À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Telemann à la flûte à bec par Julien Martin

Plus de détails

Georg Philipp Telemann (1681-1767) : Suite pour flûte à bec, cordes et continuo en la mineur ; 3 Fantaisies pour flûte à bec seule ; Concerto pour flûte à bec, viole de gambe, cordes et continuo en la mineur. Julien Martin, flûtes à bec ; Josh Cheatham, viole de gambe ; Capriccio Stravagante, direction : Skip Sempé. 1 CD Paradizo PA 0002. Enregistré en 2005. Notice trilingue en anglais, français et allemand. Durée : 61’19’’.

 

est une figure particulière de l’histoire de la musique. Ce compositeur détient le record absolu du nombre de compositions : près de six mille, et dans tous les genres. À une époque de sa vie, il a tenté d’établir le catalogue de ses œuvres mais n’y est pas parvenu. Il aurait ainsi écrit plus de 1 400 cantates, 46 passions, 600 suites orchestrales, 40 opéras, 145 sonates en trio ainsi que d’innombrables sonates et concertos pour divers instruments. Contemporain et ami de Bach, Telemann bénéficie d’une grande réputation en Allemagne à tel point que c’est à lui que l’on propose d’abord le poste de Cantor à Saint Thomas de Leipzig ; Telemann ayant refusé, les autorités écriront en substance que ne pouvant avoir le meilleur, elles se contenteront du deuxième. C’est dire l’importance du personnage.

Telemann est une bénédiction pour tous les flûtistes à bec car ses œuvres constituent une partie non négligeable de leur répertoire. Dès que l’on atteint un certain niveau, on peut alors se frotter aux Sonates (originales) ou bien comme ici aux Fantaisies (transcrites d’après la flûte traversière). Telemann jouant lui-même de cet instrument – comme d’une multitude d’autres – il sait comment écrire pour que cela sonne bien et soit facile à jouer. Une vraie bénédiction, ce musicien !

et l’ensemble , dirigés du clavecin par , interprètent très honnêtement mais sans surprise les trois parties de ce programme. La Suite en la mineur bénéficie d’un continuo simultané au clavecin et à l’orgue, ce qui donne une sonorité finalement assez agréable. Les Fantaisies sont jouées sur une flûte de voix qui est une flûte ténor en , instrument couramment employé au XVIIIe siècle. Quant au Concerto, typique du compositeur car en quatre mouvements, il achève très convenablement ce programme.

L’unique point faible est l’ineptie de la notice qui accumule les banalités sur la musique ancienne et la pochette qui ne mentionne nulle part les dates du compositeur.

Plus de détails

Georg Philipp Telemann (1681-1767) : Suite pour flûte à bec, cordes et continuo en la mineur ; 3 Fantaisies pour flûte à bec seule ; Concerto pour flûte à bec, viole de gambe, cordes et continuo en la mineur. Julien Martin, flûtes à bec ; Josh Cheatham, viole de gambe ; Capriccio Stravagante, direction : Skip Sempé. 1 CD Paradizo PA 0002. Enregistré en 2005. Notice trilingue en anglais, français et allemand. Durée : 61’19’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.