Mot-clef : Fabrice Dalis

anu_tali_presences0112_vign

Présences Oscar Strasnoy I’ouverture lyrique par Anu Tali

Présences s’ouvre sous le signe, une fois n’est pas coutume, de l’opéra. Le choix de la Passacaille et des Quatre interludes Marins extraits de Peter Grimes peut laisser perplexe : voilà bien une œuvre, grand classique des orchestres, qui n’a pas besoin d’un festival de musique contemporaine pour être jouée. La précision du geste de la stupéfiante Anu Tali – jeune chef d’orchestre qui s’accorde au féminin – n’empêche pas ...
L’art lyrique bourgeois

Akhmatova de Bruno Mantovani, l’art lyrique bourgeois

Nul secret : lorsqu’il reçut cette commande de l’Opéra national de Paris, Bruno Mantovani n’envisageait aucun sujet. Tout juste désirait-il poursuivre le sillon de son premier opéra L’autre côté (écrit sur un intelligent livret de François Regnault d’après l’ouvrage d’Alfred Kubin et créé en 2006 à l’Opéra national du Rhin) et travailler les relations entre la création artistique et la politique (surtout en période de crise historique profonde). Par cette information ...
Un conte sans poésie

Hänsel und Gretel, conte sans poésie à Berne

Avec Hänsel und Gretel, l’intrigue proposée par les frères Grimm est un conte. Et comme tous les contes, il cache sa poésie, ses mystères, ses rêves, ses peurs, ses angoisses. C’est ce que semble avoir oublié le metteur en scène américain Dale Duesing. Sa mise en scène se borne à raconter l’histoire en gommant toute la rêverie du conte. Si les premières scènes de la famille des enfants dans l’intérieur ...
Début de cycle

Début de cycle Janáček à Strasbourg avec Jenůfa

Alléchant projet ! L’Opéra national du Rhin entame un cycle Leoš Janáček, confié pour la mise en scène au toujours intelligent et souvent captivant Robert Carsen. En toute logique, Marc Clémeur le commence avec Jenůfa, troisième opéra, premier succès et œuvre la plus célèbre et jouée de Janáček, en amenant à Strasbourg la production qu’il avait montée avec un grand succès à l’Opéra des Flandres en 2004. Le travail de Robert Carsen ...
Dialogues des Troglodytes !

Dialogues des Carmélites, Dialogues des Troglodytes !

Pour glorieuse qu’elle soit, chaque révolution a ses épisodes déshonorants. La Révolution française n’y échappe pas et le drame des Carmélites de Compiègne est l’un d’eux. Admirablement mis en mots par Georges Bernanos et en musique par Francis Poulenc, Les Dialogues des Carmélites sont si admirablement construits et accolés à l’Histoire, que cette œuvre ne souffre pas la transposition. On s’étonne donc que Marc Adam, directeur du Stadttheater de Berne ...
Un conte de la réalité

Un conte de la réalité

Les Contes d’Hoffmann Dans le décor sordide d’un gazomètre désaffecté, Hoffmann poursuit inlassablement le propre emprisonnement de son personnage. Non-voyant au royaume des aveugles, pantin dans un univers de marionnettes, il est prisonnier de son insatisfaction amoureuse devant les trois femmes qui s’offrent à lui. Possédé par le diable, il s’identifie au démon jusqu’à en mimer les gestes, sa bouche muette prononçant les mêmes mots que son guide maudit. C’est le ...
L’empire du son de Bruno Mantovani

L’autre coté, l’empire du son de Bruno Mantovani

Donner un opéra en version de concert est toujours une option risquée, inconcevable pour certains qui n’envisagent le genre qu’à travers sa mise en scène – c’est d’ailleurs leur seul critère de jugement semble-t-il comme le prouvent les derniers remous à Bastille - passionnante pour d’autres (même si le spectacle n’y est pas total) qui tendent une oreille plus attentive encore à la musique et à son propre pouvoir de ...
L’Autre Coté de Mantovani : éloge à la jeunesse

L’Autre Coté de Mantovani : éloge à la jeunesse

XXIVe Festival Musica de Strasbourg Pour sa vingt quatrième édition, Musica, le Festival International des Musiques d’Aujourd’hui de Strasbourg, s’est installé sur les bords de l’Ill, dans la nouvelle Cité de la Musique conçue par Henry Gaudin, somptueux édifice dévolu à la Culture et à sa diffusion qui abrite les locaux du Conservatoire et met à disposition un superbe auditorium accueillant les concerts de musique de chambre : Une édition « sous forme ...
Une œuvre insensée

Die tote Stadt d’Erich Wolfgang Korngold, œuvre insensée

L’œuvre de Korngold est insensée. Quand il compose son opéra, le jeune compositeur orchestre sa partition pour une formation de plus de quatre-vingt-dix musiciens alors que l’intrigue met en scène deux personnages principaux confinés dans une chambre. Une disproportion entre l’importance de l’orchestre dans la fosse et l’intimité du propos scénique. Deux oppositions matérielles qui auraient rebuté plus d’un directeur de théâtre de monter cet opéra. Mais à Genève…. Ainsi, l’immense ...