À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Jehan Alain par Marie-Claire Alain, un testament musical transcendé

Plus de détails

Jehan Alain (1911-1940) : l’œuvre pour orgue. Marie-Claire Alain à l’orgue de l’église St-Etienne-du-Mont à Paris. 2 CDs Intrada INTRA035. Code barre 3760064110356. Enregistré en direct en juin 2004, mai 2005, mai et septembre 2006. Livret bilingue français/anglais. Durée totale : 119’31’’.

 

« Remettre l’ouvrage sur le métier », telle aura toujours été la devise de , tout au long de sa phénoménale carrière. Pas moins de trois intégrales Jean-Sébastien Bach, Nicolas de Grigny, et aujourd’hui . Concernant ce dernier compositeur qui fût son frère aîné de quinze ans, fauché par la guerre en juin 1940, l’artiste ne cessera de le jouer et de le faire connaître au monde entier, au travers de centaines de concerts, et de disques : la première intégrale parait chez Erato (son label fétiche) en 1973, c’est un choc ! Une deuxième version (toujours chez Erato) vit le jour en 2000, sur les orgues joués par  : Besançon, Valloires, et orgue de salon de la famille Alain, aujourd’hui à Romainmôtier (Suisse).

Pour cette troisième mouture, nous sommes au concert, à l’église Saint-Etienne-du-Mont à Paris, dans la fièvre du « live ». L’urgence de cette musique, mais aussi son mystère nous prennent à la gorge dès les premiers accords de Litanies. Toute la magie de cette œuvre d’orgue primordiale du XXe siècle s’opère sans contrainte. Qui mieux que cette « first lady of the organ », comme l’ont souvent surnommé les américains, sait traduire avec autant de conviction, de climat, d’adéquation, cette musique, brûlante, planante, envoûtante. Certes d’autres versions existent, souvent remarquables, mais ici, le discours respire l’évidence, la simplicité aussi, voire la pudeur. Musique exigeante, inspiré de Paul Dukas son professeur, des rythmes de la vie quotidienne, des mélopées nord-africaines, du jazz, tout le reflet d’une époque musicale bouillonnante et de découvertes.

L’orgue qui fût celui de Maurice Duruflé, sonne à merveille dans ce répertoire, comme un instrument idéal, que l’auteur aurait adoré, car peu d’orgue étaient de cette trempe en 1930. La prise de son équilibrée, restitue le détail comme l’espace, la respiration, et le silence si importants chez Alain.

Notons qu’à chaque fois aussi, un travail de l’interprète sur les partitions souvent éparses, parfois contradictoires, a permis une approche plus juste de cette musique. Plusieurs ouvrages détaillés existent.

Par cette nouvelle version, l’hommage de « Poucette » (surnom de Marie-Claire donné par Jehan) est total. Et finalement, il est le reflet de cette petite main que l’on aperçoit sur la photo du disque, accompagnée d’un petit sourire malicieux, et passée autour du cou du grand frère protecteur. Il nous révèle par cette marque d’amour, tout le génie de cette musique !

Plus de détails

Jehan Alain (1911-1940) : l’œuvre pour orgue. Marie-Claire Alain à l’orgue de l’église St-Etienne-du-Mont à Paris. 2 CDs Intrada INTRA035. Code barre 3760064110356. Enregistré en direct en juin 2004, mai 2005, mai et septembre 2006. Livret bilingue français/anglais. Durée totale : 119’31’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.