À emporter, CD, Musique symphonique

Des bienfaits de la résurrection ?

Plus de détails

Rheinhold Glière (1875-1956) : Concerto pour violoncelle et orchestre en ré mineur op. 81 ; Concerto pour cor et orchestre en si bémol majeur op. 91. Quirine Viersen, violoncelle ; Eliz Erkalp, cor ; Orchestre Philharmonique Royal des Flandres, direction : Marc Soustrot. 1 SACD Talent DOM 2929 96. Enregistré en juin 2006 au Roma Hall d’Anvers. Notice de présentation en néerlandais, français et anglais. Durée : 65’11’’

 

Le label Talent continue sa série consacrée à l’Orchestre anversois De Filharmonie rebaptisé pour les besoins du disque : Royal Flemish Philharmonic. Après un intéressant disque consacré à des orchestrations des Préludes de Claude Debussy, l’orchestre nous offre un programme de concertos d’un compositeur russe sous la baguette d’un chef français.

Elève de Taneiëv, d’Arenski et d’Ippolitov-Ivanov, est un produit du XIXe siècle. Tout au long de sa longue vie, ce créateur resta fidèle à une esthétique « romantique », à travers un corpus instrumental des plus classiques : concertos, symphonies, opéra, quatuors…Professeur de composition qui eut pour élève Prokofiev, Mossolov et Khatchatourian, Glière fut l’un des piliers du système culturel de l’Empire soviétique : il occupa le poste de président du comité d’organisation de l’Union des Compositeurs de Moscou de 1938 à 1948 et il fut également bardé de décorations et prix officiels : artiste du peuple en 1938 et trois prix Staline. De son vivant, le compositeur rencontra un certain prestige international par sa Symphonie n°3 « Ilia Muromets » qui fut jouée à de nombreuses reprises par Leopold Stokowski. De nos jours, ce compositeur est tombé dans un assez grand oubli.

Le présent disque nous permet de nous faire idée de deux pièces concertantes. Composé en 1946, le Concerto pour violoncelle sonne assez bien et l’orchestration s’avère colorée et brillante, sans toutefois témoigner d’un charisme orchestral particulier. L’interprétation de la jeune violoncelliste néerlandaise est « jolie » et musicale, mais il lui manque une certaine rage pour transcender cette pièce. Il en va de même pour l’accompagnement soigneux mais trop poli du chef.

Ces défauts interprétatifs se retrouvent dans le Concerto pour cor de 1950. Cette pièce musicalement secondaire souffre d’un accompagnement orchestral placide et du son, certes agréable, mais assez impersonnel de la corniste Eliz Erkalp, la principale soliste de l’orchestre belge.

Il faut ajouter que la prise de son est un peu éteinte et l’on souhaite vivement que le courageux label Talent améliore grandement l’esthétique de ses disques car le graphisme ultra minimal de la pochette est des plus inélégant !

Plus de détails

Rheinhold Glière (1875-1956) : Concerto pour violoncelle et orchestre en ré mineur op. 81 ; Concerto pour cor et orchestre en si bémol majeur op. 91. Quirine Viersen, violoncelle ; Eliz Erkalp, cor ; Orchestre Philharmonique Royal des Flandres, direction : Marc Soustrot. 1 SACD Talent DOM 2929 96. Enregistré en juin 2006 au Roma Hall d’Anvers. Notice de présentation en néerlandais, français et anglais. Durée : 65’11’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.