tous les dossiers(1)

Odile Perceau, compositeur et chef d’orchestre, et le projet Fondamentus 2013

Aller + loin, Chefs d'orchestre, Compositeurs, Entretiens

Fondamentus 2013, piloté par le Khloros Concert, est un projet culturel entre la France, le Myanmar et le Cambodge. Rencontre avec l’initiatrice de cette ambitieuse entreprise, la chef d’orchestre et compositrice Odile Perceau.

 

odile perceau

« Les musiciens de l’ sont dans l’ensemble assez jeunes, la moyenne d’âge est aux alentours de 30 ans, tous sont extrêmement motivés pour travailler et se réapproprier le répertoire symphonique »

ResMusica : Qu’est-ce que le Khloros Concert ?
 : C’est à la fois un ensemble instrumental à géométrie variable, destiné à la diffusion de la musique classique sous toutes ses formes, le concert traditionnel bien sûr mais aussi des actions pédagogiques, la recherche de nouveaux publics, la création contemporaine ou des productions mêlant la musique à d’autres arts. C’est aussi une association dont le but est de servir par la musique classique de grandes causes humanitaires.

RM : Comment est né le projet Fondamentus 2013 ?
OP : L’origine du projet Fondamentus 2013, qui se fera avec le Quatuor Des Equilibres, l’Orchestre symphonique national du Myanmar et le Ballet Royal du Cambodge, vise à célébrer les vingt ans du Comité international de coordination et de sauvegarde du site historique d’Angkor ainsi que les 10 ans de l’inscription du Ballet Royal du Cambodge au Patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco. À ces anniversaires se rajoutent également les 65 ans des relations diplomatiques entre la France et la Birmanie et les 10 ans de l’inauguration de l’Institut culturel français de Mandalay. Les choses sont allées très vite, un accord a été trouvé en mars dernier entre les différents partenaires pour que les concerts à Angkor Vat comme en Birmanie se tiennent fin novembre et début décembre 2013. Nous bénéficions pour ce projet de divers soutiens : les états de Birmanie et du Cambodge, les services culturels des Ambassades de France dans ces pays, l’UNESCO et l’apport financier de mécènes privés qui rendent cet événement possible. Fondamentus sera également l’événement de toutes les premières fois ! Première fois en effet pour le Ballet royal du Cambodge de danser sur de la musique classique occidentale, premier concert à l’étranger pour l’ et première et dernière fois de pouvoir présenter cette « offrande musicale » pour reprendre l’expression de Bach, dans l’enceinte même du temple d’Angkor Vat. Il faut comprendre qu’après ces soirées exceptionnelles, le silence reviendra dans ce haut lieu spirituel du Cambodge qu’est Angkor Vat pour de nombreuses années.

RM : A quel endroit d’Angkor aura lieu le concert ?
OP : Le site d’Angkor est vaste. Nous avons choisi la cour ouest à l’intérieur même du temple d’Angkor Vat qui répondait au premier impératif, l’acoustique. Puis j’ai demandé à l’architecte scénographe Béatrix de La Tour d’Auvergne de réfléchir à une mise en espace de cette cour pouvant accueillir les artistes et le public dans un total respect du lieu et de sa fonction car il s’agit avant tout d’un sanctuaire où les cambodgiens viennent prier. La lumière jouera un rôle essentiel également pour accompagner cette scénographie avec le travail du lighting designer Marie Nicolas.

RM : Quels seront les artistes associés à Fondamentus 2013 ?
OP : Le Quatuor Des Equilibres, basé à Marseille, joueront mes compositions (Garonne pour quatuor à cordes et Partitas romanes pour violon et violoncelle). Les cordes de l’Orchestre national symphonique du Myanmar exécuteront sous ma direction le Concerto grosso en ré mineur de Haendel et le célèbre Aria de Bach de la Suite n°3 pour orchestre. Le Ballet royal du Cambodge dansera sur Bach et Haendel, ainsi qu’avec son propre répertoire, sur des chorégraphies traditionnelles et contemporaines réglées par S.A.R. la Princesse Norodom Buppha Devi, sœur du Roi du Cambodge.

RM : Il existe donc un orchestre national symphonique au Myanmar ?
OP : Oui, qui ne pouvait pas jouer exactement le répertoire sous la dictature. Lors de la colonisation anglaise, un orchestre avait été créé. Puis dans les années 60 avec l’arrivée de la junte militaire au pouvoir, les généraux ont eu l’intention de reformer un orchestre et se sont approchés de l’Union soviétique pour cela. En 2001 Khin Nyunt, haut fonctionnaire de l’Etat birman et futur premier ministre décide de fonder officiellement l’Orchestre national symphonique du Myanmar. Après sa disgrâce en 2004 l’orchestre n’a pas été dissout mais la musique européenne n’est plus jouée. L’ensemble est seulement sollicité pour les cérémonies officielles, les fêtes populaires ou encore pour accompagner des artistes locaux de variétés. Cependant les musiciens, discrètement, continuent à s’entrainer avec Bach, Mozart ou Beethoven. Depuis la réouverture du pays, cet orchestre renoue avec le répertoire occidental sans oublier ses racines. Je suis heureuse que nous leur donnions l’occasion de jouer à nouveau et que ces concerts soient pour eux un nouveau départ. Aussi, nous avons convenu avec la direction de l’Orchestre qui est rattaché à la Radio et Télévision nationales que je puisse les diriger jusqu’en 2015 pour les aider à se réorganiser afin de mettre en place notamment une première saison de concert pour 2014. Les musiciens de l’Orchestre national symphonique du Myanmar sont dans l’ensemble assez jeunes, la moyenne d’âge est aux alentours de 30 ans, tous sont extrêmement motivés pour travailler et se réapproprier le répertoire symphonique.

RM : Quelle a été l’implication des services culturels français dans ce projet ?
OP : Le réseau culturel français à l’étranger nous soutient dans cette aventure, tant d’un point de vue communication que pour faire le lien avec les autorités gouvernementales sur place. C’est notre principal relai indispensable, je les remercie.

RM : Quel est l’avenir du projet Fondamentus 2013 ?
OP : Le projet Fondamentus sera créé le 21 novembre au Théâtre national de Yangon, puis repris le 23 novembre au Théâtre national de Mandalay juste avant Angkor Vat les 5 et 6 décembre. France 2 sera là pour capter l’événement et le diffuser. Une tournée du programme Fondamentus est prévue dans les principales villes européennes en 2015 avec les mêmes artistes.

© Kloros Concert

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.