À emporter, CD, Musique symphonique

Intégrale de l’œuvre pour cor et orchestre de Mozart

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), intégrale de l’œuvre pour cor et orchestre. Nico de Marchi, cor. Orchestre philharmonique de Liège, direction : Jean-Pierre Haeck. 1 CD JPH Productions. Référence : JPH 015. Enregistré en juin 2005 à la salle philharmonique de Liège. Notice de présentation en français et anglais. Durée : 60’44

 

Mozart offrit au cor ses premières lettres de noblesse en tant qu’instrument soliste à part entière. Jusqu’à la composition des quatre concertos pour cor et orchestre, l’instrument restait, en grande partie, l’apanage des musiques de chasse et de plein air. L’époque de Mozart est aussi celle des améliorations techniques pour un instrument alors bien limité. À partir du milieu du XVIIIe siècle, différentes modifications étendent ses possibilités et le cor intègre aussitôt le petit noyau des vents des orchestres utilisés par Haydn et Mozart dans leurs premières œuvres. Dans le dernier quart du siècle des « Lumières », le célèbre soliste Jan Václav Stich, met au point une technique qui permet de modifier les notes et les sons par des mouvements de la main dans le pavillon. En 1778, l’enfant de Salzbourg rencontre ce virtuose à Paris et il sollicite sa participation à la création de sa Symphonie concertante pour quatre vents K 9/297b. Mozart était d’autant plus familier des possibilités de l’instrument qu’il connaissait depuis son enfance le virtuose salzbourgeois Joseph Leutgeb. Ce dernier pressait son ami de lui écrire des pièces, mais ce n’est qu’en 1781 que Mozart cède enfin aux suppliques de l’instrumentiste et Leutgeb sera l’unique créateur des quatre concertos pour cor et orchestre. Ce corpus d’une haute qualité est aux cornistes ce que les Suites de Bach sont au violoncelle : un monument qu’ils pratiquent assidûment mais qu’ils se doivent de vénérer avec admiration et crainte.

Comme tous les pianistes souhaitent graver les sonates de Beethoven, tous les cornistes émérites se sont penchés sur l’enregistrement de ces partitions et on ne dénombre pas moins d’une cinquantaine de versions disponible régulièrement au catalogue. Deux artistes surclassent aisément les débats : (disque EMI sous la direction de Karajan) et (auteur de quatre intégrales de ces concertos). En l’absence de véritables stars de l’instrument, les premiers solistes des orchestres ont eux aussi tenté la confrontation avec ces partitions, et c’est d’ailleurs ce type d’essai qui compose la majorité des témoignages dans ces œuvres. La présente intégrale nous propose la vision de , le cor solo de la Philharmonie de Liège sous la direction de , son premier chef invité. Techniquement, la virtuosité du corniste est digne d’éloges, et le soliste se joue des difficultés techniques de ces partitions sans jamais forcer les notes. Le son est certes splendide, mais il manque un poil de personnalité sonore à ce musicien pour marquer notre esprit, d’autant plus qu’on en reste souvent à une approche un peu trop scolaire des partitions, les mouvements rapides étant assez avares en humour et les romances manquant d’abandon. L’accompagnement de l’orchestre est très professionnel, évite de tomber dans la romantisation à excès, éternel piège de ces œuvres. Les tempi sont rapides et le chef est attentif à son soliste. Cependant, l’orchestre si brillant dans d’autres répertoires, ne s’affirme pas, du moins au disque, comme la phalange rêvée pour cette musique. Les timbres sont encore assez français : cordes saillantes et vents un peu verdâtres. En complément des concertos, offre judicieusement les brefs Rondo en mi bémol K 371 et le Mouvement de concert en mi K 494a dont la prise de son est perturbée par d’incroyables bruits dans le studio.

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), intégrale de l’œuvre pour cor et orchestre. Nico de Marchi, cor. Orchestre philharmonique de Liège, direction : Jean-Pierre Haeck. 1 CD JPH Productions. Référence : JPH 015. Enregistré en juin 2005 à la salle philharmonique de Liège. Notice de présentation en français et anglais. Durée : 60’44

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.