Archives de l’auteur : Jacques Schmitt

avatar

À propos de Jacques Schmitt

Après des études (ratées) d’ingénieur, il travaille pour l’industrie métallurgique en Suisse et à l’étranger avant une reconversion dans le commerce. En 1974, il crée un magasin réputé pour ses enregistrements “pirates” d’opéra, devenant le rendez-vous incontournable d’amateurs, de chanteurs et chefs d’orchestres venant “tailler une bavette” dans cette insolite “discothèque”. En 1994, il devient journaliste spécialisé dans la critique musicale pour différents quotidiens et hebdomadaires suisses.
Capture

À Genève, le concert du centenaire de l’Orchestre de la Suisse Romande

Salle comble, fleurs partout, ce 30 novembre on fête jour pour jour, le centième anniversaire du premier concert de l’Orchestre de la Suisse Romande fondé en 1918 par le mythique chef d’orchestre romand Ernest Ansermet. Une fête qui débute par une désillusion. La soprano Sonya Yoncheva souffrante n’est pas au rendez-vous. Asmik Grigorian, la fille du ténor Gegam Grigorian décédé en mars 2016, remplace la diva. La déception du public sera ...
f_DSC00420_22

À La Chaux-de-Fonds, révélation du chef Mihhail Gerts

Lors du troisième concert de la nouvelle saison de la Société de Musique de La Chaux-de-Fonds dédié à la musique de Tchaïkovski, révélation du jeune chef estonien Mihhail Gerts à la tête d’un formidable Orchestre national philharmonique de Russie. Dans le Concerto pour violon et orchestre de Tchaïkovski, l’intensité des toutes premières notes de l’Orchestre national philharmonique de Russie  est tel qu’on salive déjà pour l’interprétation à venir de la Quatrième ...
BorisGodounov.01

À Genève, un Boris Godounov étriqué

Le retard pris dans les travaux de rénovation du Grand Théâtre de Genève est-il responsable du fait que Boris Godounov de Modeste Moussorgski vu par Matthias Hartmann semble à l'étroit sur la scène plus petite de l’Opéra des Nations ? Boris Godounov est un opéra à grand spectacle dont le caractère historique s’accommode difficilement de transpositions à d'autres contextes. De même le rôle-titre, comme Don Giovanni ou Falstaff, demande une personnalité hors du ...
IvanFischer.01

À Vicence, la soprano Sylvia Schwartz invite Mozart

Après l’excellent Falstaff en ouverture du tout nouveau Vicenza Opera Festival, Iván Fischer convie son public à un concert lyrico-symphonique du Budapest Festival Orchestra où les quelque quatre cents places du mythique Teatro Olimpico, ultime chef d’œuvre architectural d'Andrea Palladio (1508-1580) sont toutes occupées. L’orchestre au grand complet est cette fois disposé sur toute la largeur de la scène. On pourra ainsi apprécier plus amplement la qualité de cet ensemble qui, à ...
falstaff.vicenza.02

À Vicence, Ambrogio Maestri poétise Falstaff

Dans le cadre unique et chargé d’histoire du Teatro Olimpico de Vicence, Iván Fischer, cumulant les fonctions de directeur artistique, de chef d’orchestre et de metteur en scène, inaugure un tout nouveau festival lyrique, en s’arrogeant les services d’une distribution de haut vol pour un Falstaff de Giuseppe Verdi ingénieux et superbement chanté. Il n'y a guère d’œuvres du répertoire lyrique qui peuvent se vanter, comme le Falstaff de Giuseppe Verdi, ...
Adjani

À Genève, l’Ismène d’Isabelle Adjani

En ouverture de sa saison, le Geneva Camerata de David Greilsammer frappe un grand coup avec la présentation d'Ismène, une œuvre du compositeur chilien Javier Muñoz Bravo. Commande de l’ensemble genevois, elle était présentée en création mondiale et portée par la comédienne Isabelle Adjani. Analyse. Magnétique, Patricia Petibon ouvre le premier concert de cette nouvelle saison du Geneva Camerata, dont le point focal est la présence d'Isabelle Adjani. La comédienne entre ...
Carmen.01

À Genève, une idée seule ne fait pas Carmen

Le Grand Théâtre de Genève ouvre sa nouvelle saison avec le populaire Carmen de Georges Bizet. Si le public applaudit les airs qu’il connait, ses timides bravos le montre dubitatif quant à la mise en scène sans panache de Reinhild Hoffmann. L’idée de faire de l’homme du couple, déambulant devant la moquerie des soldats, le visage de la mort qui ne cessera de rôder autour des protagonistes est loin d’être mauvaise. ...
Septmus.2018.02

