bandeau Res Musica

Le top 100 de l’opéra

À emporter, Essais et documents, Livre, Opéra

Le top 100 de l’opéra. Alain Steghens, Frédéric Platzer. Ellipses, Paris. 207 pages. ISBN 978-2-7298-7285-4. Dépôt légal 2012.

 

Le top 100 de l’opéra, moins que le Kaminski, plus que beaucoup d’autres.

C’est un petit livre comme on en trouve beaucoup au rayon musique des librairies convenablement achalandées, avec des titres plus ou moins semblables : les 100 plus grands opéras, dictionnaire de l’opéra, les opéras les plus célèbres, à la découverte de l’opéra, on en passe et des meilleures. La plupart sont réalisés avec un soin éditorial loin de l’idéal, et fort peu de connaissances. Des bouquins bon marché, qu’on achète plus ou moins de façon compulsive, et qu’on abandonne une fois feuilleté.

Ce Top 100 de l’opéra revêt une importance particulière pour ResMusica. Tout d’abord parce qu’il a été concocté par Alain Steghens, disparu en 2009, et Frédéric Platzer, tous deux anciens collaborateurs de notre site, et ensuite la fierté rétrospective de constater la vigilance et le sérieux de l’entreprise.

100 opéras, c’est certain, ne sonnent pas comme les 1001 de Piotr Kaminski, la référence de tout lyricomane. Les 100 titres en question semblent de plus avoir été sélectionnés pour le plaisir, alternant tubes et œuvres moins connues. Pourquoi l’Armide de Gluck plutôt qu’Iphigénie en Tauride ? Pourquoi Bastien et Bastienne et pas Cosi fan Tutte ? Le choix semble relever à la fois d’un goût personnel et d’une volonté didactique. Et puis, 100 opéras pour 400 ans d’histoire de la musique, c’est une goutte d’eau dans la mer !

Aussi ne verra-t-on pas dans ce fascicule une somme de science, mais plutôt une volonté pédagogique de prendre le lecteur – néophyte comme averti – par la main et de le guider dans les méandres de la passion lyrique. L’avant-propos de deux pages, qui condense avec clarté les métamorphoses de l’opéra de 1607 à 2005, est à lui seul une petite gourmandise !

Les œuvres sont présentées chronologiquement, deux pages pour chaque. Quelques mots sur le compositeur, la liste des rôles et leur tessiture, un historique, l’argument, une rubrique « bonus » racontant une anecdote d’une façon allègre, un conseil DVD ou CD : les mélomanes avertis n’y apprendront rien, mais seront conquis par la virtuosité de la plume, les débutants y trouveront plus leur miel que dans bien d’autres livres similaires, mais moins que dans de véritables ouvrages de référence.

Complètement inutile, et donc rigoureusement indispensable !

 

Baniere-clefsResMu728-90-2b

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.