tous les dossiers(1)

Taragot et orgue pour la musique traditionnelle des Balkans

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Musiques traditionnelles des Balkans, Roumanie, Bulgarie et Arménie. Samuel Freiburghaus, taragot, cor de basset, clarinette, tilinca, frula ; Nehrun Aliev, percussions au cajon, darabukka, bendir ; Thilo Muster, orgue. 1 CD Gallo CD 1439. Enregistré du 13 au 16 juin 2014 à l’église réformée d’Arlesheim (Bâle, Suisse). Livret trilingue allemand français anglais. Durée totale : 67’20.

 

balkans-muster_galloAssurément, la rencontre du taragot et de l’orgue aboutit à un mariage heureux. Instrument à vent à anche libre issu du folklore des balkans à la fin du XIXe siècle, il sait tenir tête aux voix de l’orgue pour traduire les sentiments de la musique traditionnelle d’Europe centrale.

Ce disque offre un panorama aussi agréable qu’inattendu. Par le passé Gheorghe Zamfir à la flûte de pan et Marcel Cellier à l’orgue nous avaient introduits dans ce monde inouï des Doïna, sorte de mélodies plaintives typiques du répertoire roumain. On les retrouve ici avec bonheur, présentées de manière très professionnelle, parfaitement maîtrisées tant sur le plan technique qu’expressif.

, virtuose de son instrument, en profite pour nous faire entendre aussi d’autres vents comme les cor de basset, tilinca, flula et clarinette. Par moments, des percussions traditionnelles (cajon, darabukka et autres bendir) tenues par , viennent soutenir énergiquement les envolées endiablées de quelques danses tourbillonnantes à perdre haleine comme cette Sotu Sotu, enivrante et perpétuelle. L’alternance de climats divers, mélancoliques ou franchement décoiffants soutiennent notre attention d’un bout à l’autre.

à l’orgue mène l’ensemble de mains de maître. Remplaçant l’orchestre habituel, les réductions au clavier sont nombreuses et les arrangements de mise, pour un résultat très convaincant, comme si tout cela avait miraculeusement toujours existé. Ce disque est enregistré dans une acoustique idéale, en Suisse, à Arlesheim, mais pas à l’église sur le célèbre Silbermann. L’organiste a en effet choisi celui de l’église réformée, construit en 1973 par Neidhart et Lhôte : orgue moderne très au fait pour ce genre de production, réactif, présent et suffisamment sobre de timbres pour ne pas trop concurrencer les instruments solistes.

Une musique des Balkans, jubilatoire et réjouissante à découvrir ou approfondir, sans restriction !

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.