À emporter, CD, Musique d'ensemble

Hommages musicaux élégants

Plus de détails

Jacques Antoine Dénoyé ( ?-1759) : Messe à grand chœur et symphonie. Michel Corrette (1707-1795) : Motet à grand chœur « Laudate Dominum cœli » (Psaume 148) d’après Le Printemps de Antonio Vivaldi (1678-1741). Judith Gauthier, soprano ; Rodrigo del Pozo, haute-contre ; Chrisophe Heinhorn, ténor ; Jean-Louis Georgel, baryton ; Le Parlement de Musique ; La Maîtrise de Bretagne ; Direction Martin Gester. 1 CD Ambronay édition AMY014 ; Code Barre : 3 760135 100149 ; Enregistré à l’abbaye d’Ambronay le 16-09-2007 ; Texte de présentation en français traduit en allemand et en anglais ; Durée : 67’10’’.

 

Ambronay

On sait peu de choses au sujet de Jacques Antoine Denoyé, musicien strasbourgeois, directeur de la musique de la Cathédrale de Strasbourg entre 1757 à 1759. La révolution française nous a laissé bien peu de ses partitions. Cette Messe à grand chœur et symphonie a été redécouverte à Stockholm par le musicologue et organiste Jean-Luc Gester, on sait qu’elle a été écrite pour la cathédrale de Strasbourg en septembre 1758.

Il s’agit d’une bien belle découverte et cette messe est d’une élégance rare. La musique évoque celle des tragédies lyriques du grand style versaillais de Charpentier et Rameau. Les échanges entre Denoyé et la Chapelle royale sont prouvés, et la qualité de la musique donnée à Strasbourg est digne de la cour. Cette messe est comme un hommage. Les enchaînements de cette messe sont agréablement réalisés dans une variété d’effets très subtils. Point d’emphase, point de violence. Un goût délicat pour une musique poétique exprimant une foi sereine. Les interprètes sont très à l’aise et leur style semble idiomatique. Le latin est francisé avec retenue. L’orchestre permet de déployer de superbes couleurs de cordes et de vents. Les solistes sont excellents surtout Christophe Einhorn ténor particulièrement élégant. a l’ampleur rêvée et de belles couleurs.

La deuxième œuvre détaille le goût de l’époque pour les hommages aux compositeurs étrangers. Le pastiche sur Le Printemps de Vivaldi réalisé par est une réussite étonnante. Les mélodies semblent épouser parfaitement le texte du Laudate dominum de cœlis. Il s’agit bien plus qu’une curiosité car il est troublant de comprendre une fois de plus que la différence entre musique sacrée et profane est très artificielle.

L’Europe des artistes et la décentralisation étaient déjà engagées depuis longtemps. Merci à et au Parlement de Musique ici associés à de nous le rappeler avec cette, si grande musicalité dans un beau concert dont ce CD est le reflet. Concert en forme d’hommage à Jean-Luc Gester décédé en 2006 avant d’avoir pu entendre sa découverte.

La prise de son est agréable est bien aérée. Le CD est beau, agréable à manipuler et très bien documenté par un texte érudit de , ce qui ajoute à notre plaisir.

 

Plus de détails

Jacques Antoine Dénoyé ( ?-1759) : Messe à grand chœur et symphonie. Michel Corrette (1707-1795) : Motet à grand chœur « Laudate Dominum cœli » (Psaume 148) d’après Le Printemps de Antonio Vivaldi (1678-1741). Judith Gauthier, soprano ; Rodrigo del Pozo, haute-contre ; Chrisophe Heinhorn, ténor ; Jean-Louis Georgel, baryton ; Le Parlement de Musique ; La Maîtrise de Bretagne ; Direction Martin Gester. 1 CD Ambronay édition AMY014 ; Code Barre : 3 760135 100149 ; Enregistré à l’abbaye d’Ambronay le 16-09-2007 ; Texte de présentation en français traduit en allemand et en anglais ; Durée : 67’10’’.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.