À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Quand Patrick Gallois s’intéresse à Mozart …

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756 – 1791) : Concerto pour flûte n°2 enmajeur, K314 ; Concerto pour flûte, harpe et orchestre, K299 ; Concerto pour flûte n°1 en sol majeur, K313. Patrick Gallois, flûte. Fabrice Pierre, harpe. Roderick Shaw, clavecin. Orchestre de Chambre Suédois. Patrick Gallois, direction. 1 SACD/CD Naxos 6. 110055. 2004.

 

Les œuvres pour vents solistes de Mozart comme les deux concertos pour flûte K313 et K314 ou le concerto pour flûte et harpe K299 sont toutes des commandes que le compositeur satisfait en cette année 1778 dans une optique plus alimentaire que volontairement créatrice : « Enfin, vous le savez, sitôt que je dois écrire sans arrêt pour un instrument que je ne peux pas souffrir [comprendre la flûte], je deviens complètement ankylosé » (Wolfgang à Léopold, 14 février 1778). C’est dans cet état d’esprit que Mozart tente de terminer son concerto pour flûte et harpe n°1, K313, pour son commanditaire De Jean mais tout en y attachant l’importance qu’elle mérite et surtout qu’elle ne lui fasse pas honte ! Il compose dans la foulée son concerto n°2, K314 qui ne s’avère autre que la transposition pour flûte en ré du concerto « Ferlendis » en ut pour hautbois, K271k … Pour ce qui est du concerto pour flûte et harpe, K299, le compositeur écrit pour le Duc de Guisnes et sa Demoiselle une symphonie concertante mais pour deux instruments seulement. Après avoir révolutionné le genre récent de la symphonie concertante avec sa première composition pour flûte (ou clarinette), hautbois, cor et basson, K297b, il s’attache ici à plaire à la galanterie aristocratique en y réintégrant par exemple les formes concertantes traditionnelles. Le but est de plaire au plus grand nombre d’aristocrates mais aussi de permettre à tout musicien amateur de briller dans les salons …

Une fois repositionné le contexte historique de la création de ces trois œuvres, il ne nous reste plus qu’à nous imprégner du disque et admirer à la fois le génie d’un compositeur qui rayonne spontanément et le travail réalisé par les artistes. Qui d’autre mieux que , flûtiste et chef d’orchestre, au répertoire allant du baroque au romantisme et reconnu à travers le Monde, ne pouvait arriver si bien à nous transmettre ces moments de purs délices Mozartiens. Il est aidé par à la harpe et un Orchestre de Chambre Suédois que l’on pourrait qualifier de premier allié tant sa fougue et sa précision apportent une effervescence mesurée indispensable à la bonne compréhension de l’œuvre. Ajoutez à cela une restitution sonore irréprochable qui assure à cet enregistrement une place de premier choix dans nos discothèques.

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756 – 1791) : Concerto pour flûte n°2 enmajeur, K314 ; Concerto pour flûte, harpe et orchestre, K299 ; Concerto pour flûte n°1 en sol majeur, K313. Patrick Gallois, flûte. Fabrice Pierre, harpe. Roderick Shaw, clavecin. Orchestre de Chambre Suédois. Patrick Gallois, direction. 1 SACD/CD Naxos 6. 110055. 2004.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.