La Scène, Opéra, Opéras

Un conte de la réalité

Plus de détails

Berne. Stadttheater. 13-IX-2008. Jacques Offenbach (1819-1880) : Les Contes d’Hoffmann, opéra fantastique en 5 actes sur un livret de Jules Barbier. Mise en scène : Johannes Erath. Décors : Kaspar Glarner. Costumes : Eva Dessecker. Avec : Fabrice Dalis, Hoffmann ; Heidi Wolf, Olympia ; Claude Eichenberger, Nicklausse ; Vilislava Gospodinova, Giulietta ; Hélène Le Corre, Antonia ; Fabienne Jost, Giuletta ; Carlos Esquivel, Lindorf / Coppelius / Dr Miracle / Capitaine Dapertutto ; Vesela Lepidu, la voix de la mère ; Roberto Covatta, Frantz / Cochenille / Andrès / Pittichinaccio ; Kristian Paul, Luther / Crespel ; Rolf Schneider, Schlemil / Hermann ; Xavier Rouillon, Spalanzani / Nathanaël ; Anne-Carole Beuret, Stella. Chœur et chœur auxiliaire du StadttheaterBern (chef des chœurs : Lech-Rudolf Gorywoda), Berner Symphonieorchester, direction : Srboljub Dinić

Les Contes d’Hoffmann

Dans le décor sordide d’un gazomètre désaffecté, Hoffmann poursuit inlassablement le propre emprisonnement de son personnage. Non-voyant au royaume des aveugles, pantin dans un univers de marionnettes, il est prisonnier de son insatisfaction amoureuse devant les trois femmes qui s’offrent à lui. Possédé par le diable, il s’identifie au démon jusqu’à en mimer les gestes, sa bouche muette prononçant les mêmes mots que son guide maudit. C’est le choix scénique de qui signe une mise en scène admirable de clarté et de mouvement. Si déjà il avait séduit dans Cendrillon de Massenet (une mise en scène couronnée du prestigieux prix Gœtz-Friedrich) présenté sur cette même scène l’an dernier, cette récidive confirme son énorme talent de conteur. Un conte montrant la cruelle réalité de nos existences de nantis aveugles à notre propre bonheur. Les images se succèdent avec une extraordinaire intelligence dans l’expression du récit. Si les interprétations de cette œuvre permettent les images les plus fantaisistes, les projections fantasmagoriques les plus diverses, les imperméabilités scéniques les plus inimaginables, jamais n’oublie la cohérence du propos. Dirigeant acteurs et chœurs comme dans un film, il nous entraîne dans le monde misérable d’Hoffmann rongé par le doute, incapable de décider de son propre avenir.

Quant aux démons de l’œuvre, s’ils sont un véritable cadeau musical d’Offenbach à leur interprète, la basse (Lindorf, Coppelius, Dr Miracle, Capitaine Dapertutto) n’en tire malheureusement pas tout le parti qui lui est offert. Certes la voix est magnifique, dotée d’une remarquable étendue de registre, mais elle reste à l’état d’ébauche interprétative, particulièrement en ce qui concerne l’élocution française ? Imposant sa stature à la majesté du seul personnage aux enjeux bien précis, il n’arrive pas à convaincre ne colorant jamais sa voix en fonction des différents personnages qu’il incarne tout au long des rencontres d’Hoffmann avec ses héroïnes malheureuses. Parmi celles-ci, (Antonia) s’affirme dans l’excellence d’un personnage tragique et frustré qu’elle magnifie aussi bien vocalement que scéniquement. À ses côtés, la soprano Heidi Wolf (Olympia) est une poupée idéale. Si vocalement, elle prend quelques libertés avec la justesse, sa petite taille permet au metteur en scène de la valoriser scéniquement sans la faire tomber dans la caricature habituellement discutable de ce personnage. Olympia est admirablement présentée par son mentor Spalanzani, magnifique Xavier Rouillan. Le jeune ténor chante avec une exceptionnelle attention portée à la diction française, ce qui, avec la clarté de sa voix, en fait l’un des meilleurs interprètes sur le plateau. Tout comme la soprano (Giulietta) dont la trop courte intervention laisse cependant entendre sa parfaite préparation vocale.

Le soin avec lequel Johannes Erath s’occupe de mettre en scène les choristes montre, si besoin était, qu’il ne laisse rien au hasard. Se sentant un personnage de l’intrigue, le chœur du Stadttheater de Berne s’investit avec talent dans cette responsabilité scénique. Il n’en chante que mieux, tout comme le qui n’a jamais paru aussi légèrement musical que dans cette partition. La baguette bien inspirée de n’est certainement pas étrangère à la réussite du spectacle.

Crédit photographique : (Hoffmann), (Antonia), Heidi Wolf (Olympia) © Stadttheater/Philipp Zinniker

Plus de détails

Berne. Stadttheater. 13-IX-2008. Jacques Offenbach (1819-1880) : Les Contes d’Hoffmann, opéra fantastique en 5 actes sur un livret de Jules Barbier. Mise en scène : Johannes Erath. Décors : Kaspar Glarner. Costumes : Eva Dessecker. Avec : Fabrice Dalis, Hoffmann ; Heidi Wolf, Olympia ; Claude Eichenberger, Nicklausse ; Vilislava Gospodinova, Giulietta ; Hélène Le Corre, Antonia ; Fabienne Jost, Giuletta ; Carlos Esquivel, Lindorf / Coppelius / Dr Miracle / Capitaine Dapertutto ; Vesela Lepidu, la voix de la mère ; Roberto Covatta, Frantz / Cochenille / Andrès / Pittichinaccio ; Kristian Paul, Luther / Crespel ; Rolf Schneider, Schlemil / Hermann ; Xavier Rouillon, Spalanzani / Nathanaël ; Anne-Carole Beuret, Stella. Chœur et chœur auxiliaire du StadttheaterBern (chef des chœurs : Lech-Rudolf Gorywoda), Berner Symphonieorchester, direction : Srboljub Dinić

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.