Banniere-ClefsResmu-ok

Colin Roche : le sentiment des choses

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Colin Roche (né en 1974) : Ground Zero (d mon écriture) ; La Robe des choses ; Apostille à la Robe ; la Nouvelle fabrique du Ciel ; A la rêveuse matière ; Bristol… puis souffle ; La table écrite (souvient à mon coude). Céline Boucard, soprano ; Eric-Maria Couturier, violoncelle solo, Simon Artignan, vidéo. Ensemble Multilatérale, direction : Kanako Abe. 1 CD et 1 DVD bonus inclus Sismal Records SR002. Code barre : 3 700266 829908. Enregistré en 2007. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 74’00.

 

Le deuxième CD Sismal Records (après un premier volume consacré à Bruno Mantovani), qui s’inscrit dans une collection de musique contemporaine de compositeurs en résidence à la Villa Médicis, est consacré au jeune compositeur .

Un artiste qui, à l’âge de 33 ans, a déjà reçu un prix de composition, une distinction de la SACEM et dont l’œuvre Ground Zero (de mon écriture) qui ouvre le disque la Robe des choses, a été sélectionnée dans le cadre du Forum de la Jeune Création Musicale, organisé par la S. I. M. C. en 2002.

Le petit coffret réunit sept œuvres musicales et la vidéo de l’installation concertante de la Robe des choses : une synthèse audio-visuelle de l’évolution des pratiques musicales et plastiques. Créée à partir d’une pièce éponyme pour violoncelle solo, l’»installation» montre la variation de phénomènes climatiques, tout en évitant le conflit entre monde sonore et monde visuel. On dirait la représentation d’un espace mental (outre que physique), où la musique suggère des images à la fois matérielles et immatérielles. Une musique qui traduit «l’attente, la vacuité, l’obstacle, l’effacement», et puis «l’absence, l’inachèvement», en un mot : quelque chose comme «la musique et l’irréalisable», comme l’affirme le soprano dans l’Apostille à la robe.

Sept titres : Ground Zero (de mon écriture), La robe des choses, Apostille à la robe, La nouvelle fabrique du ciel, A la rêveuse matière, Bristol…puis souffle, La table écrite (souvient à mon coude) qui représentent une conjugaison et en même temps qu’une réflexion sur la matière et le son. Ainsi que l’écrit Gérard Pesson, « observe, non seulement les sons, mais les choses», les événements, les transformations physiques et transcendantales, à l’aide d’une musique délicate, chuchotée, sans artifice, qui n’est pas seulement un art mais une profession de foi.

Ce disque est conseillé à tous ceux qui pensent que «la simplicité est une marque de peu d’invention».

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.