Mot-clef : Igor Stravinsky

GM_TheNational-8787._1tif

Création du Concerto pour deux pianos de Bryce Dessner à la Philharmonie de Paris

Les sœurs Labèque donnent la création française du Concerto pour deux piano du compositeur Bryce Dessner, écrit sur mesure pour elles par cette nouvelle figure de proue de la musique américaine. L'Orchestre de Paris est dirigé pour l'occasion par le voisin Matthias Pintscher, directeur musical de l'Ensemble Intercontemporain. Étourdissant de couleurs et de parfums changeants, Le Chant du Rossignol d'Igor Stravinsky se place en pivot de la soirée. On aura pu ...
L’Histoire du soldat de Stravinsky, les lignes de forces

L’Histoire du soldat de Stravinsky, les lignes de forces

Il y a exactement cent ans, le 28 septembre 1918, le Théâtre de Lausanne crée en ses murs, sous la direction d’Ernest Ansermet, L’Histoire du soldat d’Igor Stravinsky. Âpre et allant droit à l’essentiel, universel et pourtant bien ancré dans son époque, cet « espèce de petit théâtre ambulant » affirme la démarche de distanciation du compositeur, ici véritable magicien du rythme. Au même titre que de nombreux membres des Ballets russes, Igor ...
martin011

Une ouverture de saison en miroir pour Court-Circuit

Pour son premier concert de la saison, l'ensemble Court-Circuit  propose son cycle « En miroir », mettant en perspective la musique d'Igor Stravinsky et de Martin Matalon. La Compagnie Motus a installé son acousmonium dans la Salle Cortot pour les deux pièces électroniques du compositeur argentin. En préambule, et sans autre explication (quelques mots du directeur auraient été bienvenus), deux pièces d'étudiants en composition à l'École Normale de Musique de Paris précèdent Prélude ...
paris moscou

Déroutant Paris-Moscou pour Christian-Pierre La Marca et Lise de la Salle

Pour son quatrième disque chez Sony Classical, le violoncelliste Christian-Pïerre La Marca s’unit pour la première fois en studio à sa partenaire pianiste privilégiée depuis quelque temps, Lise de la Salle. Le titre flatteur, énoncé à la manière d’un plan de vol ou d’une ligne de train, annonce un programme sans doute plus conçu dans la perspective du concert que du disque avec l’annexion de quelques pages arrangées pour violoncelle et ...
Concert à la Philharmonie de Paris le 06/09/2018 dans la grande salle Pierre Boulez. Biennale Pierre Boulez. Concert de Daniel Barenboim - Staatskapelle Berlin, seconde partie : Igor Stravinski
"Le Sacre du printemps"

L’espace du rituel avec la Staatskapelle Berlin et Daniel Barenboim

Mettre en perspective Rituel in memoriam Bruno Maderna de Pierre Boulez et Le Sacre du printemps d'Igor Stravinsky fait sens, les deux chefs-d’œuvre de la modernité invoquant le même ordre du sacré et la dimension collective d'une musique de la célébration.  Dans Rituel in memoriam Bruno Maderna créé en 1975 (le collègue et ami très cher décède en 1973), l'orchestre est divisé en huit groupes aux effectifs croissants, du duo (hautbois ...
rca_berlioz_munch

Munch et Monteux, deux Français légendaires de la direction d’orchestre

Pour les mélomanes n’ayant pas eu la chance (ou le portefeuille !) d’acquérir les deux imposants coffrets RCA relatifs aux intégrales Charles Munch (86 CD) et Pierre Monteux (40 CD), voici une petite compensation sous forme de deux mini albums dans l’excellente série « Masters » de RCA. Dès la fin de l’ère acoustique, le disque préserva la Symphonie fantastique op. 14 de Berlioz sous les baguettes de Rhené-Bâton (1923), Felix ...
le sacre urbansky

Le Sacre selon Krzysztof Urbański : orage d’acier

Le Sacre du printemps a la cote auprès des jeunes chefs. Après la version quasi punk de Teodor Currentzis parue il y a deux ans, voici celle de Krzysztof Urbański, un peu paradoxale car privilégiant l’opulence sonore au détriment du geste dramatique voire chorégraphique. Signe des temps ? Les étoiles montantes de la direction d’orchestre semblent, comme au bon vieux temps du microssillon, refuser tout couplage pour le Sacre du printemps, élément séminal ...
asia tour

Déroutant coffret souvenir de la dernière tournée asiatique de Rattle et des Berlinois

