À emporter, Biographies, Livre

Le chemin de croix de Chostakovitch

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch. Bertrand Dermoncourt. Actes Sud / Classica. 240 pages. Prix pour la France : 18€. ISBN : 2-7427-6366-X. Dépôt légal : septembre 2006.

 

Le dissident et très chrétien Alexandre Soljenitsyne, alors qu’il était hébergé dans la datcha de Mstislav Rostropovitch, aimait faire des parties d’échecs avec . Il cessa toute relation avec lui après avoir entendu la Symphonie n°14 (1969), scandalisé d’y découvrir la vision désespérante de Chostakovitch sur la mort, qui hante l’homme toute son existence et l’emporte vers le néant. Si Chostakovitch n’était pas croyant et ne se prenait pas pour un Messie, le portrait qu’en dresse Bertrand Dermoncourt à partir des témoignages des contemporains du compositeur est empreint, par allusions, d’une dimension propre sinon à guider, au moins à soutenir les hommes dans leur détresse existentielle.

La vie de Chostakovitch a été marquée de moments historiques incroyablement dramatiques, dans le double sens de terrible et de théâtral. Ainsi de la condamnation par Staline de Lady Macbeth en 1936, la composition de la Symphonie n°7 pendant le siège de Leningrad, ou encore la mise au pilori de sa musique en 1948 par Tikhon Khrennikov au motif qu’elle évoluait dans des « sphères anormales, repoussantes et pathologiques ». Galina Vichnievskaya eut ce commentaire sur cette séance déshonorante pour celui qui la perpétra : « (.. ) au lieu de vous supprimer, les bourreaux ont la magnanimité de vous laisser vivre couvert de crachats ». Le bourreau Khrennikov, véritable cacique du système, lui, resta suffisamment influent pour que le Président Poutine lui remette en personne le grand prix d’Etat de Russie en 2003.

Dermoncourt rythme son ouvrage par douze journées-clés dans la vie du compositeur, procédé qui permet de bien marquer les temps forts, comme autant de stations d’un chemin de croix. Car si Chostakovitch n’était pas chrétien, il est indiscuté aujourd’hui qu’il a dévoué sa vie aux autres, au peuple soviétique, que ce soit par le témoignage qu’il a porté dans sa musique contre le totalitarisme, ou plus pragmatiquement lorsque, député du Soviet suprême de l’URSS, il recevait à son bureau et que la queue de solliciteurs allait jusque dans la rue, pour des histoires de toilettes bouchées, pour trouver des médicaments, ou encore justifier un droit à pension.

On ne dévoilera pas la conclusion de l’ouvrage, inattendue sur l’apport de la musique de Chostakovitch à l’humanité, mais on peut donner un indice : elle s’inscrit dans la lignée du final de la Symphonie n°8, témoignage majeur de la Deuxième Guerre Mondiale et du XXe siècle. La biographie de Bertrand Dermoncourt est un ouvrage de synthèse idéal pour comprendre simplement qui était Chostakovitch.

(Visited 243 times, 1 visits today)

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch. Bertrand Dermoncourt. Actes Sud / Classica. 240 pages. Prix pour la France : 18€. ISBN : 2-7427-6366-X. Dépôt légal : septembre 2006.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.