À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Le voyage onirique et halluciné de David Greilsammer

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Fantaisie Chromatique et fugue en ré mineur BWV 903 ; Jonathan Keren (né en 1978) : Fantaisie, mais deux Fantastrophes ; Johannes Brahms (1833-1897) : Fantaisies op. 116 n° 2 et n°7 ; Arnold Schönberg (1874-1951) : Six petites pièces pour piano op. 19 ; György Ligeti (1923-2006) : Musica Ricercata : 6e&8e mouvements ; Leos Janacek (1854-1928) : Sonate « 1. X. 1905 » en mi dièse mineur ; John Cage (1912-1992) : Sonates et interludes pour piano préparé : sonate n°5 ; sonate n°12 ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Fantaisie en ut mineur K. 475. David Greilsammer (piano). 1 CD. Naïve. Code barre : 8 22186 05081 1. Enregistré en avril 2007 au Studio l’Heure Bleue, La Chaux de Fonds (Suisse). Notice en français et anglais. Durée : 76’34.

 

Le concept du disque à thème est décidément à la mode dans l’univers de la musique classique. Intitulé Fantaisie_ Fantasme, le nouvel enregistrement de ne déroge pas à cette règle et s’inscrit dans la lignée de ce qu’il nous propose depuis ses débuts discographiques. Avec insolence et réussite.

Première déception pourtant en découvrant un packaging commercial. Photographie suggestive digne d’un magazine de mode, qui malgré l’insaisissable beauté asiatique, traduit avec distanciation le fantasme de l’artiste. Le contenu musical, quant à lui, donne lieu à des associations et des correspondances inédites. Echo de toutes les époques, seize pièces sont juxtaposées et créent un miroitement autour d’une clef de voûte, la Fantaisie en ut mineur de Mozart, placée en huitième position.

Etait- ce toutefois indispensable d’élaborer un scénario aussi intellectualisé pour convaincre ?

Un tel labyrinthe fleuve brouille les pistes et nécessite également un réel effort d’écoute malgré des plages instinctives où les sensations sont diffuses.

C’est du côté de l’interprétation qu’il faut trouver des réponses. L’Israélien substitue en permanence sa propre voix musicale à chacune de ces « miniatures » avec une impressionnante maîtrise de l’instrument. Greilsammer impose non seulement une maturité de jeu mais aussi son goût pour les prises de risque. En phase avec son époque, il permet aussi à l’auditeur de découvrir les infinies possibilités de l’instrument à travers un large spectre d’œuvres. La prise de son, quasi naturelle, permet une clarté d’ensemble, d’autant que la beauté de ce disque réside également dans sa variété de nuances et de « décrochages ».

Restent des libertés de lecture de la partition et des choix de tempi parfois discutables ; ils se justifient dès lors qu’on envisage la question dans ce contexte de Fantaisie_Fantasme. « Prenez soin du sens, les sons prendront soin d’eux-mêmes » comme nous l’annonce Lewis Caroll.

La boite à musique de place ainsi le piano dans un registre insoupçonné. Tel une boite à rythme, l’instrument se démultiplie et développe un leitmotiv obsessionnel. Ces danses indiennes encadrent la tonalité dramatique d’une Fantaisie mozartienne puis les méandres de la mélancolie, déclinés à travers les fantaisies op. 116 de Brahms – lumineuses d’évidence – ainsi qu’une pièce rare de Janacek. Bouillonnante et angoissée, la très rare sonate « 1er Octobre 1905 » constitue un des sommets du disque avec le Mozart, dépoussiéré et empreint de religiosité. Avec Schönberg, l’Odyssée fantasmagorique se poursuit en des terres irréelles par opposition aux sonorités vivifiantes et colorées de Ligeti. Les Fantastrophes de , diptyque conçus spécialement pour Greilsammer, trouvent leur esprit d’improvisation dans le jazz. Le rêve éveillé, presque cauchemardesque, se prolonge et s’enchaîne avec grâce vers cette Fugue intériorisée de Bach, dont la texture semble subir l’effet d’un filtre « onirique ».

« Entre toujours et jamais » pour reprendre l’idée de Paul Ceylan. La mise en abîme est ici vertigineuse : au cœur de la Fantaisie, sans repères temporels et spatiaux, le pianiste devient acteur et joueur de sa propre création….

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Fantaisie Chromatique et fugue en ré mineur BWV 903 ; Jonathan Keren (né en 1978) : Fantaisie, mais deux Fantastrophes ; Johannes Brahms (1833-1897) : Fantaisies op. 116 n° 2 et n°7 ; Arnold Schönberg (1874-1951) : Six petites pièces pour piano op. 19 ; György Ligeti (1923-2006) : Musica Ricercata : 6e&8e mouvements ; Leos Janacek (1854-1928) : Sonate « 1. X. 1905 » en mi dièse mineur ; John Cage (1912-1992) : Sonates et interludes pour piano préparé : sonate n°5 ; sonate n°12 ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Fantaisie en ut mineur K. 475. David Greilsammer (piano). 1 CD. Naïve. Code barre : 8 22186 05081 1. Enregistré en avril 2007 au Studio l’Heure Bleue, La Chaux de Fonds (Suisse). Notice en français et anglais. Durée : 76’34.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.