Septembre Musical : Marc-André Hamelin en maître chez Beethoven

Au Septembre Musical, soirée symphonique beethovénienne entre sublimation avec Marc-André Hamelin et routine. Pour faire bon poids sur la durée, le concert débute avec une page de Gustav Mahler. Prévu comme un mouvement de la partition originale de sa Symphonie n°1 « Titan » de 1889, l'andante allegretto fut supprimé dans la version de 1896 et depuis joué seul sous le nom de Blumine. A Montreux, cette petite dizaine de minutes ...
Septmus18.02.01

À Montreux, la générosité de Gianandrea Noseda

Après quinze années passées à la tête du festival, Tobias Richter signe son dernier "Septembre Musical" avec le Chœur et l’Orchestre du Teatro Regio de Turin qui, coïncidence du calendrier, joue pour l’une des dernières fois (1) sous la direction de Gianandrea Noseda, son chef depuis 2007. Un chef italien, un chœur italien, un orchestre italien, qui pendant plus de dix ans se sont côtoyés dans la musique avec l’excellence que ...
Babayan.03

À Tannay, le jeu de Sergei Babayan beau à pleurer

Plus tôt dans la semaine, nous faisions état des impressions que certains concerts peuvent laisser sur un public. De l’enchantement à la colère, de l’émotion à l’indifférence, toutes les perceptions de l’intellect peuvent habiter le spectateur, l’auditeur à différents degrés. Parfois le jugement du public est unanime. Et le concert de clôture des Variations Musicales de Tannay est de ceux-ci. À cela, plusieurs éléments entrent en considération. L’endroit d’abord. Un parc ...
IsabelleFaust.03

À Tannay, l’Akademie für Alte Musik et Isabelle Faust

Certains concerts transforment le spectateur. D’autres, le fâchent par l’impression d’avoir été dupé. D’autres encore, le confondent par l’exploit, ou par l’honnêteté artistique. Après celui offert par Isabelle Faust et l’Akademie für Alte Musik Berlin dans le cadre du festival des Variations Musicales, on mesure combien l’interprétation musicale reste un travail, un engagement de chaque instant et qu’après l’aspect purement technique, la donne artistique peut encore être difficile à joindre. Et ...
Rigoletto.01

Rigoletto, trop grand pour l’Académie de chant de Verbier

Pendant les deux semaines du Festival, le baryton grec Dimitri Platanias, spécialiste du rôle, et la soprano italienne Barabara Frittoli ont dispensé leurs conseils à de jeunes chanteurs. Le fruit de leur travail était sur la scène des Combins avec Rigoletto de Giuseppe Verdi. Compte-rendu. Peut-être que cette année, avec Rigoletto de Giuseppe Verdi, la barre était mise trop haute ou la volée des participants à l’académie de chant du Verbier ...
À Verbier, le bouquet final de Gianandrea Noseda et Yuja Wang

À Verbier, le bouquet final de Gianandrea Noseda et Yuja Wang

Le concert de clôture de la 25e édition du Verbier Festival, entièrement dédié à des œuvres de Sergueï Prokofiev, a été un feu d'artifice mémorable. Le premier artisan de ce moment d'exception est Gianandrea Noseda. L’an dernier, une opération en urgence de la colonne vertébrale l’avait contraint à renoncer à la direction de la Neuvième Symphonie de Gustav Mahler. Pendant les mois de convalescence, le chef d’orchestre dirigeait assis. On le ...
Kissin.01

Confrontations pianistiques au festival de Verbier

À deux jours d’intervalle, Evgeny Kissin et András Schiff se sont partagés la scène du festival de Verbier, dans une confrontation à distance qui illustre deux conceptions différentes de la musique concertante. Le premier est un patron puissant et naturellement incontestable alors que le second, au toucher délicat, peine à imposer son autorité. Délaissé de son habituel frac blanc, c’est tout de noir vêtu qu’Evgeny Kissin entre en scène sous les ...
À Verbier, Migran Agadzhanyan électrise Adriana Lecouvreur

