À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Magnifique Plamena Mangova dans les Préludes de Chostakovitch

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Sonate n°2 op. 61  ; 24 Préludes op. 34. Plamena Mangova, piano. 1CD Fuga Libera FUG 517. Enregistré à Bruxelles le 10, 11, 12 et 16 avril 2006. Bonne notice trilingue anglais, français et allemand. Durée totale : 63 : 10.

 

Les 24 Préludes de l’op. 34, tout autant que la Sonate pour piano n°2, font partie de ces œuvres un peu plus méconnues de . Pourtant il ne faut pas oublier que le compositeur russe, à l’instar de son aîné Prokofiev, s’est avant tout fait connaître pour sa virtuosité pianistique. A l’âge de 17 ans Chostakovitch sort du Conservatoire en jouant la Hammerklavier de Beethoven, et, en 1927, il décroche un diplôme d’honneur lors du tout premier concours Chopin de Varsovie, malgré la crise d’appendicite qui s’abat sur lui ce jour-là !

En 1933, année de composition des 24 préludes, Chostakovitch n’en est pas à son premier coup d’essai ; c’est déjà un artiste complet, avec des compositions significatives qui lui donnent déjà très bonne réputation, comme la Symphonie n°1, l’opéra le Nez, la Sonate pour piano n°1 op. 12 et les Aphorismes op. 13. Les Préludes op. 34, abstraits et évasifs, acides et mordants, attestent dans tous les cas une grande volonté de diversité, d’originalité et de créativité. Ce sont des pièces brèves et caractéristiques où règne souvent un fort climat d’austérité, et qui viennent se ranger dans la catégorie où se retrouvent aussi les miniatures de Stravinsky, Prokofiev, Bartok et Hindemith, et, bien que d’une écriture moderne voire futuriste, conservent de près ou de loin l’écho du romantisme de Chopin. Le Prélude n°10 en do dièse mineur est une romance nostalgique qui compte parmi les plus célèbres compositions de Chostakovitch, et qui a donné lieu à une très fine orchestration.

Composée en 1943, la Sonate n°2 pour piano est une grande réussite, un des grands chefs-d’œuvre de la littérature pianistique du XXe siècle, bien qu’elle soit peu jouée et enregistrée. On y entend des éléments stylistiques si propres à Chostakovitch, un développement de mélodies si caractéristique du compositeur, un mouvement central d’une ascétique beauté et un finale qui rend un magnifique hommage à la variation beethovénienne.

En tant que fervente défenderesse de la musique du XXe siècle, la jeune pianiste de 26 ans , qui a déjà de belles années de carrière derrière elle, semble être l’interprète idéale pour ces œuvres de Chostakovitch. Son jeu est vif, précis et nerveux, suffisamment plastique pour s’adapter à la variété de climats sonores recherchés par le compositeur. Un disque très réussi à la prise de son tout aussi irréprochable !

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Sonate n°2 op. 61  ; 24 Préludes op. 34. Plamena Mangova, piano. 1CD Fuga Libera FUG 517. Enregistré à Bruxelles le 10, 11, 12 et 16 avril 2006. Bonne notice trilingue anglais, français et allemand. Durée totale : 63 : 10.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.