Le coffret de la dernière tournée asiatique de Sir Simon Rattle avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin en novembre 2017 est luxueux mais laisse perplexe.  Curieux objet en vérité. Par son format improbable, boîte allongée comme les précédentes parutions du label de la Philharmonie de Berlin, énorme livret de présentation illustré de nombreuses et peu séduisantes photographies façon album de voyage, accompagnées d’un texte uniquement en allemand et en anglais. Par son contenu, ...
ColinSamuels-2018-07-28-2573_21h_La_Grave_HR_031

Concerts et Nuit magique russes au festival Messiaen

La thématique de cette 21ᵉ édition du festival Messiaen se nourrit des relations France/Russie durant tout le XXᵉ siècle et des amitiés qui se créent entre le maître de La Grave et ses contemporains, souvent exilés en France, tels qu'Ivan Wychnégradsky et Edison Denisov, une autre figure phare du festival 2018, dont une dizaine d'œuvres sont mises à l'affiche. On sait l'attachement indéfectible de Messiaen, comme de Debussy d'ailleurs, pour Boris ...
Bruno Mantovani en résidence au Festival Messiaen

Bruno Mantovani en résidence au Festival Messiaen

Foisonnante et plurielle, incluant conférence, colloques et journée d'étude, la 21ᵉ édition du festival Messiaen au pays de la Meije accueille Bruno Mantovani, trop jeune pour avoir été l'élève de Messiaen mais fidèle du festival depuis 2009. Il est le compositeur en résidence et insuffle à cette manifestation un élan et une énergie que sa musique (seize œuvres sont à l'affiche dont une création mondiale) ne saurait démentir. Compositeur, chef d'orchestre ...
rutavaliMG2_2974_redimensionner

Soirées lyrique et symphonique sur la scène du Corum à Montpellier

Deux soirées, une lyrique et une symphonique, s'affichent durant le deuxième week-end du Festival Radio France Occitanie Montpellier, sur l'immense plateau du Corum. Était-ce vraiment la peine d'exhumer Kassya, l'opéra posthume de Léo Delibes que Massenet s'est chargé d'orchestrer et de terminer, en écrivant notamment les récitatifs ? La question vient aux lèvres à la lecture d'un livret, confié pourtant à d'illustres plumes (Meilhac et Gille) mais sans grande épaisseur, et ...
wang_sib_strav

L’art du violon de Zhi-Jong Wang dans les concertos de Sibelius et Stravinsky

En faisant se confronter Jean Sibelius, Igor Stravinski et Lu Pei, la violoniste chinoise virtuose Zhi-Jong Wang prouve de façon méritoire l’étendue de ses facultés. Épaulée par son Stradivarius de 1716, Wang est bien inspirée de défendre à côté du magnifique et mélodique Concerto que Sibelius écrivit en 1903 et révisa deux ans plus tard, le Concerto d’Igor Stravinsky composé trois décennies après. La différence esthétique entre les deux partitions semble ...
Marston

Jalons de l’enregistrement pianistique, un premier volume d’inédits

Voici un album dont le but n’est pas de livrer le meilleur de l’enregistrement (un choix impossible à faire), mais de familiariser les amateurs de piano avec un bouquet de gravures inédites, effectuées par des interprètes plus ou moins oubliés, parmi lesquels on trouve Moriz Rosenthal, Alfred Cortot, Guiomar Novaes, Vladimir Horowitz et Dinu Lipatti. Cette édition présente une collection de ce que l’on pourrait appeler les « orphelins » du piano : des ...
TRP2

The Rake’s Progress à Bâle, un bijou signé Lydia Steier

Les réserves que nous avions exprimées à l’encontre de l’Alcina imaginé à Bâle par Lydia Steier fondent devant son éblouissant Rake’Progress. Créé en 1951 à la Fenice, ultime tribut néo-classique à ses aînés en musique, et forcément, pour l’époque, idéale machine à invectives à l’adresse d’un compositeur qui ne voulut jamais s’enfermer dans un système, l’unique opéra de Stravinsky a fini par imposer la singularité de son sec lyrisme, l’ingéniosité de ...
matthewbarley

Dans l’atelier de la modernité avec Pascal Rophé et l’Orchestre National de France

La Maison Ronde résonne ce soir de quatre œuvres dans un programme bien pensé mettant en miroir le post-romantisme, une modernité colorée ou fracassante et le contemporain le plus chatoyant. Un très beau concert, donc, où brillent deux solistes, Viktoria Mullova et Matthew Barley, ainsi que Pascal Rophé, chef à la fois énergique, engagé et raffiné. Le Webern que l'on connaît n'est pas celui de l'idylle pour grand orchestre Im Sommerwind, ...
img_03

