Danse , Festivals, La Scène

Haute voltige pour la Compagnie XY

Plus de détails

Lyon. Théâtre des Célestins. Biennale de la danse. 14/IX/2014. Compagnie XY : Il n’est pas encore minuit. Pièce pour 22 acrobates, création collective. Collaborations artistiques : Loïc Touzé, Valentin Mussou, David Gubitsch. Lumière : Vincent Millet. Costume : Nadia Léon. Directeurs de production : Peggy Donck et Antoine Billaud.

Il n'est pas encore minuit...Première mondiale pour Il n’est pas encore minuit… la nouvelle création de la à la Biennale de la Danse de Lyon.

Quand deux artistes de cirque, et , se rencontrent aux sommets, cela donne « Laissez-porter » en 2005 qui explore les portés en grand nombre. Et de porté en porté de plus en plus haut, avec de plus en plus d’acrobates et d’écroulés de plus en plus audacieux, la est née.

Quelle vitalité incroyable que celle de ce collectif passé de 17 à 22 acrobates pour le spectacle qui se trame en ce moment au théâtre des Célestins ! Trame sans propos certes mais ici ce n’est pas la question. Comme le dit , l’un des danseurs-acrobates, il s’agit d’ « énergie éclaboussante plus que d’écriture », d’art et de vie donc, de mise en danger à plusieurs pour l’amour de l’acrobatie et surtout de solidarité, car ces échafaudages humains s’écroulant à chaque instant en toute maîtrise et se hissant à des hauteurs plus que vertigineuses réveillent le spectateur dans ce qu’il a de plus chevillé au coeur : comment se faire confiance les uns les autres, s’épauler, se croiser, se porter, bref se hisser vers le meilleur de soi-même sans se blesser, se heurter, voire se tuer.

Car on a peur à chaque fraction de seconde pour chacun de ces 22 acrobates, dont les corps-catapultes jaillissent, grimpent, virevoltent et tombent de façons toujours plus époustouflantes, au fur et à mesure que le spectacle se déploie. De simples planches en bois se métamorphosent en trampolines, pavois, boucliers, piédestaux,  reposoirs ou marteaux, et parcourent la scène recevant les uns ou les autres qui distillent un rire avant une nouvelle frayeur. Bref c’est une heure de fête endiablée, car « il n’est pas encore minuit » se  construit aussi autour de l’expérience de « lindy hop », danse, précise « sociale, festive et décontractée » (née dans les années 20 à Harlem) que les acrobates ont apprise exclusivement pour ce nouveau spectacle.

Fête cependant pas loin d’être gâchée à tout instant de crainte que la solidarité ne déraille. C’est peut-être ce que les artistes nous communiquent après une ovation fleuve plus que méritée du public envers ces fous de la voltige à la technique incroyable. Respectons et protégeons les droits légitimes des Intermittents du spectacle. Laissons la solidarité faire son œuvre, elle a fait ses preuves ici à la puissance 22. La beauté renaissance des Célestins devenu chapiteau immense leur rend un bel hommage. Chapeau.

Crédit photographique : © Christian GANET

Plus de détails

Lyon. Théâtre des Célestins. Biennale de la danse. 14/IX/2014. Compagnie XY : Il n’est pas encore minuit. Pièce pour 22 acrobates, création collective. Collaborations artistiques : Loïc Touzé, Valentin Mussou, David Gubitsch. Lumière : Vincent Millet. Costume : Nadia Léon. Directeurs de production : Peggy Donck et Antoine Billaud.

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.