À Verbier, Migran Agadzhanyan électrise Adriana Lecouvreur

Quelques jours après Baden-Baden, Adriana Lecouvreur de Francesco Cilea fait halte au Verbier Festival pour une version concertante cette fois. Seuls l’orchestre et quelques rôles moins importants diffèrent de la distribution d’Allemagne. La canicule ambiante n’épargne personne. Même à 1.500 mètres d’altitude. Sous la tente des Combins, l’atmosphère est étouffante. Plus encore que dans la salle, la scène, noyée de spots, rend l’air plus lourd. C’est donc avec une extrême gratitude ...
Eschenbach_Kavakos.01

À Verbier, Christoph Eschenbach visite Berg et Mahler

Christoph Eschenbach ne se départ pas de l’incroyable force persuasive du Concerto pour violon et orchestre d’Alban Berg et plombe le lyrisme heureux de la Quatrième Symphonie de Gustav Mahler. Dans le Concerto pour violon et orchestre d’Alban Berg, œuvre tonale et atonale, le dodécaphonisme continue d’interroger. Qu’allaient donc chercher Alban Berg et ses amis pour inventer une musique aussi différente des critères jusqu’alors habituels ? L’oreille critique ne perçoit plus ...
Gergiev.03

À Verbier, l’émotion aux deux bouts de la chaîne humaine

Salle comble pour célébrer l’ouverture de cette vingt-cinquième édition du Verbier Festival, avec, à la tête d’un Verbier Festival Orchestra magnifiquement préparé, Valery Gergiev son nouveau chef artistique, généreux de sa personne auprès de la jeune relève. C'est une soirée où l’émotion s’est révélée aux deux bouts de la chaîne humaine. D’abord avec ce moment suspendu où Rodion Chtchedrine, cet homme de quatre-vingt six ans, de stature modeste, qui, devant un ...
Avenches.01

À Avenches, la lumineuse Anne-Catherine Gillet

Première réussie pour le retour du lyrique dans les arènes d’Avenches avec Opéra en fête. Un beau plateau vocal avec une Anne-Catherine Gillet admirable.  Les conditions météorologiques incertaines avaient eu raison des finances du festival d’opéra d’Avenches, qui avait plus d'une vingtaine d'année d'existence. Après une année de pause pour réfléchir à l’avenir d’une telle manifestation, une nouvelle expérience est tentée dans les arènes romaines. La coûteuse formule d’un opéra avec sa mise ...
L’Orchestre de la Suisse Romande a cent ans

L’Orchestre de la Suisse Romande a cent ans

Cent ans. Une goutte d’eau dans l’histoire de la musique. Mais quand le jeune centenaire s’appelle Orchestre de la Suisse Romande cela vaut pour un mythe. Parce qu’il en faut de l’énergie, de la constance, pour porter un ensemble d’aujourd’hui cent-vingt musiciens des fonts baptismaux à la notoriété internationale. C’est la saga d’un orchestre symphonique qui de 1918 à nos jours a traversé le XXe siècle avec une histoire qui, au ...
Ophélie Gaillard.01

Ophélie Gaillard toute en musicalité dans Richard Strauss

N’a-t-on pas déjà tout dit sur le métier irréprochable de la violoncelliste française ? Et pourtant, avec cet enregistrement consacré à Richard Strauss, Ophélie Gaillard fait une fois de plus la magnifique démonstration de sa musicalité. Là où, dans la Sonate pour violoncelle et piano en fa majeur op. 6 de Richard Strauss, ses collègues violoncellistes martèlent les cordes réussissant à « économiser » près de deux minutes sur cette œuvre ...
Arie_van_Beek.01

Timide Enfance du Christ de Berlioz à Genève

Avec sept parties de solistes, deux chœurs et un orchestre symphonique, L’Enfance du Christ de Hector Berlioz requiert de très grands moyens. C’est une entreprise d’importance que de monter une pareille œuvre pour un seul concert. Une entreprise qui aurait mérité une salle comble. Peut-être parce qu’un oratorio (même profane) n’excite pas le chaland comme un opéra, le Bâtiment des Forces Motrices n’a pas affiché complet. Et c’est bien dommage, ...
DonGiovanni.03

Le mythe anéanti de Don Giovanni à Genève

Gros succès public de cette nouvelle production du Don Giovanni de Mozart, plus conquis par l’œuvre mozartienne que par l’expression scénique du mythe du séducteur libertin. Dans l’esprit du XVIIIe siècle, dans celui de Mozart et de son librettiste Lorenzo Da Ponte, le mythe de Don Giovanni s’apparente à un séducteur, un seigneur espagnol, un libertin sensuel. Un homme épris de liberté(s) qui, parce qu’il tue le père d’une de ses ...
Carmen.02

