À emporter, CD, Opéra

Les Métamorphoses de Pasquale, de Gaspare Spontini, première au disque

Plus de détails

Gaspare Luigi Spontini (1774-1851) : Le Metamorfosi di Pasquale, o Sia tutto è illusione nel mondo, farce joyeuse en un acte, sur un livret de Giuseppe Foppa. Avec : Baurzhan Anderzhanov, Pasquale ; Carlo Feola, Barone ; Michela Antenucci, Costanza ; Daniele Adriani, le cavalier/ un sergent ; Carolina Lippo, Lisetta ; Antonio Garés, le marquis ; Davide Bartolucci, Frontino. Orchestre Symphonique G. Rossini, direction : Giuseppe Montesano. 1 CD Dynamic. Enregistré à Jesi, au Théâtre G.B. Pergolesi, le 22 septembre 2018. Notice en italien et en anglais. Durée : 86:32

 

Avides de redécouvertes, les amoureux d’opéras ne manqueront pas ce premier enregistrement mondial d’une œuvre de encore inconnue hier.

Gaspare_Spontini_Le_Metamorfosi_di_Pasquale_Giuseppe_Montesano_DynamicLes Métamorphoses de Pasquale, ou Tout est illusion dans le monde, a été retrouvé il y a seulement trois ans dans la bibliothèque du Château d’Ursel à Hingene en Belgique, avec deux autres opéras comiques (Il Quadro parlante, Il geloso e l’Audace) et la cantate L’Eccelsa gara. Œuvre de jeunesse du compositeur dont seule la symphonie et une partie du finale ne sont pas arrivées jusqu’à nous, elle fut l’objet d’une résurrection en 2018 grâce au festival de la Fondation Pergolesi Spontini. C’est l’objet de cet enregistrement, qui est donc une captation de la représentation. En préambule, apprécions le choix des éditeurs de maintenir l’œuvre complète, soit avec ses récitatifs secs, composés aussi par Spontini, ici ponctués délicatement par le clavecin.

Les Métamorphoses de Pasquale est une farce en un acte, créée en 1802 au San Moisè de Venise. Pour nous, elle correspond à la dernière œuvre composée par le maître pour la scène italienne, celle-ci s’agrémentant encore des modèles de composition de l’école napolitaine de la fin du XVIIIᵉ siècle, Spontini déployant de profonds changements de style lors de sa brillante carrière européenne marquée par La Vestale, Fernand Cortez et Olympie. Écrit par l’auteur de certaines farces rossiniennes, le livret de Giuseppe Foppa ne manque pas de mordant : Pasquale, aventurier infortuné de retour en ville après une longue absence, est manipulé par un serviteur du marquis, Frontino, pour sauver son maître coupable d’avoir défié un rival sentimental. Sous les habits du marquis que Frontino lui aura fourni durant son sommeil, c’est Pasquale qui subira les foudres de la colère d’une Lisetta vengeresse, aux ordres de Constanza, source du conflit entre les deux hommes. L’heureux dénouement sera au bénéfice des deux couples (le Marquis et Constanza, Frontino et Lisetta) alors que le pauvre Pasquale en sort résigné par le tour qu’on lui a joué. Déguisements, quiproquo, manipulations et fourberies : tout y est pour un opéra-comique caractéristique de l’époque !

Même si le rôle-titre, tenu par , est celui qui détient le plus grand nombre d’interventions soliste, il paraît bien limité dans sa profondeur musicale. Si on remarque la pétillante sous les traits de Costanza, c’est toutefois le personnage de Lisetta qui est le plus intéressant vocalement. Cela à la fois pour ses qualités techniques exigeantes et virtuoses, que déploie avec agilité et éclat dans son air Ah, dov’è chi ha l’ardimento, mais aussi par la pertinence de ses interactions avec les autres protagonistes de l’intrigue. Le duo avec Pasquale, Parla, Lisetta mia, s’affirme dans toute sa séduction grâce à son partenaire.

Forte d’une prise de son de qualité, la direction de , à la tête de l’Orchestre symphonique G. Rossini, applique dans sa lecture un rythme narratif et ludique parfaitement adéquat, exploitant au mieux la sonorité brillante de la phalange et les passages lyriques proposés par la partition.

Plus de détails

Gaspare Luigi Spontini (1774-1851) : Le Metamorfosi di Pasquale, o Sia tutto è illusione nel mondo, farce joyeuse en un acte, sur un livret de Giuseppe Foppa. Avec : Baurzhan Anderzhanov, Pasquale ; Carlo Feola, Barone ; Michela Antenucci, Costanza ; Daniele Adriani, le cavalier/ un sergent ; Carolina Lippo, Lisetta ; Antonio Garés, le marquis ; Davide Bartolucci, Frontino. Orchestre Symphonique G. Rossini, direction : Giuseppe Montesano. 1 CD Dynamic. Enregistré à Jesi, au Théâtre G.B. Pergolesi, le 22 septembre 2018. Notice en italien et en anglais. Durée : 86:32

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.