À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Brahms entre néo-classicisme et romantisme

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : Variations sur un thème de Haendel op. 24 ; Scherzo op. 4 ; Gavotte (d’après Gluck) : Sonate pour piano op. 1. Laura Mikkola, piano. 1CD Aeon. Enregistré du 12 au 14 juillet 2006 à l’espace de Projection, Ircam-Centre Georges Pompidou, Paris. Code barre : 3 760058 368596. Notice trilingue : anglais, français, allemand. Durée : 70’22’’

 

Brahms entre tradition et modernité. Schœnberg n’a-t-il pas intitulé l’un de ses articles « Brahms le progressiste » explicitant les aspects novateurs du musicien hambourgeois ? Ce CD enregistré chez Aeon se trouve au centre de cette problématique.

D’emblée, les références à d’autres compositeurs montrent l’attachement du compositeur au passé : les Variations sur un thème de Haendel op. 24 d’après la première des trois Lessons de Haendel pour clavecin ou encore la Gavotte extraite d’Iphigénie en Aulide de Gluck. On se souvient des très réussies Variations sur un thème de Haydn pour orchestre qui vont dans le même sens. Mais évidemment, la référence au passé ne s’arrête pas là. L’écriture pianistique même emprunte au contrepoint de Bach tandis que la conception macrostructurelle fait clairement référence à Beethoven, comme la construction de la fugue terminale de ses Variations sur un thème de Haendel qui fait penser à celle des Variations Eroïca op. 35. Pour ne citer que quelques exemples éloquents.

Cependant, clairement, les pièces présentées dans ce CD appartiennent à l’ère romantique, que ce soit dans l’esprit ou dans la réalisation harmonique, rythmique, pianistique, en un mot musicale.

Et l’interprétation de souligne très bien cette double appartenance brahmsienne où les références au passé sont clairement perceptibles au sein d’une sensibilité toute romantique. L’écriture pianistique, riche, parfois polyphonique, parfois monodique est parfaitement mise en évidence. De même, les thèmes qui oscillent quelquefois entre une présentation à la main droite ou une autre à la main gauche sont parfaitement intelligibles et surlignés par un accompagnement savamment pesé. L’esprit ludique parfois, comme dans le Scherzo op. 4 s’épaissit au fil du discours dont l’écriture devient de plus en plus virtuose tandis que la Gavotte charme par sa grâce sa légèreté et son côté nostalgique dans la partie centrale grâce à un toucher extrêmement pesé. Mais c’est sans aucun doute dans sa Sonate op. 1 que le romantisme brahmsien ressort le plus. Les couleurs ou références à Beethoven, Schumann ou encore Mendelssohn ne trompent pas ; et Laura Mikkola de rendre clairement perceptible les diverses écritures employées, les thèmes tour à tour empreints de passion animée ou de mélancolie introvertie, avec un piano-orchestre éminemment expressif. Un très beau CD à ne pas manquer !

(Visited 207 times, 1 visits today)

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : Variations sur un thème de Haendel op. 24 ; Scherzo op. 4 ; Gavotte (d’après Gluck) : Sonate pour piano op. 1. Laura Mikkola, piano. 1CD Aeon. Enregistré du 12 au 14 juillet 2006 à l’espace de Projection, Ircam-Centre Georges Pompidou, Paris. Code barre : 3 760058 368596. Notice trilingue : anglais, français, allemand. Durée : 70’22’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.