tous les dossiers(1)

Le duo Vernet-Meckler romantique sur le Cavaillé-Coll de Lunel

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Adolf Friedrich Hesse (1809-1863) : Fantaisie en ré mineur op. 87 pour orgue à 4 mains. César Franck (1822-1890) : Cinq pièces pour harmonium, transcrites pour orgue par Louis Vierne. Franz Berwald (1796-1868) : Un mariage à la campagne pour orgue à 4 mains. Alexandre Guilmant (1837-1911) : Offertoire sur des Noëls op. 39 n° 6. Jacques-Nicolas Lemmens (1823-1881) : Prélude à cinq parties ; Prière. Louis Vierne (1870-1937) : Carillon de Longpont. Denis Bédard (1950-) : Variations sur un thème original pour orgue à 4 mains. Olivier Vernet et Cédric Meckler à l’orgue Aristide Cavaillé-Coll (1856) de l’église Notre-Dame-du-Lac de Lunel (Hérault). 1 CD Ligia Lidi 0104288-15. Code barre 3487549902885. Enregistré à Lunel en 2014. Livret bilingue français anglais. Durée totle 66’14 ».

 

Lunel

L’orgue Cavaillé-Coll de Lunel resplendit pleinement 160 ans après sa construction, grâce à de récents travaux excellemment réalisés. Ce disque en témoigne, grâce aux doigts et pieds experts d’ et qui nous offrent un programme riche en découverte et apte à traduire toutes les couleurs de la riche palette sonore de ces beaux instruments romantiques français.

En 1856, , aidé de son frère Vincent, lui-même installé à Nimes, construit un orgue prévu pour trois claviers et pédalier. Faute de moyens l’orgue reste inachevé, privé de son positif de dos et des jeux de pédale. D’autres orgues de la région avaient subi le même sort depuis Saint-Guilhem-le-Désert jusqu’à Saint-Paul de Nimes. D’essence romantique, dans cette période dite « de transition », l’orgue souffrait ce cet inachèvement. En 1994, la Manufacture des grandes orgues de Lodève, alors dirigée par Georges Danion construit à neuf les plans sonores manquants (Positif et Pédale), donnant enfin à l’instrument sa véritable dimension. Une nouvelle intervention salutaire de Jean-François Muno en 2011 puis en 2014 apporte une touche finale mais fondamentale dans l’épanouissement sonore de l’ensemble.

Le programme musical a été judicieusement choisi pour mettre en valeur les qualités de cet orgue, issu de la première période créatrice de Cavaillé-Coll, romantique avant de devenir symphonique vers la fin du XIXe siècle. Outre certains auteurs français, logiques, qui nous offrent le paysage sonore habituel des offertoires, variations et autres pièces pittoresques comme le Carillon de Vierne, divers auteurs germaniques viennent en contre-point apporter un éclairage complémentaire et finalement indispensable à ce panorama. C’est là qu’intervient la technique du 4 mains qui sur un orgue encore ici de taille raisonnable, rempli l’espace et permet de découvrir un répertoire inédit et passionnant, souvent basée sur la belle polyphonie, chère aux Allemands.

Le jeu des deux organistes est agréable à souhait, libre et facétieux par moments. La musique se déroule, charmeuse et attachante. L’acoustique large de la nef est pleinement rendue par la prise de son, au mieux de son équilibre, et au service de la couleur orchestrale de l’ensemble.

Il faut louer enfin les efforts permanents de tous ceux qui autour de cet orgue depuis tant d’années ont permis d’atteindre ce résultat, si convaincant. Ce disque en est ici la meilleure des récompenses…

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.