Banniere-ClefsResmu-ok

Sonates pour violoncelle et piano de Stojowski et Różycki

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Zygmunt Stojowski (1870-1946) : Sonate en la majeur pour piano et violoncelle op. 18. Ludomir Różycki (1884-1953) : Sonate en la mineur pour violoncelle et piano op. 10. Tomasz Strahl, violoncelle. Agnieszka Przemyk-Bryła, piano. 1 CD Chopin University Press. Enregistré à Varsovie en septembre 2018. Textes de présentation en anglais et polonais. Durée : 47:16

 

Sonaty coverPour leur nouveau disque, le violoncelliste et la pianiste rendent hommage aux sonates polonaises de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Dédiée à , la Sonate en la majeur op. 18 de – élaborée dans les années 1895-1896 – combine la forme classique en trois mouvements et l’expression romantique, en constituant une harmonieuse combinaison de lyrisme, élan et virtuosité, et, par moments, en se référant à la musique nationale polonaise. Pour la Sonate en la mineur op. 10 de , façonnée en 1906, également en trois mouvements, nous avons affaire à une page moins virtuose que celle de Stojowski, dans laquelle on trouvera des échos de l’œuvre d’Alexandre Scriabine et de , mais aussi ceux du folklore polonais.

Pour ce qui est de l’interprétation, nous ravit par sa musicalité, une articulation précise, un usage modéré de vibrato, ainsi qu’une belle sonorité qui caresse l’oreille par un large éventail de demi-teintes. Pour ce qui est de la lecture de la partie du piano, se montre une partenaire attentive à la respiration et aux phrasés du violoncelliste, tout en prenant les mêmes tempi et en veillant à l’uniformité expressive. Quelquefois, en revanche, on s’en voudrait d’elle une gamme de nuances moins étroite et plus de souplesse. On notera encore que la prise de son n’est pas dûment équilibrée dans les fortissimi pour lesquels des craquements inacceptables sont parfois perceptibles en fond.

Malgré les réserves évoquées et un minutage qui nous paraît trop court, ces deux sonates pour violoncelle et piano sont interprétées, pour la première fois au disque, d’une façon qui leur assure une place dans le panthéon des meilleurs enregistrements de la musique polonaise.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.