À emporter, Audio, Musique symphonique

L’URTEXT à la poubelle ! Schumann selon Mahler

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n°2 en ut majeur op. 61 (arrangement : Gustav Mahler) ; Genoveva op. 81, ouverture  ; Symphonie n°4 en ré mineur op. 120 (arrangement : Gustav Mahler. Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, direction : Riccardo Chailly. 1 CD Decca 475 8352. Enregistré en septembre et octobre 2006 au Gewandhaus de Leipzig. Notice de présentation en français, anglais et allemand. Durée : 69’10’’

 

Après des années de culte absolu de la partition originale, les temps semblent revenus à une certaine mesure musicologique qui nous amène différents disques de transcriptions ou d’arrangements pour grand orchestre de partitions connues. En droit fil de ce mouvement, Decca nous offre un luxueux disque de deux symphonies de selon .

Grand admirateur des symphonies de Schumann, Mahler ne put les diriger qu’assez tardivement dans sa carrière. Il ne conduisit les Symphonies n°1 et n°4 qu’en 1899 et 1901 lors de son mandat à la tête de la Philharmonie de Vienne puis les deux autres symphonies lors de son passage à la direction de la Philharmonie de New-York en 1910 et 1911. Pour chacune de ces exécutions, Mahler révisa soigneusement l’orchestration de Schumann. Considérant que celle-ci était dense et touffue, il envisagea de faire ressortir la richesse thématique et l’impact de ces œuvres. Son travail s’avéra assez conséquent puisque le chef compositeur effectua 355 révisions dans la Symphonie n°2 et 466 dans la Symphonie n°4. L’ensemble portant essentiellement sur des nuances et des dynamiques. Les travaux les plus importants consistèrent en une modification de certains détails d’orchestration dans le dernier mouvement de la Symphonie n°2 et dans des changements dans les parties de cor des mouvements extrêmes de la Symphonie n°4. Assez subtil et difficilement identifiable à l’oreille seule, le résultat s’avère probant et l’ensemble sonne avec tonus et clarté.

Présentes uniquement au catalogue via des disques Bis où l’Orchestre de Bergen officie sous la conduite d’Aldo Ceccato, ces versions sont ici magnifiées par un orchestre du Gewandhaus en état de grâce. Grand connaisseur des musiques post-romantiques et contemporaines, sait s’immiscer dans le langage schumannien. Sachant allier le ton épique et la fluidité de ces partitions tout en faisant ressortir les détails de l’orchestration, il signe ici un disque symphonique indispensable. L’orchestre, homogène dans ses tutti et précis dans les interventions de ses solistes, est valorisé par une prise de son exceptionnelle qui rend justices à ses teintes grisées et irisées. Complété par une notice de présentation exhaustive, cet album est un grand moment de musique.

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n°2 en ut majeur op. 61 (arrangement : Gustav Mahler) ; Genoveva op. 81, ouverture  ; Symphonie n°4 en ré mineur op. 120 (arrangement : Gustav Mahler. Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, direction : Riccardo Chailly. 1 CD Decca 475 8352. Enregistré en septembre et octobre 2006 au Gewandhaus de Leipzig. Notice de présentation en français, anglais et allemand. Durée : 69’10’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.