Compositeurs inspirés avec Gianandrea Noseda à Washington

Pour sa première saison à la tête du National Symphony Orchestra, Gianandrea Noseda propose au public du Kennedy Center des programmes savamment travaillés. Illustration avec ce concert où Mozart et Stravinsky rendent hommage à Bach et Debussy. Pour un compositeur, se référer explicitement à l'un de ses prédécesseurs n'est pas forcément un simple hommage à la personne. Il peut également signifier par là ce que sa musique avait alors, selon lui, ...
c4e1bebf

Joies et déceptions à l’écoute de Yefim Bronfman et des Wiener Philharmoniker

Yefim Bronfman, figure incontournable du piano et grande star aux États-Unis, poursuit sa tournée européenne avec les Wiener Philharmoniker, avec une étape au Théâtre des Champs-Élysées. Beaucoup d'attentes pour ce concert, tantôt comblées, tantôt déçues. Le programme, alléchant, proposait des œuvres aussi séduisantes pour l'auditeur que difficiles techniquement : le Concerto n° 3 de Beethoven, le Concerto n° 2 de Bartók, et la musique du ballet Petrouchka de Stravinsky. Ces deux ...
Muenchner_Philharmoniker__Valery_Gergiev__Helene_Grimaud_credit_Hans_Engels

Gergiev et Grimaud à Munich, festival de couleurs

Un concerto de Beethoven passionnant, un Petrouchka inhabituel : Valery Gergiev ne fait rien comme les autres, et cette fois, avec un plein succès. Tout fraîchement confirmé dans son poste de directeur musical des Münchner Philharmoniker (jusqu'en 2025), Valery Gergiev partage les esprits, ceux du public munichois, ceux de la critique, et même ceux des musiciens de l'orchestre. En entendant, pour entamer le concert, les Symphonies d'instruments à vent de Stravinsky ...
Filarmonica della Scala-Milan à Paris, Riccardo Chailly en majesté

Filarmonica della Scala-Milan à Paris, Riccardo Chailly en majesté

Encore un superbe concert à mettre à l’actif de Riccardo Chailly, cette fois à la tête de son nouvel Orchestre philharmonique de la Scala de Milan. Pour le chef milanais, les phalanges se suivent, mais l’excellence perdure sous sa baguette fougueuse et inspirée. On se souvient tous de ses dernières interprétations, marquées du sceau de l’évidence et de la complicité, avec l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, en ce même lieu, ...
Stravinsky. Rattle. Hannigan

Barbara Hannigan émouvante dans Berg, explosive dans Ligeti

Si le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky constitue le cœur de cet enregistrement, c’est pourtant par les Six Pièces pour orchestre d’Anton Webern et par la remarquable interprétation de Barbara Hannigan dans le Wozzeck d’Alban Berg et les Mystères du Macabre de György Ligeti, qu’il acquiert son indiscutable intérêt. Un programme moderniste qui permet d’apprécier les énormes capacités d’adaptation et la qualité superlative du LSO sous la baguette de Sir ...
YFavorin

Piano à volonté à Radio France, pour le centenaire de la révolution russe

Pour commémorer les cent ans de la Révolution d'octobre (qui eut lieu, en réalité, les 7 et 8 novembre de notre calendrier), Radio France propose six audacieux récitals de piano russe. Six interprètes, tous nés en URSS avant la chute du bloc de l'Est, sont invités pour un week-end à la Maison de la Radio pour une intense série de concerts. Dans une programmation d'une rare munificence, se côtoient treize compositeurs ...
50 ans de l'orchestre de Paris- Le 01/11/17-Philharmonie-

L’Orchestre de Paris fête ses 50 ans : Thank you Mister Harding !

À la Philharmonie de Paris, lors d’un concert anniversaire fleuve au programme particulièrement éclectique, l’Orchestre de Paris et son directeur musical Daniel Harding prouvent une fois de plus qu’il faut aujourd’hui compter avec cette formation sur la scène internationale, ainsi que sur le Chœur, magnifiquement préparé par Lionel Sow. Charles Munch aura dirigé l’Orchestre de Paris à peine plus d’un an avant de décéder dans son sommeil lors d’une tournée avec ...
yuja_wang_par_Marco_Borrelli

