Danse , La Scène, Spectacles Danse

La Belle au Bois dormant par le Het National Ballet

Plus de détails

Amsterdam. Muziektheater. 27.XII.2003. La Belle au Bois dormant, d’après le conte de Charles Perrault, musique de Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893), chorégraphie (d’après Marius Petipa 1890) et mise en scène de Peter Wright, décors et costumes de Philip Prowse, avec Larissa Lezhnina, Támas Nagy, Jaione Zabala, Britt Juleen. Holland Symfonia, direction Ermanno Florio.

La compagnie nationale de danse classique néerlandaise, Het Nationale Ballet, basée comme l’Opéra Néerlandais au Muziektheater d’Amsterdam, possède à son répertoire depuis 1981 une production de «La Belle au Bois Dormant» réalisée par le chorégraphe britannique de façon très fidèle à la création de pour Saint-Pétersbourg en 1890. Elle est infiniment plus classique, moins inventive que celles de «Casse Noisette» dans la chorégraphie de Wayne Eagling et Toer van Schayk qui est également à leur répertoire ainsi que du «Lac des Cygnes» dans la chorégraphie de Rudy van Dantzig. La présentation très figurative fait appel à toutes les possibilités décoratives autorisées par les deux grandes fêtes à la Cour du Roi Florestan, pour le Baptême et encore plus pour le Mariage. L’ensemble peut paraître un peu trop chargé et doré mais la taille de la scène du Muziektheater permet d’isoler certains détails de la chorégraphie et d’oublier parfois ce décor grandiloquent. La compagnie utilisée dans sa totalité avec le renfort de danseurs additionnels et d’élèves de la Nationale Balletacademy d’Amsterdam, quatre-vingt-dix danseurs en tout, est bonne dans les très nombreux ensembles et jusqu’au moindre petit rôle notamment lors de la succession des personnages des contes de Perrault lors de la fête du Mariage. Grand magnétisme de la part de la fée Carabosse dansée par . La chorégraphie de Petipa laisse assez peu de danse au Prince Florimon, principalement le Pas de deux du second acte, mais le Hongrois , premier soliste de la compagnie, qui vient de recevoir le Prix de danse hongrois Europas, s’est acquitté de son rôle avec beaucoup de classe et de virtuosité. La Princesse Aurore, dansée ce soir là par la première soliste avait beaucoup d’assurance, une excellente technique particulièrement dans les équilibres sur pointes. Ils n’étaient qu’un des cinq couples qui se sont relayés lors des représentations de la « Belle » à Amsterdam en cette période de fêtes de fin d’année. Dirigé par , le Holland Symphonia avait toujours tendance à jouer trop fort, ce qui nuisait beaucoup à l’harmonie de l’ensemble, mais a mené le spectacle avec une efficacité indiscutable.

Het Nationale Ballet.Muziektheater Amsterdam (00.31.20.6.255.455).

Site Internet :
http://www.het-ballet.nl

Prochain spectacle :

Pulcinella chorégraphie de Ted Brandsen, musique de Stravinski (première néerlandaise) et 00.00 chorégraphie de David Dawson, musique de Lanz (création mondiale) et Quatre pièces de Schumann chorégraphie de Hans van Manen, musique de Schumann (du 11 février au 5 mars)

Plus de détails

Amsterdam. Muziektheater. 27.XII.2003. La Belle au Bois dormant, d’après le conte de Charles Perrault, musique de Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893), chorégraphie (d’après Marius Petipa 1890) et mise en scène de Peter Wright, décors et costumes de Philip Prowse, avec Larissa Lezhnina, Támas Nagy, Jaione Zabala, Britt Juleen. Holland Symfonia, direction Ermanno Florio.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.