Banniere-ClefsResmu-ok

Quatuor Ysaÿe, un nouveau Beethoven

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Quintette à cordes en do majeur opus 29 ; Fugue en Ré majeu rpour quintette à cordes opus 137 ; Fragment du quatuor en si mineur ; Menuet en la mineur Hess 33 ; Prélude et fugue en fa majeur Hess 30 ; Arrangement de la fugue pour l’Ouverture de Solomon de Haendel Hess 36 ; Arrangement de la sonate pour piano opus 14 n°1 Hess 34. Quatuor Ysaÿe (Guillaume Sutre, Luc Marie Aguera, violons ; Miguel da Silva, alto ; François Salque, violoncelle). Shuli Waterman, alto. 1 CD Aeon AECD 0533. Enregistré à l’Abbaye de l’Epau en novembre 2004. Notice en anglais, français, allemand. Durée 66’19’’.

 

Les Clefs ResMusica

« Tout le divin sur terre n’est que pensée vive et claire. Les pierres dans le cours des heures s’ajoutent aux pierres, lentement … » C’est dans cet esprit de connivence avec Schiller que les Ysaÿe viennent d’enregistrer un nouveau cycle des compositions de Beethoven, présenté en avant première aux « Folles Journées de Nantes 2005 ». Graver des œuvres peu jouées ou même méconnues comme les arrangements autographiques de la Sonate pour piano opus 14, ou l’arrangement de l’ouverture deSolomon de Haendel, est un choix audacieux qui préfigure d’un long cheminement historique auquel nous convient dorénavant les incontournables membres du Quatuor.

L’œuvre à l’honneur est le Quintette à cordes en do majeur opus 29 écrit par Beethoven en 1801. Considéré comme un exercice de style, le quintette fait encore partie des « bêtes noires » des compositeurs. Si celui de Schubert ose doubler le violoncelle pour asseoir une base de graves, c’est ici l’alto qui est à l’honneur à l’instar des quintettes de Brahms et de Mozart. Si les différents mouvements de cette œuvre préfigurent l’écriture de ce que deviendra l’ouverture Léonore, Beethoven permet ici aux instrumentistes de s’exprimer.

Shuli Waterman est une musicienne que nous avons l’occasion de voir programmée quelque fois en France avec, notamment, son Quatuor Aviv, lauréat, entre autres, des concours de Melbourne et de Bordeaux. Elle accompagne, en tant qu’invitée d’honneur des Ysaÿe, la seconde partie d’alto.

Suivent des inédits qui nous présentent un Beethoven dans un exercice d’écriture bien plus aérien que ce que nous avons l’habitude de connaître. Une respiration – comme un rayon de soleil – se dégage enfin d’un ciel toujours plus sombre. On reconnaît alors son admiration pour Haendel et Mozart dans des œuvres contrapuntiques comme ce Prélude et Fugue en fa majeur.

Le disque est accompagné d’une documentation de grande qualité écrite par Bernard Fournier (Histoire des quatuors, Fayard). Il est un fidèle compagnon des Ysaÿe pour avoir – l’année dernière – inauguré un événement de concert. Il avait alors permis aux mélomanes de mieux s’imprégner de l’œuvre à entendre en proposant un accompagnement littéraire des quatuors de Beethoven avant l’arrivée des musiciens.

Sommes-nous, avec le , dans une nouvelle tendance de valorisation de la musique de Chambre ? … Dans tous les cas, nous sommes conquis par une action que l’on ne pourrait négliger ! Lire l’entretien de ResMusica réalisé avec Luc Marie Aguera.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.