À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Czerny le pédagogue savait aussi composer !

Plus de détails

Carl Czerny (1791-1857) : Variationen über den beliebten Trauerwalzer für das pianoforte op. 12 ; Introduction, variations brillantes et rondeau de chasse op. 202 ; Fantaisie pour le pianoforte op. 27 ; Première sonate en la b majeur op. 7. Christoph Hammer, pianoforte. 1 CD ORF édition Alte Musik SACD 494. Enregistré en août 2005. SACD. Notice trilingue (allemand, anglais, français). Code barre : 9 004629 313726. Durée : 69’54.

 

Un CD consacré aux œuvres de arrache forcément un sourire amusé, voire désabusé à n’importe quel pianiste. Czerny, c’est la personne qui a écrit ces innombrables exercices et études, certes précieux pour améliorer sa technique pianistique, mais musicalement insipides. Comment l’imaginer en compositeur, comment accorder un quelconque intérêt à ses œuvres ? Et pourtant …

Czerny n’était pas qu’un pédagogue reconnu, qui a formé de très nombreux pianistes de renom en son temps, parmi lesquels Liszt. Bien qu’il ait longtemps mis cette activité entre parenthèses pour se consacrer à ses élèves, il était également compositeur. On a coutume de n’accorder que peu de crédit à cet aspect du personnage, influencés en cela par la platitude navrante de ses études. C’est un tort, cet enregistrement nous le prouve. Est-ce lié à la sonorité cristalline du pianoforte, au jeu incisif de ou au talent du compositeur ? Certainement à la conjonction des trois. On découvre avec délectation des œuvres pleines de fantaisie et d’une verve qui n’a rien à envier à certaines pièces de Mozart ou Schubert. Tour à tour virtuose ou délicat, emphatique ou léger, le pianoforte de Czerny est, en tout cas, très vivant, très frais, sans rien de superficiel. C’est là l’œuvre d’un amoureux du piano, qui explore les moindres aspects de son instrument, mais sans jamais délaisser l’invention. Autant ses études sont connues pour leur immobilisme effrayant, des mécaniques huilées sans aucune surprise, autant ces compositions sont en constant mouvement. Bien sûr, on y retrouve de nombreuses fioritures à caractère virtuose, mais toujours au service d’une plus grande expressivité.

Si la musique de Czerny reste très classique et ne réserve pas de grandes émotions (point de modulation trop audacieuse, point de changement de caractère trop brutal), elle est cependant très créative, dynamique et respire la joie de vivre. Ce CD remarquable permet à d’être enfin considéré comme un compositeur … ce sera certainement un choc pour bien des pianistes ! ne se contente pas de le réhabiliter en lui consacrant un enregistrement : il interprète chaque œuvre avec un jeu d’une légèreté, d’un dynamisme, d’une précision impressionnants. On ne peut que le remercier de cette surprise si agréable.

Plus de détails

Carl Czerny (1791-1857) : Variationen über den beliebten Trauerwalzer für das pianoforte op. 12 ; Introduction, variations brillantes et rondeau de chasse op. 202 ; Fantaisie pour le pianoforte op. 27 ; Première sonate en la b majeur op. 7. Christoph Hammer, pianoforte. 1 CD ORF édition Alte Musik SACD 494. Enregistré en août 2005. SACD. Notice trilingue (allemand, anglais, français). Code barre : 9 004629 313726. Durée : 69’54.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.