Yuja Wang et le Mahler Chamber Orchestra à Aix en Provence

Le Grand Théâtre de Provence accueillait pour la première fois la pianiste Yuja Wang, aux côtés du Chamber Mahler Orchestra. C'était l’occasion d'entendre une jeune artiste qui séduit les foules aux quatre coins de la planète, dans un répertoire éclectique et articulé autour de Ludwig van Beethoven. L'ouverture de Don Giovanni de Mozart ne laisse planer aucun doute sur l'homogénéité des cordes mais cette interprétation ne retient pas nos sens. Malgré une ...
Balachine/Teshigawara/Bausch (saison 2017-2018)

Un triptyque Balanchine/Teshigawara/Bausch moderne et percutant

Voilà une soirée composée comme un repas de grand-chef, savamment dosée, savoureuse et épicée, un feu d’artifice pour les papilles du balletomane ! Comme un dialogue avec la fondation LVMH qui s’interroge sur ce que c'est qu'être moderne en peinture, ce programme questionne la modernité en danse, depuis Balanchine jusqu’à la nouvelle création de Saburo Teshigawara, Grand Miroir, en passant par le chef-d’œuvre absolu qu’est Le Sacre du printemps de ...
rattle

Simon Rattle et le LSO mènent la danse dans la trilogie de Stravinsky

La Philharmonie de Paris consacrait tout un week-end thématique aux rites païens, contes populaires et histoires burlesques dans l’œuvre de Stravinsky*. Des thèmes récurrents, dont la célèbre trilogie de ballets, l’Oiseau de feu, Petrouchka et le Sacre du printemps, composée pour les Ballets russes de Diaghilev, constitue l’exemple le plus éclatant. Un véritable marathon symphonique intéressant à plus d’un titre, permettant de juger de l’évolution stylistique très rapide du compositeur entre ...

Les Joyaux de Balanchine scintillent au Palais Garnier

Le triptyque Joyaux de George Balanchine revient dans la production signée Christian Lacroix, pour un feu d’artifice étincelant du Ballet de l’Opéra de Paris. Ce n’est qu’en 2000 que la trilogie des Joyaux de Balanchine a fait son entrée au grand complet au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris. L’origine de ces pièces remonte pourtant à 1967, période à laquelle en se promenant devant les bijoutiers de la 5e avenue ...
el bacha

Avec El Bacha, 1911 comme si vous y étiez

Abdel Rahman El Bacha signe à la Philharmonie de Paris un grand récital, où les accents passionnés de Granados intéressent, tandis que la causticité de Ravel et Stravinsky enthousiasme franchement. Il n'y a guère de sonnerie de trompettes pour annoncer les récitals d'El Bacha. Le pianiste a visiblement atteint cet âge heureux de sa carrière où l'angoissant désir d'être applaudi cède le pas à une liberté artistique sereine et détachée ; et ...
Laëtitia Pujol tire sa révérence à l’Opéra de Paris

Laetitia Pujol tire sa révérence à l’Opéra de Paris

Pour ses adieux, Laetitia Pujol a concocté un programme qui lui ressemble, à la charge émotionnelle forte. En choisissant de danser Émeraudes, puis le pas de deux de Sylvia, elle a rendu hommage à ses partenaires privilégiés, Mathieu Ganio et Manuel Legris, ainsi qu'au chorégraphe qui aura marqué sa carrière, John Neumeier. Faire ses adieux à la scène de l'Opéra de Paris est un moment unique pour toute danseuse ou danseur ...
mikko franck

Les 80 ans du Philhar, un octogénaire très séduisant

Chaque concert du "Philhar" est toujours un moment d’excellence musicale, acquise sous la houlette des plus grands chefs, comme Janowski, Myung-Whun Chung, Boulez, Dudamel, Gergiev ou encore Salonen, pour ne citer que les plus récents, qui se sont succédés au pupitre depuis 1937, date de sa fondation. Une perfection musicale qui fait actuellement de la phalange parisienne une des plus réputées sur la scène internationale, dirigée aujourd’hui par le chef ...
Salonen Esa-Pekka_photo by Minna Hatinen_Finnish National Opera and Ballet

Finnish premiere of Esa-Pekka Salonen’s Cello Concerto

At least on this first hearing, Salonen's new Cello Concerto seemed confident and uncertain at the same time. This evening's concert marked the opening of Esa-Pekka Salonen's second season as Artist-in-Association with the Finnish National Opera and Ballet. It seemed only appropriate that the program literally played to all of Salonen's strengths: Ravel, Stravinsky, and of course, himself. The program began with a Ravel staple, Le Tombeau de Couperin. Immediately apparent from the opening moments was the effortless, ...