À emporter, CD, Opéra

Attention danger, Sandrine Piau interprète Haendel !

Plus de détails

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : extraits de Scipione, Orlando, Giulio Cesare in egitto, Partenope, Amadigi, Alessandro, Rodelinda, Faramondo, Tamerlano, Deidamia, Arianna in Creta. Sandrine Piau, soprano. Les Talens Lyriques, direction : Christophe Rousset. 1 CD Naïve E8894. Durée totale : 67’09.

 

Les Clefs ResMusica

Attention ! Ce disque est dangereux…

Chers lecteurs, la déontologie journalistique nous oblige à vous prévenir contre ce disque : les risques d’addiction graves sont maintenant prouvés. Dès la première écoute, les symptômes apparaissent : jubilation, plaisir intense, envie irrépressible de le réécouter et même, chez certains sujets, une tendance à embrasser la pochette ou à se prosterner devant sa chaîne hifi ! L’OMS vient de l’inscrire sur la liste des drogues dures et les premières réunions de l’APA (Association des Piauphiles Anonymes) ont eu lieu la semaine dernière. Au programme de ses réunions : écoute en boucle du récital Haendel d’une certaine Renée Fleming, pour se déshabituer du bon goût des da capi ornés et retrouver une mollesse d’émission qui dégoûte tout mélomane de cette musique.

Trêve de plaisanteries, la parution de ce disque bouleverse un paysage haendélien quelque peu endormi depuis l’ouragan Ariondante par von Otter et Minkowski. On ne sait par où commencer pour énumérer les merveilles de cette parution.

n’est pas à proprement parler une découverte ! La soprano française nous enchante depuis 10 ans autant au disque que sur scène : délicieuse Zaïre dans les Indes Galantes ou lumineuse Ombre Heureuse dans Castor et Pollux avec Christie chez HM, c’est grâce à Jean-Claude Malgoire (une Pamina magistrale) et surtout qu’elle trouve enfin des rôles à sa mesure : les Fêtes de Paphos de Mondonville, Mitridate Re di Ponto de Mozart (elle arrive à donner à la pâle Ismène une âme, là où même Cotrubas avait échoué !) et les Haendel, bien sûr. Mais c’est avec la parution de son premier récital Mozart chez Naïve que cette artiste discrète s’impose comme une valeur montante auprès du grand public. Ce disque a permis aux mélomanes non « baroquophiles » de découvrir une artiste à la sensibilité exacerbée, musicienne en diable, d’une fraîcheur et d’un naturel que l’on a tendance à oublier chez les grandes stars du trille et de l’aigu. Après un très bel opus debussyste, voilà le troisième volet de la collaboration Piau/Naïve et à deux merveilles, succède un miracle. Un programme audacieux (aucun « tube ») et donc passionnant, une direction jubilatoire (jamais on n’avait entendu Rousset aussi inspiré), un orchestre nimbant amoureusement la voix de la soprano, des soli instrumentaux sublimes, des variations à la fois étourdissantes de virtuosité et de musicalité, tout ici est parfait. La voix de est d’une troublante homogénéité : jamais on ne sent l’effort, l’artifice, chaque note est en connexion avec l’âme de l’artiste.

Vous trouvez cet article trop dithyrambique ? Courez acheter ce disque, mais on vous aura prévenu, il est dangereux !

Plus de détails

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : extraits de Scipione, Orlando, Giulio Cesare in egitto, Partenope, Amadigi, Alessandro, Rodelinda, Faramondo, Tamerlano, Deidamia, Arianna in Creta. Sandrine Piau, soprano. Les Talens Lyriques, direction : Christophe Rousset. 1 CD Naïve E8894. Durée totale : 67’09.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.