Une Carmen haute-couture s’invite à Berne

Déconcertante production de Carmen de Georges Bizet, la déconstruction des personnages traditionnels de Prosper Mérimée s’étant infiltrée dans une mise en scène peu convaincante. Tout le monde est content. Claude Eichenberger (Carmen) qui a pu chanter L’amour est un oiseau rebelle et Sur les remparts de Séville, ces refrains mythiques pour la carrière d’une mezzo-soprano dont le talent trop longtemps ignoré se voit enfin confier le rôle d’entre les rôles, quand ...
King Arthur.02

À Genève, la couronne vacillante de King Arthur

Le théâtre parlé et l’opéra chanté font difficilement bon ménage. Ainsi en est-il de cette production du Grand Théâtre de Genève qui, malgré le succès du public, peine à convaincre avec sa mise en scène confuse faisant vaciller la couronne du King Arthur de Henry Purcell. On ne peut demander à un public, fut-il passionné, voire connaisseur des opéras baroques, de connaître la légende du Roi Arthur dans le texte de ...
À Genève, le triomphant vérisme à l’italienne

À Genève, le triomphant vérisme à l’italienne

Le Grand Théâtre de Genève se met à l’heure italienne avec les deux fameux opéras véristes souvent accouplés, Cavalleria Rusticana de Pietro Mascagni en coproduction avec le Teatro Comunale de Bologna et une nouvelle (et triomphante) production maison de I Pagliacci de Ruggero Leoncavallo. Disons-le d’emblée, Emma Dante qui nous avait tant enthousiasmés lors de sa mise en scène de Macbeth de Verdi au Teatro Regio de Turin semble ici moins ...
gautier-capucon-7-FelixBroede

À La Chaux-de-Fonds, d’âme à âme avec Gautier Capuçon

Salle comble pour la Société de Musique de La Chaux-de-Fonds, et public comblé par un concert où l’investissement d’un chef, d’un soliste et d’un orchestre subliment la musique. Se présentant comme un orchestre à la programmation éclectique et singulière et reconnu par la presse comme l’un des orchestres les plus audacieux d’aujourd’hui, le Geneva Camerata (GECA) suscite bien évidemment la curiosité du chaland. Et pourtant, si le programme du concert semble ...
KOUPLES

Un Elle et Lui enjoué par la compagnie operAct

En proposant trois petits bijoux lyriques en un acte rarement montés, la directrice du Casino-Théâtre de Rolle, lointaine cheffe du Service Communication du Grand Théâtre de Genève à l’ère Renée Auphan, aurait mérité de faire le plein de spectateurs. Une trilogie conjugale dans l’univers enveloppant de la télévision, du téléphone et d’internet (très intelligemment transposé dans les années cinquante à partir d’œuvres composées entre 1909 et 1947), voilà ce que signe ...
AES_Salledemusique_01_c_Alain-Kilar-300x199@2x

125 ans de musique à La Chaux-de-Fonds

Considéré comme le plus grand village du monde jusque dans les années cinquante, engoncé dans sa réputation de cité horlogère, La Chaux-de-Fonds démontre une vivacité musicale qui en fait aujourd'hui un lieu incontournable ne serait-ce que pour l'acoustique exceptionnelle de sa salle de musique que tant d'éditeurs discographiques privilégient pour leurs enregistrements. Cette année, la Chaux-de-Fonds est à la fête. A celle de sa Société de Musique qui souffle ses ...
Faust:Schumann.03

À Genève, le Faust transcendant de Markus Werba

Cela aurait mérité un Victoria Hall rempli, mais les abondantes chutes de neige et une voirie genevoise déficiente ont certainement découragé plus d’un amateur. Dommage, parce que la mariée était resplendissante ! Cette année, Genève vit à l’heure faustienne. Après le Faust de Gounod au Théâtre des Nations, le personnage légendaire et mystique de Goethe se retrouve dans les méandres musicaux de Robert Schumann avec les si rares Scènes de Faust. ...
Trifonov.01

À Genève, l’hommage de Daniil Trifonov à Chopin

À Genève, le Victoria Hall est complet pour accueillir un phénoménal Daniil Trifonov dans un récital hommage dédié à Frédéric Chopin, auquel le pianiste russe voue une admiration sans borne. Les traditionalistes, les historiens, les musicologues, les spécialistes du piano et de Chopin pourront envoyer leurs diatribes et développer leurs analyses savantes ; mais qui était au récital de Daniil Trifonov pourra dire : « J’y étais ! » Parce qu’avec Daniil Trifonov, ...