Artistes, Chefs d'orchestre, Portraits

Vincent Monteil, chef d’orchestre

Plus de détails

 

Né en 1964, le jeune chef d’orchestre français a suivi des études de musicologie à la Sorbonne, après une formation musicale complète au Conservatoire National de Région d’Angers puis de Rueil-Malmaison. Il se perfectionne en suivant les cours de direction d’orchestre de Gérard Devos et Pierre Dervaux.

De 1991 à 1996, est assistant à la direction musicale, au Théâtre du Capitole de Toulouse : il y acquiert une vaste pratique et culture du répertoire lyrique auprès de grands chefs tels que Michel Plasson, Friedemann Layer, Maurizio Arena, Richard Bradshaw, Woldemar Nelsson ou Donato Renzetti, et de chanteurs comme Roberto Alagna, José van Dam, Leontina Vaduva, Nuccia Focile, Françoise Pollet, Catherine Malfitano… Nicolas Joel, Directeur artistique du Capitole de Toulouse, lui confie la direction de Princesse Czardas (E. Kalman) en décembre 1993, et de La Bohème en mars 1995. Il dirige les élèves de la classe d’art lyrique du Conservatoire de Toulouse dans L’Heure espagnole (M. Ravel) et La poule noire (M. Rosenthal), en juin 1992.

En 1996, Klaus Weise, Directeur musical du Philharmonique de Nice, lui offre le poste de Chef d’Orchestre Adjoint. Sa compétence lui vaut de diriger, à l’Opéra de Nice, Le Nozze di Figaro, Madama Butterfly, Ein Sommernachtstraum (F. Mendelssohn), Pulcinella (I. Stravinsky), Le téléphone (G.C. Menotti), Hänsel und Gretel (E. Humperdinck), La Voix humaine (F. Poulenc), ainsi que le concert du Nouvel An 1997. Il participe également au Festival MANCA (Musiques Actuelles Nice – Côte d’azur), en 1996 et 1998.

Au Festival de Musique Sacrée de Nice, en 1998, il dirige les Sept paroles du Christ en croix de Franck et, en 1999, le Requiem de Cherubini. Son répertoire de musique chorale s’étend du Requiem de Verdi à Carl Orff : Carmina Burana et Messiaen : Trois petites liturgies de la présence divine.

Vincent Monteil s’intéresse également aux grands ballets avec Roméo et Juliette de Prokofiev et La fille mal gardée de Hérold-Lanchbery, à Nice, aux Arènes de Cimiez.

La musique symphonique figure en bonne part à son répertoire : il aura dirigé, ces dernières années, une trentaine de concerts avec de grands solistes tels que Paul Meyer, Guy Touvron, Bernard Soustrot, Michel Piquemal, Jacques Taddei, Maxence Larrieu, Pascal Rogé… En récital avec orchestre, il a accompagné Elisabeth Vidal, Nadine Denize, Alain Fondary, José van Dam…

Vincent Monteil est un chef également reconnu et apprécié à l’étranger : il a dirigé en avril 1998 La serva padrona à Grenade, débuté à l’Opéra d’Etat de Prague, en décembre 1999, dans Carmen et Robert le Diable (G. Meyerbeer) : ce dernier ouvrage a été enregistré sous sa baguette. Il a dirigé La Traviata à Brème en décembre 1999, Il Barbiere di Siviglia, en avril 2000, à Malte, au Teatru Manoel et a obtenu beaucoup de succès à Prague en juin dernier pour Ariane et Barbe Bleue (P. Dukas).

Depuis 1996, il est le Directeur Artistique du Festival de Musique de Lézat-sur-Lèze.

Discographie

  • Musiques de scène et de films de Joseph Kosma (enregistrement en public, mars 2000), avec François Le Roux (baryton) et l’Orchestre Philharmonique de Nice. (REM 311336)
  • Robert le Diable de Giacomo Meyerbeer (représentations de l’Opéra d’Etat de Prague, décembre 1999). (SO 0006-2611)

Plus de détails

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-clefdor1-aveclogo

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.