À emporter, CD, Musique de chambre et récital

L’intégral pour orgue du bien sympathique Eugène Gigout

Plus de détails

Eugène Gigout (1844-1925) : Rhapsodie sur des Airs Catalans, Suite de Six Pièces, Trois Pièces ; Suite de Six Pièces, Quatre Pièces pour Orgue ; Dix Pièces, Poèmes Mystiques, Pièce Jubilaire ; Douze Pièces pour Orgue, Prélude et Fugue en mi ; Quatre Transcriptions, Cortège, Dix des Cent Pièces Brèves Nouvelles, Rhapsodie sur des Airs populaires du Canada, Intermezzo, Suite de Trois Morceaux. Gerard Brooks, aux Orgues Cavaillé-Coll de la Cathédrale de Perpignan, de Saint-Ouen à Rouen, de Saint-Étienne à Caen, de la Cathédrale de Laon. 5 CD séparés Priory. Réf. : PRCD 761, PRCD 762, PRCD 763, PRCD 764, PRCD 765. DDD. Enregistré de 2001 à 2004. Notices unilingues (anglais) excellentes (Gerard Brooks) avec analyse succincte des pièces et composition des instruments. Durée : 76’34’’- 71’42’’- 75’28’’- 70’36’’- 77’20’’.

 

C’est à notre plus grande joie que nous accueillons le volume final de cinq CDs constituant cette vaste entreprise menée à bien avec une tranquille constance par le label britannique Priory, et consacrée à l’intégrale de la musique d’orgue d’un compositeur français dont la gentillesse, le charme, la subtilité et la sympathie n’avaient d’égales que la bonté et la modestie : (1844-1925). Cet admirable musicien, ayant eu la mauvaise idée d’être contemporain de Saint-Saëns, Widor et Fauré, a quelque peu souffert auprès de la postérité de l’ombrage de ces grands compositeurs, et le mélomane, même le plus averti, serait bien en peine de citer ses œuvres, hormis une Toccata ou un Scherzo relativement bien connus des organistes.

Aussi nous ne bouderons certainement pas notre plaisir de constater qu’une petite firme courageuse spécialisée dans la musique d’église, et associée à un organiste curieux et entreprenant, Gerard Brooks, prend le risque d’éditer des œuvres en première mondiale, risque qui devrait toutefois être minimisé, vu l’intérêt et l’accessibilité des compositions chaleureuses de Gigout. Constatons qu’une fois de plus, nul n’est prophète en son pays, et que ce ne sont pas des Français, mais bien des Anglais qui président à cette remarquable réalisation : seuls les superbes instruments Cavaillé-Coll, selon les CDs, de la Cathédrale de Perpignan, de Saint-Ouen à Rouen, de Saint-Étienne à Caen, de la Cathédrale de Laon, donnent à la musique de Gigout toutes ses caractéristiques authentiquement françaises.

Il serait fastidieux de commenter les innombrables pièces relatives à ces enregistrements ; toutefois mentionnons, hormis une exubérante Rhapsodie sur des Airs Catalans (1891) dédiée à la ville de Barcelone, deux suites, l’une de Six Pièces (1872), l’autre de Trois Pièces (1885), leur caractéristique commune étant qu’elles débutent toutes deux par un Prélude et Fugue où passent les ombres de Bach et de Buxtehude, mais où l’on perçoit également l’influence de Saint-Saëns, le professeur vénéré de Gigout. Les autres parties des Suites s’intitulent Andante Varié, Andantino, Fantaisie, Larghetto…, typiques des indications de l’orgue symphonique français, et où l’on ressent également l’influence de Franck. Précisons toutefois que malgré ces influences, n’a rien d’un épigone, et que ses œuvres portent la marque d’un esprit indépendant et personnel, par le raffinement et la bonté qui y transparaissent. Pour les mélomanes surtout intéressés par les célèbres Toccata et Scherzo, signalons qu’ils se trouvent sur le troisième CD qui nous offre, hormis une Pièce Jubilaire (1918) servant de conclusion, deux cycles, l’un de Dix Pièces (1892) contenant entre autres les deux pièces les plus connues de Gigout ; l’autre intitulé Poèmes Mystiques (1893) constitué de trois pages particulièrement personnelles et bienvenues. Signalons enfin que le cinquième et dernier volume de cette magnifique intégrale comprend également des transcriptions ou plutôt quelques paraphrases d’œuvres de Léon Boëllmann (son beau-fils), Charles Balorre, et Camille Saint-Saëns.

L’œuvre d’orgue d’Eugène Gigout, tout empreint de grandeur et de noblesse, est brillamment interprété par Gerard Brooks sur les divers Cavaillé-Coll précités, qui rendent pleine justice à un compositeur trop longtemps négligé. Il convient également de mentionner l’excellence de la prise de son qui est un vrai modèle de chaleur et de clarté dans le domaine délicat de la captation des grandes orgues.

Plus de détails

Eugène Gigout (1844-1925) : Rhapsodie sur des Airs Catalans, Suite de Six Pièces, Trois Pièces ; Suite de Six Pièces, Quatre Pièces pour Orgue ; Dix Pièces, Poèmes Mystiques, Pièce Jubilaire ; Douze Pièces pour Orgue, Prélude et Fugue en mi ; Quatre Transcriptions, Cortège, Dix des Cent Pièces Brèves Nouvelles, Rhapsodie sur des Airs populaires du Canada, Intermezzo, Suite de Trois Morceaux. Gerard Brooks, aux Orgues Cavaillé-Coll de la Cathédrale de Perpignan, de Saint-Ouen à Rouen, de Saint-Étienne à Caen, de la Cathédrale de Laon. 5 CD séparés Priory. Réf. : PRCD 761, PRCD 762, PRCD 763, PRCD 764, PRCD 765. DDD. Enregistré de 2001 à 2004. Notices unilingues (anglais) excellentes (Gerard Brooks) avec analyse succincte des pièces et composition des instruments. Durée : 76’34’’- 71’42’’- 75’28’’- 70’36’’- 77’20’’.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.