ADN Baroque2 Klarthe

Planet Terror : le « son » Grindhouse

À emporter, CD, Cinéma et musique

Robert Rodriguez, Graeme Revell, Carl Thiel & George Oldziey : Planet Terror. 1 CD Varèse Sarabande HMC 901947. Code barre inconnu. Enregistré en 2007. DDD. Durée : 43’43.

 

Après Death Proof (Boulevard de la Mort), présenté à Cannes cette année, voici que sort en Europe la deuxième partie du programme Grindhouse proposé aux Etats-Unis en avril par le tandem Rodriguez/Tarantino. Dans Planet Terror, une go-go danseuse unijambiste, Cherry, et l’ex-petit copain qui la protège, Wray, prennent la tête d’une armée afin d’exterminer les morts-vivants qui apparaissent sur terre et enrayer l’épidémie qui se propage.

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, Roberto Rodriguez, l’un des rares réalisateurs à avoir su, avec succès, remettre au goût du jour l’esthétique et l’esprit de la série B, est aussi compositeur de ses propres films : un compositeur tendance « bricoleur ». Guitariste, le réalisateur puise essentiellement son inspiration dans le rock ou la musique mexicaine. S’il n’est pas un excellent arrangeur, surtout lorsqu’il s’agit de faire intervenir l’orchestre (la composition exclusivement par ordinateur n’est pas toujours bonne conseillère, comme le prouve certains morceaux de Desperado ou Mission 3D – Spy Kids 3), il a souvent d’excellentes idées lorsqu’il sonorise des films plus singuliers, dans le style qui est le sien.

La musique de Planet Terror est l’une de ces musiques stupéfiantes et revigorantes, pleines de fraîcheur, spontanées et produites sans souci du goût établi, parfaitement en phase avec l’esprit Grindhouse : guitare électrique, batterie, sons synthétiques un peu datés, saxophone très nasillard. Robert Rodriguez est ici secondé par Graeme Revell, un compositeur de films (The Crow, Tomb Raider, Human Nature, etc. ) issu des courants les plus « underground » et les plus radicaux que la musique ait connu : un retour aux sources en somme, déjà bien entamé depuis leur collaboration sur Sin City en compagnie de John Debney. Rose McGowan (actrice du film, l’une des sorcières de Charmed) chante sur cette bande originale : son timbre de voix chaud est singulier et déroutant, à la fois débraillé, rebelle et sexy : l’esprit Grindhouse, sans doute…

Banniere-clefsResMu728-90

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.