Martial Solal, grand vainqueur des Eurodjango 2007 !

La Scène, Spectacles divers

Luxembourg, Conservatoire de Musique, 01-XII-2007 Luxembourg Jazz Orchestra : Ernie Hammes : direction et trompette, Steve Greisch, saxophone alto ; Claude Weber, saxophone alto ; Jitz Jeitz, saxophone ténor ; Laurent Pierre, saxophone ténor ; Fränz Ries, saxophone baryton ; Serge Bausch, trompette ; Michel Berns, trompette ; Luc Lohr, trompette ; Jan Kamp, trombone ; Claude Origer, trombone ; Jacques Reuter, trombone ; Heng Bremer, trombone basse ; Petz Hartert, piano ; Rom A. Heck, contrebasse ; Al Lenners, batterie. Michel Portal, clarinette, bandonéon. Danilo Rea, piano ; Pascal Schumacher, vibraphone et son quartet : Christophe Devissher, contrebasse ; Jens Düppe, batterie ; Jef Neve, piano. David Reinhardt, guitare. Costel Nitescu, violon. Bo Stief, basse. Ian Shaw, piano et voix. Ramon Fossati, trombone et son groupe : Toni Solà, saxophone ténor ; Ignazi Terraza, piano ; Esteve Pi, batterie ; Dimitri Skidanov, contrebasse. Georg Riedel, composition, contrebasse. Martial Solal, piano. Nathalie Loriers, piano.

Eurodjango, Eurojazz Awards, Trophées Européens du Jazz

Les Eurodjango, «Eurojazz Awards», s’inscrivent dans la lignée des «Django d’Or», trophées du jazz de renommée internationale, créés en 1992. C’est la ville de Luxembourg qui accueillait cette année la seconde cérémonie au Conservatoire de Musique, dans le cadre de « Luxembourg et Grande région, Capitale Européenne de la Culture, 2007 ». Huit pays participaient, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la France, l’Italie, le Luxembourg, la Roumanie et la Suède, pour offrir la seule récompense européenne du jazz existante à l’heure actuelle. Nous avons assisté à une soirée de grande qualité, réunissant une exceptionnelle brochette de musiciens de jazz, dans une ambiance chaleureuse et dynamique.

Les prix suivants ont été attribués :

Dans la catégorie Django d’Or Européen : Martial Solal, France.

Dans la catégorie Nouveau Talent Européen : Gianluca Petrella. Italie.

Dans la catégorie Musicien Confirmé Européen : Philip Catherine, Belgique.

Dans la catégorie Prix Spécial Européen : Martial Solal, France.

La cérémonie fut animée par François Lacharme captivant le public pendant tout le spectacle, avec un professionnalisme, une connaissance du jazz incontestable et une excellente maîtrise de l’anglais. Le Président d’Honneur était , musicien éclectique, multi-instrumentiste, capable d’interpréter autant la musique de Mozart, de Boulez ou de Berio, que de jouer avec le même magnifique talent une improvisation de jazz. C’était dommage que Philip Catherine et Gianluca Petrella n’étaient pas présents pour recevoir leur prix, l’un ayant raté son avion et l’autre étant retenu par un concert dans un autre pays.

Martial Solal en recevant son trophée des mains du compositeur de musiques de films Vladimir Cosma, a exprimé son émotion avec humour en disant qu’il remerciait « tous ceux qui avaient eu la bonne idée de voter pour lui ! ». Après s’être à peine laissé prier, il a bien voulu jouer une improvisation amusante démontrant ses grandes qualités… sur des thèmes de films, évidemment.

Entre les remises de prix, les musiciens présents, pour la plupart également de formation classique, nous ont donné des moments de jazz inoubliables en prenant des risques certains, parce que beaucoup ne se connaissaient pas avant, parce que à peine rencontrés, ils avaient eu cette bonne idée de jouer ensemble à l’occasion de cet évènement. Le résultat était à chaque fois tellement riche et intéressant.

Ernie Hammes, personnalité jazzique incontestable à Luxembourg et son Jazz Luxembourg Orchestra ont ouvert la séance avec un dynamisme entraînant. et Danilo Rea, ont donné en duo un superbe impromptu où le pianiste italien a sidéré la salle avec ses jeux de mains tournoyant magiquement sur le piano. Pascal Schumacher, jeune luxembourgeois, virtuose du vibraphone (Django d’Or 2005) et son excellent quartet ont enthousiasmé la salle par leur originalité, leur grand talent et leur sympathique énergie.

David Reinhardt, petit fils de Django, et Costel Nitescu, violoniste roumain de formation classique, tsigane puis manouche, ont rendu un hommage émouvant à Stéphane Grapelli et à Django Reinardt. Le très bon bassiste danois Bo Stief vint se joindre à eux. Ian Shaw (meilleur vocaliste aux BBC Jazz Awards 2007) a envoûté la salle quand s’accompagnant au piano, il a chanté « The song of Joni Mitchell » montrant une voix étonnante et tout à fait magnifique couvrant un registre particulièrement large.

Michel Portal est revenu avec un bandonéon pour un duo de tango avec Bo Stief, confirmant sa capacité à jouer sans préparation sur n’importe quel instrument et avec la même maîtrise musicale.

Puis, le public a eu la joie d’écouter l’extraverti Ramon Fossati et son groupe remarquable venant de Barcelone, offrant une musique expressive, particulièrement chaude et pleine de volume. Georg Riedel, violoniste, contrebassiste et compositeur suédois, (Django d’or 2006) jouant un rôle intéressant en Suède dans la musique destinée aux enfants, a dirigé le Luxembourg Jazz Orchestra dans une de ses dernières compositions. Nathalie Loriers, la « Lady » du jazz belge, (Django d’Or 1999, Eurodjango 2000) nous a séduit en jouant avec sa délicatesse habituelle un morceau de son dernier CD L’arbre pleure.

Une autre belle surprise était le duo Ernie Hemmes et Bo Stief, s’étant juste rencontrés avant le spectacle! Ce fut une soirée impressionnante, tout à fait réussie où musique, présentation et technique étaient de très haut niveau. Peut-on aussi attribuer cela au fait que, comme l’a rappelé Octavie Modert, Secrétaire d’Etat à la Culture, à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, le budget de la Culture est de 1, 5 % au Grand Duché de Luxembourg ?

Crédit photographique : Martial Solal s’apprêtant à recevoir le trophée des mains de Vladimir Cosma. © Cédric Puisney

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.