À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Musique de chambre de Fauré par une grande dame du piano

Plus de détails

Gabriel Fauré (1858-1919) : Quintettes n°1 et n°2 avec piano ; Quatuor n°1 avec piano ; Andante et Berceuse pour violon et piano ; Élégie pour violoncelle et piano ; Dolly, suite pour deux pianos. Germaine Thyssens-Valentin, piano ; Henriette Puig-Roget, 2nd piano. Quatuor de l’ORTF : Jacques Dumont, 1er violon ; Louis Perlemuter, 2e violon ; Marc Carles, alto ; Robert Salles, violoncelle. 2 CD Charlin. Réf. : CL123. ADD. Enregistré en 1965. Notices bilingues (français-anglais) succinctes. Durée : 67’25’’& 64’25’’.

 

Musique de chambre de Fauré par une grande dame du pianoAvec conséquence d’avoir été souvent considéré, bien à tort, comme de la musique de salon, l’art de a toujours été privilégié par des interprètes féminines, probablement parce que d’un raffinement et d’une subtilité tels qu’il convient particulièrement bien aux grandes dame du piano : les deux Long – Kathleen et Marguerite –, Yvonne Lefébure, Lucette Descaves, Nicole Henriot-Schweitzer et en sont des exemples significatifs parmi bien d’autres.

Le cas de qui nous occupe ici est assez singulier : née à Maastricht en 1902, cette admirable musicienne fait des études très complètes au Conservatoire Royal de Musique de Liège, et dès l’âge de huit ans, ses débuts publics de soliste avec orchestre révèlent déjà sa maturité et sa grande sensibilité musicale. Elle poursuit ses études dans la classe d’Isidore Philipp au Conservatoire Supérieur de Paris pour obtenir son Premier Prix de piano en 1920. Mariée en 1924, plutôt que de s’investir dans une carrière musicale s’annonçant brillante, elle préfère se consacrer entièrement à sa famille. Mais l’emprise de la musique est si impérieuse qu’après vingt-cinq ans de silence, à partir de 1951, elle mène une carrière internationale enthousiasmante qui la conduit à redécouvrir l’œuvre de pour laquelle elle se passionne. Germaine Thyssens-Valentin sera la première à enregistrer, pour Ducretet-Thomson, la quasi-totalité de l’œuvre pour piano de Fauré (rééditée en CD chez Testament), faisant ainsi office de précurseur à Éric Heidsieck, Jean-Philippe Collard, mais surtout aux intégrales de Jean Doyen, Jean Hubeau et Paul Crossley. Puis grâce au label Charlin fondé par son illustre ingénieur – celui-là même qui réalisa les prises de son des gravures Ducretet-Thomson – Germaine Thyssens-Valentin aura l’opportunité d’enregistrer toutes ces merveilleuses pages de musique de chambre qui font honneur à l’art français et que nous retrouvons ici en une récente réédition en double CD Charlin. La grande pianiste se révèle ici chambriste incomparable en totale communion avec le Quatuor de l’ORTF (issu du Quatuor Pascal).

Si le Quatuor n°1, premier chef-d’œuvre chambriste de Fauré, se ressent encore de l’influence de Schumann, les deux Quintettes nous immergent dans l’essence même de son univers musical : c’est le Fauré de la maturité rayonnante, à l’écriture pudique d’une clarté lumineuse, d’une noble et pure beauté. Écoutez le merveilleux Andante moderato du Quintette n°2, et vous donnerez raison à José Bruyr d’avoir écrit un jour : « Il est des paysages si beaux, disait Flaubert, qu’on les voudrait serrer sur son cœur. Et il est des Andante comme ces paysages. L’Andante moderato est de ceux-ci, dont la sublime et poignante mélancolie n’est pas sans rappeler certains Nocturnes de la même période… »

En complément de ces sommets de la musique de chambre fauréenne, nos interprètes nous proposent l’Andante et la Berceuse pour violon et piano, la bouleversante Élégie pour violoncelle et piano, et enfin la charmante suite pour deux pianos Dolly, où Germaine Thyssens-Valentin a pour partenaire Henriette Puig-Roget, brillante pianiste également issue de la classe supérieure d’Isidore Philipp, toutefois plus connue en tant qu’organiste. Quelles que soient les œuvres et les interprètes, il est évident qu’ils sont en parfaite communion avec le style fauréen et qu’ils nous guident au plus profond de la sensibilité intime du compositeur.

La qualité sonore des transferts en CD est d’autant plus remarquable qu’ils semblent avoir été réalisés à partir de microsillons impeccables – un infime et périodique bruit de fond typique en atteste – plutôt qu’au départ des bandes originales sans doute détériorées ou indisponibles. Quoi qu’il en soit, il s’agit en l’occurrence d’une réédition historique de la plus haute importance, qui ne doit laisser indifférent aucun amateur de musique à l’état pur.

(Visited 505 times, 1 visits today)

Plus de détails

Gabriel Fauré (1858-1919) : Quintettes n°1 et n°2 avec piano ; Quatuor n°1 avec piano ; Andante et Berceuse pour violon et piano ; Élégie pour violoncelle et piano ; Dolly, suite pour deux pianos. Germaine Thyssens-Valentin, piano ; Henriette Puig-Roget, 2nd piano. Quatuor de l’ORTF : Jacques Dumont, 1er violon ; Louis Perlemuter, 2e violon ; Marc Carles, alto ; Robert Salles, violoncelle. 2 CD Charlin. Réf. : CL123. ADD. Enregistré en 1965. Notices bilingues (français-anglais) succinctes. Durée : 67’25’’& 64’25’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.