tous les dossiers(1)

Casadesus et l’ONL dans la 2e de Mahler d’une grande finesse

À emporter, CD, Musique symphonique

Gustav Mahler (1860 – 1911) : Symphonie n°2 en ut mineur « Résurrection ». Olena Tokar, soprano. Hermine Haselböck, mezzo-soprano. Chœur Philharmonique Tchèque de Brno, direction : Petr Fiala. Orchestre National de Lille, direction : Jean-Claude Casadesus. 2 CD Evidence classics. Enregistrement des 20 et 21 novembre 2015 à l’Auditorium du Nouveau Siècle de Lille. Durée : 84′.

 

Les Clefs Resmusica

mahler-2-casadesusComme il nous l’a confié en interview récemment, a rapidement souhaité donner une visibilité de premier plan à son en démontrant qu’un orchestre français pouvait jouer et enregistrer Mahler. Il a alors dès 1991 gravé pour Forlane l’un des chefs-d’œuvre de la musique romantique, la Symphonie n° 2 de , retrouvée à nouveau dans ce coffret qui, sans tout à fait rivaliser avec les plus grandes références, présente toutefois un propos très abouti à travers les atmosphères aériennes d’un son à la française parfaitement assumé.

Oublions la raucité de l’introduction de l’Allegro maestoso pour nous concentrer sur les violons et leur majestueuse délicatesse, encore plus évidente dans un Andante moderato fluide et aéré, jamais triste ni nostalgique mais au contraire serein et superbement ajusté dans ce que le chef sait faire de mieux : des pianissimi parfaitement tenus par toutes les portées et tout particulièrement les cordes. La petite harmonie est également à la fête, surtout la flûte, le piccolo et le premier hautbois.

L’Urlicht suit une même sérénité, bien soutenue par la mezzo-soprano , dont la ligne de chant et le vibrato serré n’altèrent jamais la partition vocale. Tout aussi présente dans le dernier mouvement, elle accompagne la belle couleur de la soprano et un magnifiquement préparé. L’atmosphère d’abord douce dans laquelle on pourra préférer plus de masse aux cordes trouve un premier grand moment après les accords de harpes à la dixième minute, puis un second avec la fanfare en coulisse neuf minutes plus tard.

L’ambiance devient alors plus sombre et rappelle que cet enregistrement a été effectué en live les 20 et 21 novembre 2015, soit sept jours seulement après les attentats du Bataclan. De résurrection, il n’y aura donc pas eu pour tous, hélas, mais ce CD vaut lui à plus d’un titre pour tout passionné de l’œuvre de Mahler, et sera à réserver en second choix pour les auditeurs moins aguerris, après Klemperer (live Bayerischen Rundfunk/EMI ou Testament), Tennstedt (LPO Live) et Bernstein (New York/SONY).

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.