tous les dossiers(1)

La Passion selon Urhan

À emporter, Livre, Romans et fiction

La Passion selon Urhan. Hervé Mestron. Éditions Symétrie. 177 pages. 25. ISBN 2-914373-17-1. Dépôt légal 2006.

 

Symétrie

Idée très originale de présenter – pionnier de la résurrection de la viole d’amour – au travers d’un roman. Fils de concierge au sein du Stadttheater de Mittenwald (vous savez, la capitale allemande de la lutherie), il vit et vibre au milieu des danseuses et des musiciens. La nuit, il entend des mélodies enivrantes et ressent dans son cœur qu’il est fait pour la musique, jouer et composer, c’est sa vie. Le comte de Mittenwald lui donne l’autorisation d’apprendre le violon pour jouer dans l’orchestre… Tout semble aller pour le mieux dans la vie de ce jeune garçon qui a pourtant perdu sa mère dès sa naissance. Il aime son vieux père, concierge et veuf noyant son chagrin dans l’alcool, il fera toujours tout pour lui. Les années passent, et survient l’instant où le jeune prodige est attiré par cette fameuse viole d’amour pour laquelle plus personne n’écrit. Suit une succession d’événements qui feront de lui un Maître, il rencontrera notamment Berlioz à Paris.

Tout serait si facile s’il n’y avait pas d’intrigue ! L’auteur, Hervé Mestron, sait préserver le suspense en nous dévoilant au fur et à mesure de l’avancé du récit qu’il n’y a point de bonne famille sans cadavres cachés dans les placards. Rassurez-vous, il n’est pas question de meurtres mais de la vie des bonnes familles d’antan. Les quelques lettres que le comte de Mittenwald lui remet avant son départ pour Paris cachent certainement un secret qui sera bien gardé.

Roman très bien écrit, certes, mais qui ne doit pas non plus nous éloigner de la question principale. Qu’est devenu le répertoire de la viole d’amour ? En avez-vous entendu parler au moins ? Pour une fois que les altistes sont à l’honneur ! Comprenons que le répertoire de l’alto s’est enrichit essentiellement à partir du XXe siècle avec les compositeurs contemporains. Les luthiers ont fabriqué des altos de toutes tailles, de ce fait les instrumentistes ont pu se réapproprier le répertoire de la viole d’amour qui correspondait justement à leur registre.

C’est aussi en cela que ce livre est important car il redonne à cet homme sa légitimité de musicien et de compositeur. C’est dorénavant au travers de l’alto que vous recevrez son écho bienfaiteur, sa musique et son cœur.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.