Flash info

Fin de la Camerata Nucleare, l’orchestre de l’industrie atomique allemande

 

La fin progressive de la production d’électricité nucléaire en Allemagne (prononcée en 2011 après la catastrophe de Fukushima) a fait une victime collatérale inattendue : la Camerata Nucleare, orchestre amateur de haut niveau soutenu par l’industrie atomique.

Imaginez que AREVA, EDF, GDF-Suez, le CEA, l’ANDRA, etc. mettent leurs moyens en commun pour créer un orchestre. Inconcevable ici mais pas de l’autre coté du Rhin. En 1986 les industries nucléaires allemandes, suite à l’accident de Tchernobyl, investissent dans la communication et le mécénat. Nait, entre autre, la Camerata Nucleare, orchestre de chambre qui propose 5 à 6 programmes par an à destination des employés des centrales et centres de recherche et lors des réunions périodiques du lobby atomique. Les membres de l’orchestre sont essentiellement des employés de tout grade (le PDG de la Karsruhe Nuclear y tenait le poste de premier trombone par exemple), épaulés par des professionnels lors des concerts.

La Camerata Nucleare, l’orchestre de l’industrie nucléaire allemande, a donné son dernier concert avec la Symphonie « inachevée » de Schubert le 16 février dernier. Son directeur musical, depuis la création de l’ensemble en 1986, a été Jaroslav Opela.

Reportage (en allemand) à l’occasion du dernier concert de la Camerata Nucleare sur le site du Frankfurter Allgemeine.

(Visited 38 times, 1 visits today)
 
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.