsi récoltés sont amplement mérités.

Lorenzo Gatto (c) Peter Ortmann

Lorenzo Gatto (c) Peter Ortmann

Lorenzo Gatto, fait ensuite son entrée. Déjà cheville ouvrière de Cl4ssic qui sensibilise les jeunes à la musique classique, il continue à encourager ses cadets en parrainant le YBS.  Au programme, deux pièces de Camille Saint-Saëns. Avec la Havanaise, morceau admirable mais très technique, Lorenzo Gatto avait déjà fait vive impression lors du CMRS en 2009. Ce soir-là, sur scène, format « gala » oblige, sa prestation est plus scénique et démonstrative. Il fait montre de plus d’aisance et de dextérité encore et, téméraire même, osant quelques prises de risques. Enchaînant les démanchés et glissandi tel un acrobate agile, il déploie son jeu fluide et semble survoler les difficultés pour un résultat à l’oreille sensible et naturel. Très mobile, tout le corps est mis au service du violon : visiblement chagriné par un souci d’épaulière, on se demande presque s’il en a besoin tant il multiplie les postures et tenues de son violon (un instrument du luthier Jean-Baptiste Vuillaume datant de 1864, il est amusant de constater que le violon est quasiment contemporain de la Havanaise) pour en sortir une large palette de sonorités. La collaboration avec l’orchestre est, du reste, très réussie.

2016-01-31 (191410) ybs

Jodie Devos, Dirk Van de Moortel et les Young Belgian Strings (c) Peter Ortmann

Les YSB abordent ensuite le Dies Nathalis de Gerald Finzi. Le premier mouvement nous permet de goûter longuement à la performance du jeune ensemble. Soudainement,  vive, joliment projetée, avec ce timbre chaud, s’élève la superbe voix de Jodie Devos. Elle frappe par la dynamique avec laquelle elle fait surgir les aigus (Jodie Devos est soprano colorature), par la clarté de ses notes et par sa vélocité. Nul doute qu’à l’avenir elle gagnera encore en nuances. Sa diction, par ailleurs, sert à merveille le livret des poésies écrites au XVIIe par Thomas Traherne. Si son maintien est assez statique, la cantatrice n’en est pas moins fort expressive et passionnée : elle double ses hautes compétences vocales de vrais talents de comédienne et, dira-t-on même, de diva.

Les programmateurs ont fait le choix intelligent de laisser le dernier mot à l’orchestre avec la suite Saint-Paul de Gustav von Holst qui clôture cette brillante soirée. Saluons parmi les nombreux musiciens de talent sur scène ce soir-là, le travail des chefs de pupitres et, en particulier, du jeune concertmeister Jeroen Vernimmen qui évolue par ailleurs au sein du Helix Strijkkwartet.

A n’en pas douter, de belles surprises nous attendent encore pour peu que l’on s’attache à la trajectoire du projet YBS mais également à celle de ses jeunes musiciens à l’issue de leur formation.

Crédits photographiques : Dirk Van de Moortel et les Young Belgian Strings; Lorenzo Gatto; Jodie Devos, Dirk Van de Moortel et les Young Belgian Strings; SM la Reine Mathilde en compagnie des Young Belgian Strings de Jodie Devos, de Lorenzo Gatto et de Dirk Van de Moortel (c) Peter Ortmann

Plus de détails

Bruxelles. Flagey. 01-I-2016. Dirk Brossé (né en 1960) : For the Unknown… Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Introduction et Rondo capriccioso en la mineur pour violon et orchestre, op. 28 ; Havanaise pour violon et orchestre, op. 83. Gerald Finzi (1901-1956). Dies natalis, cantate pour voix haute et cordes, Op. 8. Gustave Theodore von Holst (1874-1934) : Saint Paul’s Suite Op. 29, No. 2.
Lorenzo Gatto, violon. Jodie Devos, soprano. Young Belgian Strings, direction : Dirk Van de Moortel.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.