tous les dossiers(1)

Karajan, Beethoven, Berlin, 1963

dgg karajan 1963

En 1963, les Beatles continuent de révolutionner la musique avec leur album « With The Beatles » alors que les légendes du Jazz Duke Ellington, Ken Roach et Charlie Mingus font exploser les frontières du jazz dans l’album « Money Jungle ». Du côté du classique, Hebert von Karajan publie, sous l’étiquette Deutsche Grammophon, la première de ses trois intégrales des symphonies de Beethoven à la tête de sa Philharmonie de Berlin. ResMusica revient sur l’histoire de cet enregistrement.

En 1954, Herbert von Karajan est porté à la direction de l’ dont il devient le chef permanent.  En 1957, il signe un contrat d’enregistrements avec la Deutsche Grammophon.  Karajan a déjà acquit une belle notoriété dans le monde de l’interprétation beethovénienne avec une première intégrale des symphonies gravée à Londres, au pupitre du Philharmonia Orchestra (1951-1955). Editée par EMI (désormais Warner), cette intégrale témoigne de la première période interprétative du chef.

La première intégrale des symphonies du Grand sourd avec le Philharmonique de Berlin n’a pas été gravée par l’ambitieux Autrichien, mais par le franco-belge André Cluytens ! Régulièrement invité à Berlin, le grand musicien avait eu cet honneur.  Enregistrée entre 1957 et 1960, cette somme est un piller des collections économiques EMI  (désormais Warner), mais elle est à connaître pour l’apport frais du chef anversois.  Quant à l’orchestre berlinois,  il connaît très bien la musique de Beethoven pour avoir gravé, en 1913, la première Symphonie n°5 de l’Histoire de l’enregistrement, sous la baguette d’Arthur Nikisch.

Dès lors, , va murir son projet pour marquer son époque. Les interprétations seront vendues exclusivement dans un coffret, proposé en souscription. Cette édition devait marquer en apothéose le premier quinquennat du chef sous l’étiquette jaune.  Enregistrées entre 1961 et 1962, les symphonies sont éditées en 1963, année d’inauguration de la nouvelle philharmonie de Berlin de l’architecte Hans Scharoun. Le surnom « d’intégrale 1963 », par comparaisons avec celles des années 1970 et 1980, lui sera restera attaché.

Les symphonies furent enregistrées à la Jesus-Christus-Kirche,  utilisée comme studio dans les années 1950 à 1980. Le jeune ingénieur du son Günter Hermanns était aux commandes pour garantir la réussite technique du cycle.

Pour DGG, le défi était énorme car pour répondre aux exigences de Karajan, il fallut débloquer un budget de 1,5 millions de Deutschemarks et seule la vente de 100.000 coffrets pouvait rembourser l’argent investit. Si , président du Conseil d’administration était confiant, certains administrateurs ne cachaient pas leurs inquiétudes, d’autant plus qu’un directeur d’une firme concurrente pérorait sur la « catastrophe financière » à venir.

Edité en coffret de 8 LP (33 tours), ces symphonies de Beethoven furent un immense succès :  1 million de coffrets furent vendus en 10 ans ; établissant le tandem Karajan-Berlin comme un étalon qualitatif, musical et commercial.

A l’occasion des  25 ans de la mort d’, Deutsche Grammophon réédite ce coffret en CD et en Blu-Ray audio. Cette édition, bien luxueuse, remet sur le marché ce cycle, moins médiatisé que celui des années 1970, mais essentiel à l’Histoire de l’interprétation.

(1770-1827) : intégrale des Symphonies. Gundula Janowitz, soprano ; Hilde Rössel-Majdan, contralto ; Waldemar Kmett, ténor ; Walter Berry, baryton basse. Wiener Singverein, direction : Reinhold Schmid. Berliner Philharmoniker, direction : Herbert von Karajan. 1 coffret de 5 CD et un Blu-ray audio DGG. Référence 479 3442.

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.